400 milliards de dollars pour l’extradition de Saadi Khadafi : Une trouvaille des adversaires du régime totalement aberrante

Bazoum Mohamed Saadi KhadafiL’opposition politique et ses courants de sympathie sur les réseaux sociaux ne désarment pas dans leur détermination à salir le régime d’Issoufou Mahamadou. Mais à force de chercher le malheur de la Renaissance, ils finissent toujours par tourner au ridicule.

De ridicule en ridicule

400 milliards de dollars US pour l’extradition de Saadi Khadafi, c’est l’information distribuée et relayée comme des niches de pain par les adversaires du régime d’Issoufou Mahamadou sur les réseaux sociaux et dans les salons futés de la capitale. Prenons tout de suite la calculette pour faire la conversion. A raison d’une convertibilité d’un (1) dollar US pour 600 FCFA, l’extradition de Saadi Kadhafi aurait rapporté au Niger 260 000 milliards de FCFA, à en croire les adversaires du Régime. Un chiffre effarant ! « Une information totalement ridicule ! » Dixit un expert international sur les questions économiques basé à Ouagadougou.

Les adversaires du régime de Niamey ne sont pas là  leur première ‘’fabrication’’. On se souvient de l’affaire dite de 200 milliards de FCFA qui avait coulé beaucoup d’encre et de salive avant d’être finalement.abandonnée et d’être versée dans le compte du ridicule de l’opposition politique.

Le Ministre d’Etat, Bazoum Mohamed, la carte à abattre

Dans cette nouvelle intoxication, ‘’un véritable conte à dormir débout’’, selon les propos d’un observateur, c’est le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Religieuses et Coutumières, Bazoum Mohamed qui est visé. Ce serait lui qui aurait touché le paquet. L’objectif poursuivi ici est clair, salir le potentiel candidat du principal parti au pouvoir aux prochaines présidentielles. Cette nouvelle levée de boucliers contre le président du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya) s’inscrit dans la droite ligne de la sortie récente du Chef de file de l’opposition, Hama Amadou en exil sur la chaine de télévision VOX AFRICA dans laquelle il s’est déversé sur Bazoum Mohamed sans oublier toute sa caricature dégueulasse sur les minorités du Niger.

Réaction prompte des autorités et rejet de toute forme d’affairisme autour de l’extradition de Saadi Kadhafi.

Aussitôt l’accusation formulée par l’avocate de Saadi Kadhafi sur RFI, aussitôt Niamey, par le biais d’Assoumana Malam Issa, porte-parole du gouvernement a réagi. « Le gouvernement de la République du Niger dément catégoriquement (les) allégations de versement de fonds en échange de la remise de Saadi Kadhafi aux autorités de son pays » ; peut-on lire dans le droit de réponse transmis à RFI qui reprend les mêmes explications données aux lendemains de l’extradition. Si le fils de feu Kadhafi a été remis aux autorités libyennes, c’est parce qu’il a refusé d’obtempérer aux directives des autorités du Niger l’ayant à maintes reprises rappelé l’interdiction de mener des activités susceptibles de porter préjudice à la stabilité de son pays.

Jusqu’à quand les adversaires du régime d’Issoufou Mahamadou s’accrocheront à ce faux filon ? Réponse d’un observateur : « Jusqu’au jour où ils trouveront un autre affaire ridicule. »

Oumarou Kané

06 avril 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique