Orange Money 300%

Gestion des communes : La purge des indélicats continue

 Les décisions à l’encontre des conseils municipaux inefficaces et maladroits et des maires indélicats se succèdent. Le conseil des ministres du vendredi 16 février 2018 n’y est pas allé de main morte.

Les conseils municipaux des communes rurales de Gollé (région de Dosso) et de Tesker (région de Zinder) et de la commune urbaine de Dakoro (région de Maradi) sont dissous. Et ce, en application de l’alinéa 1de l’article 177 du Code Général des Collectivités Territoriales qui stipule : « Lorsque son fonctionnement se révèle impossible, le Conseil Municipal ou Régional peut être dissous ». Selon le conseil des ministres du vendredi dernier qui a pris ces décisions, le dysfonctionnement de ces conseils municipaux ci-dessus incriminés est révélé par des rapports de missions d’inspection et de contrôle de l’Inspection Générale de l’Administration Territoriale. Ces mêmes missions ont fait cas d’autres manquements graves dans la gestion desdites communes, manquements pour lesquels leurs premiers responsables et leurs complices éventuels vont répondre devant la justice.

Pour la commune rurale de Garagoumsa (région de Zinder), le dommage sera moindre. Seul le maire est révoqué de ses fonctions, en application pour son cas de l’article 63 du Code Général des Collectivités Territoriales. A son encontre de Maman Issaka (c’est son nom) plusieurs chefs d’accusation : dépenses irrégulières appuyées de mandats de paiement sans pièces justificatives probantes ; mandats de paiement irréguliers ; spéculation foncière organisée par le maire à son profit ; passation irrégulière de marchés publics ; endettement irrégulière de la commune. Ce n’est pas la première fois que des sanctions sont prononcées à l’encontre des conseils municipaux ou des maires. Les dernières remontent au mois d’août dernier avec la dissolution en conseil des ministres du conseil de ville de Niamey et ses démembrements.

En fin juin passé (30 juin 2017 précisément), le conseil des Ministres avait pris la décision de la dissolution du conseil municipal de commune urbaine de Bilma et prononcé la révocation de plusieurs maires : Ingall- Agadez (maire Mohamed Mamane) ; Gamou-Zinder (maire Hassane Kourma) ; Gougaram-Agadez (maire Moussa Matachi) ; Karma-Tillabéry (maire Abass Yacouba et son adjoint Nouhou Himou) ; et Gouré-Zinder (maire Ali Amadou). Plus loin, on peut citer la révocation des présidents de conseils municipaux de Niamey (Oumarou Moumouni Dogari) et de Maradi (Kassoum Moctar) pour des fautes de gestion.

Il faut noter que tous les manquements relevés sont contenus dans le dernier rapport de la Cour des Comptes rendu publique qui a fait des recommandations pertinentes pour une meilleure gestion des collectivités territoriales.

Oumarou Kané

19 février 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique