Ladan Tchiana tient, malgré tout, les manettes de son parti

 C’est désormais un fait classique au Niger : dès qu’un leader de parti politique quitte le gouvernement ou d’autres institutions Républicaines, certains esprits malveillants s’organisent pour aussitôt jeter l’opprobre sur leur leader ou pour répandre les germes de la division au sein de la formation politique à laquelle ils sont sensés appartenir. C’est du moins la tentative éhontée d’une catégorie de militants du parti AMIN AMEN qui voulaient mettre à profit la démission du ministre d’état HAMIDOU TCHIANA dit LADAN du gouvernement pour se faire une place au soleil, en distillant à qui veut l’entendre une imaginaire crise entre le président du parti et son allié principal de la MRN en l’occurrence le PNDS TARAYYA. Toutes choses que les faits et la real politique sont en train dé- mentir chaque jour. Vouloir insinuer de telles mensonges équivaut à ne pas connaitre la personnalité de LADAN TCHIANA, qui n’est certainement pas descendu dans l’arène politique parce qu’il a« les intestins fragiles », selon une expression consacrée chez nous. LADAN est, avant tout, un riche héritier qui pouvait se contenter de faire fructifier sa fortune dans des domaines plus sûrs que le terrain politique. Si donc il est entré en politique, c’est parce qu’il reste et demeure convaincu que le président de la République ISSOUFOU MAHAMADOU n’a d’autres ambitions que de hisser le Niger sur les rails de l’émergence. Son brillant passage aux diffé- rents postes dans le gouvernement en est l’éloquente illustration. Omar HamidouTchiana, du ministère des mines à celui des transports, a traduit dans les faits et par ses actes son extrême loyauté par rapport aux nobles ambitions du Président Issoufou. Discret mais efficace, il a marqué de son empreinte, la marche, sinon la gestion de ces ministères. Contrairement à d’autres leaders politiques, le ministre LADAN n’a nullement besoin des moyens de l’Etat pour animer sa jeune formation politique et sur cela tous les nigériens sont unanimes ! Quelques mois après son départ du gouvernement, force est de constater qu’en dépit de tous les assauts de ses adversaires, le ministre LADAN maitrise et contrôle totalement ses troupes car avant tout, il dispose heureusement de la force morale et surtout des ressources financières consé- quentes pour mettre en ordre de bataille son parti Amin Amen pour les prochaines échéances électorales. Avis à ses détracteurs pour dire que le ministre LADAN est une valeur sûre sur laquelle les nigériens peuvent compter plaise à Dieu en 2021 !

Dan Mallam 

2 février 2018 
Source : L'Actualité 

Imprimer E-mail

Politique