Défense des actions du pouvoir : Et si le MNSD-NASSARA fait moins de zèle ?

Défense des actions du pouvoir Et si le MNSD-NASSARA fait moins de zèle ? Arrivé au sein de la mouvance pré- sidentielle, plusieurs mois après les élections contestées de 2016 et après avoir rejeté les résultats desdites élections, le Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA) fait, aujourd’hui, montre d’un zèle exagéré dans la défense des actions du régime du Président Issoufou Mahamadou.

A travers son secrétaire général Abdoulkadri Tidjani, à qui le PNDS-TARAYYA a confié le moins important ministère de la formation professionnelle, dans un pays où le système éducatif dans globalité est délaissé, le parti de Seïni Oumarou agit comme s’il faisait partie de la cinquantaine des partis politiques qui ont soutenu la candidature du président Issoufou Mahamadou dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2016. Il y a une dizaine de jours, c’est le même Abdoulkadri Tidjani qui avait lu la déclaration des partis de la mouvance présidentielle, dans laquelle ils annonçaient leur intention d’organiser la marche du 4 mars dernier pour répondre à la société civile et à l’opposition qui contestent la loi de finances 2018. Le secrétaire général du MNSDNASSARA était tellement pressé de plaire à leurs nouveaux amis du PNDS-TARAYYA qu’il ne s’était pas rendu compte que dans sa grande partie, la déclaration qu’il lisait avec emphase s’en prenaient à l’opposition que son parti avait animé avec les partis de l’opposition actuelle, à la veille des élections de 2016 et même quelques temps après. Visiblement enivré par les avantages qu’il tire de sa position de membre de gouvernement, Abdoulkadri Tidjani ne s’est pas rendu compte que l’Alliance pour la Réconciliation, la dé- mocratie et la République (ARDR) – qui était prise à partie dans la déclaration qu’on lui a demandé de lire – était animée par le MNSD-NASSARA et les autres partis et que lui-même a eu à lire plusieurs de ses déclarations dé- nonçant les mauvaises actions de gouvernance du PNDS-TARAYYA et de ses alliés. Lors du meeting du 4 mars dernier aussi, le même secrétaire général du MNSDNASSARA s’est illustré par son zèle à vouloir défendre les actions du régime de la 7ème République et à s’en prendre aux autres citoyens qui dénoncent ces actions. On est certes en politique où certains soutiennent haut et fort qu’il n’y a pas de morale. Mais malgré cela, il est quand même très tôt pour que le MNSD-NASSARA – surtout son secrétaire général que les Nigériens ont suivi sur toutes les chaines de radios et télévisions privées en train de vilipender le Président Issoufou Mahamadou et son régime – venir aujourd’hui jouer le rôle d’avocat d’un pouvoir qu’il avait vomi.

On peut bien comprendre que le MNSD-NASSARA soit dans la posture de vouloir, coûte que coûte, anéantir ses anciens cadres et militants qui ont très tôt rejoint le Président Issoufou et créé leur parti, le Mouvement patriotique pour la République (MPR Jamahoriya). Mais il lui faut quand même avoir un minimum de grandeur en tant qu’un des plus anciens et grands partis politiques nigériens, au sein duquel des hommes et des femmes attachés à des grandes valeurs ont milité.

Dan Lamso 

13 mars 2018
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Politique