PNDS Tarayya : Le concasseur concassé ?

PNDS Tarayya : Le concasseur concassé ?Les observateurs sérieux de la scène politique de notre pays ont prévu une mise en branle très prochaine du principal parti au pouvoir, le PNDS. En effet la succession du Président Issoufou Mahamadou à la tête du parti est une véritable énigme qui risque de semer la discorde et la dispersion des forces. À l’allure où vont les choses, les joutes s’annoncent comme un véritable cyclone dont les vagues impétueuses disloqueront le globe socialiste en plusieurs lambeaux. Les uns et les autres annoncent au moins trois tendances. Cependant, avec les agissements imprévisibles de certains troubadours et usurpateurs des chasses gardées des autres, le PNDS est parti pour un éclatement sans précédent. Il sera concassé de belle manière avec des petites gens qui voudraient usurper la légitimité à certains caciques. C’est le cas aujourd’hui d’un certain Issaka Ousmane qui joue des coudes pour se faire désigner comme prochain candidat du PNDS. C’est bien par cette pratique que le PNDS a réussi à mettre en branle plusieurs partis politiques pour finir par faire rallier à sa cause les ailes dissidentes. Sauf qu’ici, il apparaît comme son propre bourreau, son propre concasseur.

Habba Issaka Assoumane ! Il est bien vrai que cet homme a séjourné un temps à la tête des services des douanes du pays, un poste qui lui a très certainement permis d’engranger de sérieuses ressources. Surtout qu’en son temps la douane n’avait pas été délestée de certaines de ses prérogatives gloutonnes. Devenu riche, très riche avec des maisons haute gamme dans tout le pays (Konni, Tahoua, Niamey…), des jardins, des animaux, des voitures et tout ce qui matérialise une assise financière digne de ce nom, cet homme originaire de Tahoua (Konni) n’attend désormais qu’une chose : le pouvoir pour servir la logique qui veut qu’après l’argent c’est le pouvoir

Même s’il est vrai que l’homme est sous l’influence du vertigo, même s’il est vrai que l’argent fait le pouvoir, même s’il est vrai que la succession de Mahamadou Issoufou reste très ouverte, même si, même si… il faut quand même rester lucide et garder les pieds sur terre. Habba Issaka ! Même s’il est vrai que beaucoup considère hypothétique la candidature de Bazoum Mohamed, faudrait-il que des troubadours sortis presque du néant s’activent à brouiller la donne ? Au service de qui s’agitent-ils car logiquement, cet homme ne pèse pas, il ne fait pas le poids comme on dit. Il peut être présidentiable ; cependant, il y mieux que lui au PNDS. Si même il arrivait à écarter Bazoum, que ferait-il de ceux annoncés depuis belle lurette : Ouhoumoudou, Alma d‘Agadez, l’homme de Diffa et celui d’Agadez ?

06 mars 2018
Source : Le Canard en Furie

Imprimer E-mail

Politique