Construction de la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey : Le Niger et le Bénin se tournent vers la Chine

Image d'illustrationImage d'illustrationLe Président de la République Issoufou Mahamadou et son homologue béninois Patrice Talon ont évoqué la reprise du chantier des rails devant relier Cotonou à Niamey par la China Railway Construction Corporation (CRCC). Cette annonce de reprise du chantier en suspense depuis 2013 a eu lieu lors d’une escale technique du Président béninois dans la capitale nigérienne, le 6 avril dernier.

"Nous avons fait le point sur la question du chemin de fer" et "nous avons essayé de voir quelles sont les solutions qu'on pourrait mettre en place pour l'accélérer", a déclaré à la presse le Président du Niger, à la fin d'un entretien qu'il a eu dans le salon d'honneur du l'aéroport Diori Hamani de Niamey avec son homologue béninois.

Abordant dans le même sens, le Chef de l'Etat béninois, Patrice Talon, ajoutera que le projet de chemin de fer sera relancé grâce à des financements concessionnels, en se tournant notamment vers la Chine qui " est aujourd'hui un partenaire économique important pour l'Afrique " et qui a surtout décidé de mettre plus de 60 milliards de dollars d'aide au développement en faveur des pays africains.

Pour rappel, l'adjudication de la construction de ce tronçon Cotonou Niamey a été l'objet d'une bataille juridico-médiatique entre les hommes d'affaires, béninois Samuel Dossou et français Vincent Bolloré, chose qui a conduit à la suspension des travaux depuis 2013. Face à un imbroglio persistant, le Président Talon a suggéré de confier le dossier à l'entreprise chinoise China Railway Construction Corporation (CRCC). Les deux parties ont, par ailleurs, décidé du dédommagement des deux premiers constructeurs.

Pour rappel, en 2008, le Bénin et le Niger avaient lancé un appel d'offre en commun pour construire et gérer le tronçon ferroviaire de 1.000 km reliant Cotonou à Niamey. Il avait été remporté par Petrolin, la société de l'homme d'affaires Samuel Dossou, puis lui avait été retiré en 2013 au profit du groupe Bolloré, via la société Bénirail, un partenariat privé- public, provoquant un conflit entre les deux groupes.

En octobre 2017, la justice béninoise a donné raison à Petrolin, déboutant Bolloré. Après des années de bataille judiciaire, et des mois de négociations, le projet est toujours au point mort, alors qu'il est crucial pour développer l'économie du Bénin et du Niger, en reliant l'intérieur des terres au port de Cotonou.

Pour Patrice Talon, pas question de continuer à perdre du temps, surtout au vue de " la dynamique que nous voulons donner à ce projet ferroviaire… nous avons opté de nous tourner vers la coopération chinoise ", appelant les partenaires privés actuels du projet, " qui n'ont pas démérité ", à se retirer à l'amiable.

Dans une récente interview qu'il a accordée au magazine français Challenges M. Talon avait estimait le coût du projet à quatre milliards de dollars (4. 000. 000.000). L'axe ferroviaire Contonou-Niamey, long de 1. 000Km fait partie des 3.000 kilomètres d'une boucle ferroviaire devant relier la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin et le Togo.

Mahamane Sabo Bachir

09 avril 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique