Déclaration des partis de la majorité : Bientôt la MRN et l’APR dans la rue !

Déclaration des partis de la majorité : Bientôt la MRN et l’APR dans la rue ! En guise de réponse à l’opposition et surtout aux persistantes manifestations de rue organisées par la société civile, les partis membres de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN) et de l’Alliance pour la République (APR) projettent d’organiser le 4 mars prochain une marche pour soutenir les actions du Président de la République. Ces partis l’ont fait savoir suite à une déclaration qu’ils ont rendue publique le mercredi 14 février 2018 au siège du PNDS- Tarraya. Cette sortie médiatique de la majorité intervient à un moment où la société civile continue de maintenir la pression en vue d’une modification de la loi des finances 2018.

Visiblement, les partis de la majorité ont compris qu’ils ne peuvent continuellement garder le silence pendant que la grogne sociale s’accentue de jour en jour. Ils ont décidé de répondre point par point aux opposants politiques ainsi qu’à la société civile à travers une déclaration rendue publique aux lendemains de la marche organisée par une coalition d’organisation de la société civile dénommée cadre de concertation et d’actions citoyennes de la société civile nigérienne indépendante. Cette dernière est engagée dans un combat pour l’abrogation pure et simple de certaines dispositions contenues dans la loi des finances 2018.

Selon les termes de la déclaration, les Nigériens assistent depuis quelque temps à une agitation coordonnée de l'Opposition politique et d'une certaine société civile autour de thèmes qui sont autant de prétextes pour leur permettre de réaliser leur même et unique dessein de déstabiliser le régime et de remettre en cause les institutions issues des élections de l'année 2016.


S’agissant de l’attitude de l’opposition politique, les partis de la majorité estiment qu’elle n'a rien de surprenant dès lors que celle-ci a depuis toujours délibérément décidé de ne pas reconnaître le caractère strictement judiciaire des raisons des déboires de son chef de file. Sa stratégie par laquelle elle veut à tout prix faire de ce cas judiciaire évident l'enjeu absolu de son combat politique, ne peut que la confiner dans des postures radicales. La coalition des partis au pouvoir a également lancé un appel aux partis de l'opposition afin de désigner leurs représentants.
Par rapport à la controverse autour de la loi des finances 2018, la majorité pense qu’elle est l'autre prétexte d'une mobilisation conçue pour être ultime de l'opposition et de son faux nez opérant sous le label de la société civile.

‘’Le caractère strictement politicien de leur combat a dès le départ été trahi par leur tentative grossière et éhontée de mobiliser l'opinion sur la base d'arguments religieux fallacieux. Ainsi s'étaient-ils lancés dans une campagne tous azimuts selon laquelle l'Etat prélèvera désormais des impôts même sur la part d'héritage des enfants orphelins à l'occasion du décès de leurs parents, en violation des prescriptions de la Sharia. Après avoir qualifié cette loi de satanique, il n'y a guère à ce jour que les plus dévergondés d'entre eux pour continuer d'user de cet argument dans leur communication, car un mois et demi après l'entrée en vigueur de cette loi, les orphelins dont ils s'apitoyaient hypocritement sur le sort, invoquant perfidement Dieu et son Prophète se sont avérés de purs produits de leur imagination satanique à eux’’, a indiqué la MRN.
A écouter l'opposition et sa société civile, a indiqué la déclaration, c'est le principe même de l'impôt qui est illégitime comme s'il est possible de faire fonctionner un État sans que les citoyens n'y contribuent de quelque façon que ce soit. L'impôt constitue le moyen de l'expression de la souveraineté d'un État et aucune perspective de développement d'un pays ne se conçoit sans une politique fiscale appropriée. Aussi, la majorité pense que la propagande selon laquelle le gouvernement aurait fait des cadeaux fiscaux à des sociétés multinationales tout en accentuant la pression sur les citoyens les plus pauvres relève de la mauvaise foi éhontée.
‘’Qu'ils se détrompent, ces buffets dressés à tous les dîners et cet argent détourné et investi à l'étranger par les dirigeants actuels qui les font tant saliver n'existent que dans leur imagination envieuse. Ce qui en revanche est vrai c'est que les maigres ressources de l'Etat sont utilisées à payer régulièrement les salaires des fonctionnaires et les bourses des scolaires, à assurer la sécurité, à construire des infrastructures et à délivrer tant bien que mal les services sociaux de base. Nous ne le répèterons jamais assez, c'est une prouesse remarquable à l'actif du gouvernement que notre pays tienne si solidement malgré un environnement régional très défavorable’’ a fait savoir la majorité. A propos des bases militaires étrangères, ce sont elles qui contribuent notamment à leur permettre de dormir tranquillement sont présentes dans presque tous les pays d'Afrique de l'ouest et du centre plus ou moins menacés par le terrorisme.

Pour la majorité, dans aucun de ces autres pays, l'opposition n'en fait un thème de campagne alors même que c'est seul le Niger qui est entouré par 3 grands foyers terroristes à ses frontières. C'est la preuve que notre opposition est aux abois et qu'elle est obligée pour cette raison de recourir à tous les arguments, même les plus contreproductifs et les plus dérisoires.
M.H

17 février 2018
Source : Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Politique