Mise en place du nouveau bureau de l’Organisation des jeunes Tarraya (OJT) : La procédure pour débarquer Bazoum Mohamed de la tête du PNDS-TARAYYA est-elle engagée ?

Mise en place du nouveau bureau de l’OJT La procédure pour débarquer Bazoum Mohamed de la tête du PNDS-TARAYYA est-elle engagée ?Le week-end dernier, l’Organisation des jeunes Tarraya (OJT) était en conclave à Niamey. Si cette rencontre a permis aux partis de la mouvance présidentielle d’avoir un monde supplémentaire, venu de toutes les régions du pays et même de la diaspora, pour meubler leur marche du dimanche 4 mars, elle a surtout été l’occasion pour les jeunes du principal parti au pouvoir de renouveler le bureau de leur organisation. Alors qu’un certain nombre de candidatures s’étaient manifestées, c’est finalement celle de M. Daoui Ahmet Baringuaye qui a été retenue pour le poste de président de l’OJIT. S’il est vrai qu’il est peu connu du grand public, le nouveau chef de la jeunesse du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-TARAYYA) est quand même issu de la toute puissante section de Tahoua, la région d’origine du Président Issoufou Mahamadou.

Du coup, de nombreux observateurs se demandent si l’élection de ce monsieur à la présidence de l’OJT n’est pas le début du processus tendant à affaiblir l’actuel président du PNDS-TARAYYA, M. Bazoum Mohamed, avant de le débarquer totalement du perchoir du parti présidentiel. Selon plusieurs écrits des médias – qui n’ont jamais été démentis par les intéressés –il existe une forte rivalité entre Bazoum Mohamed et des cadres du PNDS-TARAYYA de la région de Tahoua. Les médias en question parlent notamment de l’ancien Directeur général des douanes et actuellement ministre-conseiller à la présidence de la République, M.Issaka Assoumane.

Ce dernier serait soutenu par un puissant lobby, dont le propre fils du Président de la République, décidé à empêcher l’investiture de Bazoum Mohamed comme candidat du PNDS-TARAYYA à l’élection présidentielle de 2021. Quand on sait que l’OJT est une des structures stratégiques du PNDS-TARAYYA, on comprend que perdre son contrôle constitue un véritable handicap pour l’actuel ministre de l’Intérieur qui rêve de succéder à Issoufou Mahamadou à la tête de l’Etat. Ceux qui s’intéressent de près à la vie du PNDS TARAYYA savent déjà que l’ascension qu’a connue Bazoum Mohamed au sein de ce parti était plus liée à ses amitiés avec Issoufou Mahamadou qu’à son poids électoral. Les rares fois que l’homme s’est fait élire député au titre de la circonscription spéciale de Gouré, le PNDS TARAYYA a dû solliciter et obtenir l’aide de ses partis allié. Ce manque de base électorale serait la principale raison pour laquelle ses opposants internes au sein du PNDS-TARAYYA estiment que Bazoum Mohamed ne peut pas être leur candidat à la prochaine élection présidentielle. D’autres lui reprocheraient aussi son langage qui ne serait pas approprié pour une personnalité aspirant à diriger un pays comme le Niger. A ce propos, la dernière interview accordée par Hama Amadou à la chaine panafricaine «VOX AFRICA» aurait beaucoup desservi Bazoum Mohamed. Surtout que juste après cette interview, un discours tenu par Bazoum Mohamed lors de la campagne du second tour de la présidentielle de 2016 a été posté sur les réseaux sociaux. Dans ce discours, le président du PNDS-TARAYYA a tenu des propos pour le moins orduriers pour un homme d’Etat digne de ce nom.

Dan Lamso

13 mars 2018
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Politique