SIM Aminchi 0range

Conférence de presse conjointe après la signature de l’accord établissant la ZLECA, à Kigali, au Rwanda : «La ZLECA va aboutir à des transformations essentielles de l’économie africaine et des conditions de vie des africains », déclare le Président Issouf

Conférence de presse conjointe après la signature de l’accord établissant la ZLECA, à Kigali, au Rwanda : «La ZLECA va aboutir à des transformations essentielles de l’économie africaine et des conditions de vie des africains », déclare le Président Issoufou MahamadouLe Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, Champion de l’Union Africaine (UA) pour la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), a répondu, lors d’une conférence de presse, aux questions de la presse nationale et internationale, à l’issue du Sommet Extraordinaire de l’UA ayant décidé, le mercredi 21 mars 2018 à Kigali, au Rwanda, de la création de la ZLECA. Cette conférence de presse a été co-animée avec le Président en exercice de l’UA, SEM Paul Kagamé, et le Président de la Commission de cette organisation, M. Moussa Faki Mahamat,

En ce qui concerne le partenariat entre l’Afrique et les autres pays dont la Chine, le Président Issoufou Mahamadou a noté que jusqu’ici, les partenaires extérieurs de l’Afrique ont des relations avec «un marché fragmenté. » Désormais, avec la ZLECA, ces partenaires auront «un marché unique, un marché à l’échelle du continent. »

Le Chef de l’Etat a indiqué que la ZLECA va rendre plus forte la croissance du continent, qui pourrait passer d’un taux (de croissance)   de 5 pour cent actuellement à 7 pour cent. C’est dire que l’Afrique sera en position de faire partager aussi cette croissance avec les autres pays en particulier la Chine, a expliqué SEM Issoufou Mahamadou, invitant les partenaires extérieurs à venir partager, avec le continent, cette croissance. La ZLECA va amplifier tous les indicateurs économiques sur le continent. Elle va aussi amplifier les relations entre l’Afrique et ses partenaires, a-t-il dit.

Répondant à une question relative à l’espoir qu’il fonde après la signature de l’Accord établissant la ZLECA, le Champion de l’UA a, d’emblée, affirmé : « L’espoir est très grand». En mettant en place la ZLECA, les dirigeants africains ont décidé de répondre aux aspirations du peuple africain, en particulier de la jeunesse et des femmes africaines, à un mieux être et à la prospérité, a-t-il insisté.

La ZLECA aura des effets incroyables sur l’économie africaine et sur les conditions de vie des africains, a-t-il souligné. « Maintenant il faut poursuivre le travail, aller de l’avant, recueillir les signatures des Etats membres, et surtout les ratifications afin que l’Accord de libre échange continental puisse entrer en vigueur », a noté le Chef de l’Etat.

Une seconde phase de négociations va démarrer très bientôt et va   porter sur un certain nombre de textes notamment les protocoles sur les investissements, la concurrence et la propriété intellectuelle, a-t-il ajouté. « Nous allons poursuivre le travail sur tous ces chantiers », a affirmé le Président de la République», soulignant que « nous avons vécu, aujourd’hui, une journée historique, une journée mémorable. »

« C’est la fin de la balkanisation, de la division de l’Afrique. C’est l’union de tous les africains qui vont désormais parler d’une même voix, négocier au nom du continent africain, vis-à-vis de l’extérieur.». «Il s’agit d’une transformation profonde qui va s’opérer et je fonde l’espoir que les prochaines années vont aboutir à des transformations essentielles de l’économie africaine et des conditions de vie des africains notamment des femmes et de la jeunesse », a-t-il conclu.

En ce qui concerne le Nigeria, qui n’a pas signé l’Accord, le Président de la République a expliqué que l’intégration se fera par le haut et par le bas. Elle se fera au niveau des dirigeants, des responsables politiques, des citoyens, a-t-il indiqué.

Le Chef de l’Etat a dit avoir noté, depuis deux ans qu’il a la responsabilité de conduire les négociations sur la ZLECA, « la forte volonté des dirigeants d’aller rapidement vers l’intégration ». « Il n’est pas dit que dans certains pays les citoyens sont prêts. C’est pour cela que nous avons prévu une campagne de sensibilisation à tous les niveaux pour que les citoyens s’approprient le projet de ZLECA », a-t-il poursuivi.

Revenant au cas particulier du Nigeria, SEM Issoufou Mahamadou a noté « une très forte volonté des dirigeants de ce pays à aller vers l’intégration africaine. » « Il y a peut-être une phase d’explication, de sensibilisation à opérer et j’espère qu’après la campagne de sensibilisation, la situation peut évoluer dans ce pays, qui est la première puissance économique du continent», a-t-il estimé.

A une question relative aux pays africains peu industrialisés qui seront les parents pauvres de l’intégration, le Chef de l’Etat a répondu : « Je ne le pense pas.» Et d’expliquer : «Chaque pays africain a des avantages comparatifs et l’intégration permettra à chaque pays africain d’exploiter ses avantages comparatifs.»

« Il y a des pays qui ont une vocation minière, d’autres une vocation agricole…et chacun de ces pays verra sa vocation mise en œuvre, mise à profit dans l’intérêt non seulement de son peuple mais également de l’ensemble du continent», a affirmé le Président Issoufou Mahamadou.

Abdourahmane Alilou AP/PRN

23 mars 2018 
Source : http://www.lesahel.org/


Lesahel.ne

Imprimer E-mail

Politique