Lancement du programme américain de lutte contre le paludisme au Niger : 18 millions de dollars US investi dans ce programme sectoriel

Programme americain de lutte contre le paludisme NigerLe Gouvernement américain veut accompagner les autorités sanitaires du Niger à réduire les taux de paludisme et les décès qui en sont causés. Pour cela, le pays du Président Trump met en œuvre le programme PMI (une initiative du président américain contre le paludisme au Niger) avec un financement de 18 millions de dollar américain. La cérémonie de lancement dudit programme a eu lieu, mercredi 20 février dernier, à l’Hôtel Gawey de Niamey sous la présidence du ministre nigérien de la santé publique Illiassou Mainassara en présence de l’ambassadeur.

Le Programme PMI, note-t-on, est l’initiative du gouvernement américain pour combattre le paludisme et le taux de mortalité causé par la maladie. Il intervient dans 24 pays sub-sahariens, dont le Niger.

S’agissant de son intervention au Niger, dont la présente cérémonie consacre le démarrage des activités, c’est la bagatelle somme de 18 millions de dollars de dollars (environ un peu moins de 10 milliards de francs CFA) qui sont investis rien que pour la première année de son exécution pour réduire les infections paludéennes et les décès dus au paludisme au Niger. Placé sous la tutelle de l’Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID), il est mis en œuvre conjointement avec le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Le ministre nigérien en charge de santé publique juge ce programme d’une importance capitale car, dira-t-il, « le Niger fait face aux nombreux défis de santé en général et en particulier à la persistance des cas élevés de paludisme dans les tranches d’âges les plus vulnérables de notre population, à savoir les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes ».

Selon le responsable gouvernemental en charge de la santé, l’Etat du Niger a investi beaucoup de moyens dans la prévention et la prise en charge de malades du paludisme, mais la maladie continue à faire des victimes c’est pourquoi, explique Dr Illiassou Mainassara, cette assistance des Etas unis est venue à point nommé.

« Nous devons nous réjouir de l’appui de l’Initiative Présidentielle contre le paludisme qui a octroyé à notre pays une subvention pour un cycle de 5 ans dont 18 millions de dollars US pour la lutte contre le paludisme pour cette année 2018 » a-t-il martelé.

Occasion pour l’Ambassadeur des Etats Unis au Niger, Eric Whitaker de donner un bref historique de ce programme. Cette initiative n’est pas une nouveauté sur le continent africain, rappelle le diplomate. « Lors de son lancement en 2005, elle avait pour objectif de réduire de 50% la mortalité liée au paludisme dans 15 pays d’Afrique à forte charge de morbidité » a –t- il déclaré.

Selon lui cette initiative a porté ses fruits. Citant des chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il avance que « plus de 6,8 millions de décès dus au paludisme ont pu être évités à travers le monde, entre 2001 et 2015, grâce au partenariat continu entre le PMI, le Fonds mondial et les gouvernements des pays cibles de cette initiative », s’est-il réjoui.

Au Niger, les Etats Unis « travailleront en collaboration avec le Programme national de lutte contre le paludisme et d’autres partenaires pour atteindre l’objectif du Ministère de la Santé publique de réduire, de plus de 40 %, la mortalité et la morbidité associées au paludisme, d’ici 2021 » a-t-il souligné.

Selon les chiffres avancés par les Etats Unis, le paludisme est la cause principale de maladie et de la malnutrition au Niger. « 3,3 millions de cas de paludisme enregistrés représentent 28% de l’ensemble des maladies que connait le pays et 50% des décès déclarés » rapporte un communiqué de l’USAID. Aussi cette maladie a-t-elle des effets directs sur l’économie et le bien-être familial au Niger. Il est « le principal motif d’absence des adultes au travail et des enfants à l’école » ajoute le communiqué.

La signature des conventions de financement de ce Programme entre le Ministre de la Santé Publique et la Représentante résidente de l’USAID au Niger a marqué la fin de la cérémonie.

Mahamane Sabo Bachir

22 février 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique