Opposition politique et société civile : la collusion dévoilée au grand jour

Societe-Civile-Niger-06.jpgDepuis quelques temps, des informations provenant de sources concordantes font état d’une collusion entre les structures de la société civile manifestant chaque deux semaine contre la loi des finances 2018, et les partis politiques de l’opposition regroupés au sein du Front pour la restauration de la démocratie et la République (FRDDR) et le Front de l’opposition indépendante (FOI. Des informations qui ont été accentuées par le ministre de l’intérieur Bazoum Mohamed lors d’une récente sortie médiatique qui a suscité la colère des structures de la société civile notamment le Mouvement patriotique pour une citoyenneté responsable.

Par un communiqué de presse en date du 20 février 2017, signé par le vice-président du FRDDR Falké Bacharou, l’opposition politique appelle « toutes les structures nationales et territoriales du FRDDR ; toutes les organisations de masse membres ; l’ensemble des militantes et militants, sympathisantes et sympathisants des partis membres du FRDDR à prendre part massivement à la journée d’Actions citoyennes (JAC) contre la mauvaise gouvernance et la loi antisociale des finances 2018, qu’organise le cadre de concertations d’actions citoyennes de la société civile nigérienne indépendante le dimanche 25 février 2018 dans toutes les localités de notre pays ».

Avec ce communiqué, l’opposition politique ne peut plus nier les « bonnes relations » qu’elle entretient avec ces structures de la société civile dont certains des leaders sont régulièrement accusés d’avoir une certaine accointance avec le personnel politique de l’opposition. Certains argumenteront que lors des manifestations contre le tazartché, les partis de l’opposition de l’époque (PNDS et autres) avaient œuvré la main dans la main pour la contestation du projet tortueux de Mamadou Tandja. Sauf qu’à l’époque, cette alliance entre partis de l’opposition, syndicats et structures de la société civile était pleinement assumée au nom de la lutte jugée légitime contre la violation de la constitution. Ce qui n’était pas le cas de nos jours avec les dénégations répétées de l’opposition, maintes reprises, d’un quelconque lien avec la société civile tout en adoubant le combat de celle-ci. Mais les masques sont définitivement tombés avec ce communiqué qui prouve bien la « convergence de vues » entre cette societé civile et l’opposition politique. Le fil conducteur de cette relation est selon de nombreux analystes, la volonté de renverser le régime de la 7ème République et de créer un nouvel horizon politique autour de Hama Amadou. Le récent message audio largement partagé sur les réseaux sociaux, et attribué à Mme Bayard Mariama du FOI, a fini par convaincre définitivement ceux qui pensaient qu’il y avait anguille sous roche concernant le maintien actuel de la mobilisation de cette fange de la societé civile. Le sujet sera probablement abordé le 4 mars prochain, lors de la manifestation des partis de la majorité, cette mobilisation du FRDDR et du FOI autour de la manifestation de la convergence des structures de la société civile.

Garé Amadou 

22 février 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique