SIM Aminchi 0range

Fin du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de l’Union Africaine sur la ZLECA : Le Chef de l’Etat dresse un bilan satisfaisant du Sommet

Fin du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de l’Union Africaine sur la ZLECA : Le Chef de l’Etat dresse un bilan satisfaisant du SommetLe Président de la République, Chef de l’Etat SE Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, vendredi dernier, de retour de Kigali au Rwanda, où il a pris part, au sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de l’Union Africaine, sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA). A son arrivée à l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Président de la République SE Issoufou Mahamadou a été accueilli par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et de la Décentralisation, M. Bazoum Mohamed, puis salué par les présidents des institutions de la république, les membres du Gouvernement et ceux du corps diplomatique ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.

Au cours d’un point presse qu’il a fait à l’Aéroport même, le Président Issoufou Mahamadou s’est dit satisfait des résultats du sommet extraordinaire. En effet, a-t-il expliqué les documents juridiques de la ZLECA ont enregistré une écrasante majorité des signatures : 44 Chefs d’Etats 55 ont apposé leurs signatures sur quatre (4) accords à savoir le cadre de Libre Echange Continental ; le protocole sur le commerce des marchandises ; le protocole sur le Commerce des services et le Protocole sur le règlement des différends.

Il s’agit, a expliqué le Président Issoufou Mahamadou d’une étape décisive vers la fin de la balkanisation de l’Afrique, de l’affaiblissement de l’Afrique. C’est un pas décisif qui doit être suivi par d’autres étapes, car il est prévu une deuxième phase de négociations dont les Chefs d’Etats et de Gouvernements présents à Kigali ont fait l’honneur de demander au Président de la République SE Issoufou Mahamadou de poursuivre. Ce processus doit porter sur trois autres protocoles notamment : les investissements, la concurrence et le protocole sur le droit de propriété intellectuelle. Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, conscient que le développement de l’Afrique divisé en 1885, est dans son unité et l’intégration, s’est dit prêt à poursuivre et avec plaisir ce chantier. « Je suis déterminé à apporter ma contribution pour la réalisation de cet important objectif, pour le développement de notre continent en général et de la jeunesse et des femmes africaines en particulier, dans la mesure où l’intégration va influer sur le développement économique et social de l’ensemble du continent » a-t-il déclaré.

Une étape décisive vers la fin de la balkanisation de l’Afrique…

La Zone de Libre Echange, a indiqué le Président de République doit avoir des influences sur tout ce qui concourt à la réalisation du PIB de chaque pays et des PIB de l’ensemble de continent, que ça soit au niveau des exportations ou de la consommation, des emplois, en particulier des emplois pour la jeunesse. « Nous pensons qu’avec ce processus d’intégration on peut réaliser un minimum de taux de croissance de 7% pour l’ensemble du continent. C’est une grande victoire pour l’Afrique et pour le peuple africain ; c’est une victoire qui permet de bien préparer l’avenir, d’éduquer, de former, de donner des emplois à notre jeunesse et de mettre fin à la migration avec des milliers de jeunes africains qui meurent dans le désert ou en méditerranée», a estimé SE Issoufou Mahamadou

L’intégration se fait selon le Président Issoufou Mahamadou à deux niveaux à savoir : les dirigeants et les dirigés. «Tous les dirigeants africains y compris du Nigéria sont certes, très fortement engagés et ont une forte volonté d’intégration, mais l’appropriation de ce projet par le peuple est vivement souhaité » a dit le Chef de l’Etat. Pour cela, a soutenu SE Issoufou Mahamadou, il est nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation tant au niveau des pays dont les Chefs d’Etats ont eu à signer l’accord, qu’au niveau des pays dont les Chefs d’Etats n’ont pas eu à le signer. Après cette campagne de sensibilisation, estime-t-il, toutes les couches sociales comprendront, davantage les enjeux qu’il y a derrière la Zone de Libre Echange Continentale et toutes les conditions seront ainsi réunies pour obtenir le maximum de signatures.

S’exprimant sur le cas des pays qui n’ont encore signé le protocole, le Chef de l’Etat, explique certains pays n’ont pas encore signé le protocole, mais ont signé la déclaration qui les engage plus tard à le signer. En outre, il ya des pays qui ont des procédures spécifiques, car chez eux, la ratification précède la signature. «Ces pays n’ont pas signé le protocole en attendant que leurs Assemblées ratifient les documents. Si on tient compte de toutes ces questions, on peut estimer que la Zone de Libre Echange Continentale en Afrique obtient déjà le soutien d’une cinquantaine d’Etats Africains», a affirmé le Président Issoufou Mahamadou.

Vives félicitations des diplomates africains présents au Niger au Président de la République

Auparavant, le président du Groupe Africain, Doyen du Corps Diplomatique, M. Mahamat Noor Mollaye, ambassadeur du Tchad au Niger, a confié que tous les diplomates africains présents au Niger, sont venus pour féliciter le Président de la République SE Issoufou Mahamadou, pour le travail exemplaire accompli en sa qualité de Champion de l’UA pour la mise en place de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine. «Nous avons apprécié les efforts qu’il a fourni et nous avons également conscience que cette Zone de Libre Echange est très utile pour l’Afrique et les peuples africains», a souligné le Doyen du Corps Diplomatique. Selon M.

Mahamat Noor Mollaye, l’accomplissement de cette mission par le Président Issoufou Mahamadou est une chose importante à relever dans l’histoire de l’Afrique. «Nous sommes venus en tant que Groupe africain pour l’accueillir avec enthousiasme, le féliciter et le remercier pour l’accomplissement de cette œuvre d’une grande importance», a confié le Doyen du corps diplomatique. ‘L’Afrique est un continent qui a des potentialités de plus d’un milliard d’habitants et un marché important, donc l’application de la Zone de Libre Echange sera bénéfique pour tout le peuple africain» a estimé Mahamat Noor Mollaye.

Enfin, il faut rappeler qu’en route pour Niamey, le Président Issoufou Mahamadou a effectué jeudi 22 mars 2018, une escale à Abuja où il a rencontré son homologue du Nigeria, SEM Muhammadu Buhari. Le Président Issoufou Mahamadou a saisi cette occasion pour saluer le Président Buhari et le féliciter pour la libération des filles de Dapchi, au nord-est du Nigeria. Les deux Chefs d’Etat ont évoqué le Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine tenu mercredi dernier à Kigali et le Président Issoufou Mahamadou a fait part à son homologue nigérian des conclusions de ce Sommet. Le Nigeria n’ayant pas signé cet accord, l’on comprend que ses dirigeants aient décidé de prendre le temps nécessaire pour évaluer l’impact de cet accord sur la situation économique de leur pays.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

26 mars 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique