Cérémonie de remise des prix du concours de la Promotion de la Langue Française (PROLAF) : Le Burkina remporte le premier prix, le Niger se classe deuxième

Le 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale, M. Liman Ali Elhadj Mahamadou a présidé vendredi dernier à l’hémicycle de ladite institution, la cérémonie de remise du prix du concours pour la Promotion de la Langue Française (PROLAF) phase internationale édition de 2018. Ce concours qui a concerné des élèves venus du Benin, du Burkina Faso, du Mali et du Niger entre dans le cadre de la commémoration du 48ème anniversaire de la Francophonie qui a pour thème cette année : « le français, notre trait d’union pour agir ». A l’issue du concours, le classement par pays donne le résultat suivant ; premier, le Burkina Faso avec 10 lauréats, deuxième, le Niger avec 09 lauréats et le Benin se classe troisième avec 05 lauréats. Ainsi, le prix du meilleur établissement est remporté par le Collège de la Salle du Burkina Faso. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf et de plusieurs personnalités.

Cette remise de prix intervient après la tenue, le 5 avril dernier à l’auditorium Sani Bako du Ministère en charge des Affaires Etrangères des épreuves écrites et orales basées sur la langue française ayant concerné, des élèves venus du Benin, de Burkina Faso, du Mali et du Niger. Au total 56 candidats dont 14 pays ont participé à ce concours. Dans son intervention, le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale a indiqué que le choix de l’hémicycle pour abriter la cérémonie revêt un caractère à la fois historique et hautement symbolique. En effet, souligne-t-il, à l’initiative du président de l’Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, un processus de plaidoyer est entamé pour l’inscription de l’hémicycle du Niger au patrimoine culturel de la Francophonie.

Cela parce qu’il y a de cela 48 ans jour pour jour, que fut signé en ce lieu, le traité instituant l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT), ancêtre de la l’OIF et sous l’impulsion des présidents Diori Hamani, Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba et le prince Norodom Sihanouk et 21 pays ayant en partage l’usage de la langue française. «Cet hémicycle constitue donc un trait d’union entre le passé et l’avenir », a-t-il déclaré. Pour M. Liman Ali Elhadj Mahamadou, la récompense des jeunes talents vise à pérenniser l’œuvre salutaire des pères fondateurs et surtout à encourager les enfants à prendre goût à la culture de l’excellence, axe fort du programme de Renaissance cher au Président de la République. «Cette cérémonie traduit la volonté partagée du gouvernement et de l’Assemblée nationale, d’œuvrer pour le rayonnement des valeurs communes de la francophonie, à travers des initiatives allant dans le sens des intérêts des pays qui ont en commun le partage de cette belle langue », a dit le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale.

Pour M. Illo Sabo Directeur de cabinet du ministre en charge des Affaires Etrangères et président par intérim de la Commission de la Francophonie, ce concours célèbre l’excellence des élèves des Collèges et Lycées des pays membres de RESIFAO. Pour le représentant du directeur régional de l’Afrique de l’Ouest de la Francophonie, M. Naugail Atadi, le pari est gagné grâce à l’engagement des autorités du Niger et des autres participants. « Ce concours imaginé par le promoteur a pour objectif de relever le niveau du français indispensable pour les autres matières du cursus scolaire des pays membres de la francophonie », a-t-expliqué. Il faut noter qu’au cours de la cérémonie, un film sur la promotion de la langue française a été projeté, suivi des témoignages d’éminentes personnalités dont le Professeur André Salifou et le ministre Salifou Labo Bouché.

Seini Seydou Zakaria(onep)

09 avril 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique