SIM Aminchi 0range

Gèle de la hausse de tarifs : Albadé Abouba soulage, Hassoumi Massoudou mélange

 Gèle de la hausse de tarifs Albadé Abouba soulage, Hassoumi Massoudou mélange L’année 2018 débute pour les nigériens comme ils la pressentaient. En effet, depuis l’adoption par les députés de la majorité de la fameuse loi de finances 2018 en novembre 2017 et sa promulgation par le Président de la République, la population s’attendait à vivre l’une des pires années dans pays. Puisque les nouvelles mesures contenues dans cette loi ne présageaient rien de bon pour le Peuple. Des mesures qui vont des nouvelles taxes sur l’habitation au prélèvement du tva sur des produits et services de première nécessité pour la population. Ainsi, aussitôt 2018 entamée, les nouvelles mesures commencent à se faire sentir. Et les premiers secteurs touchés sont : les transports, le transfert d’argent et les abonnements télé. En effet, dans tous ces trois secteurs les prix ont considérablement augmenté. En ce qui concerne le transport, des axes comme Niamey-Agadez et Niamey-Diffa qui était de 22.000 sont passés à 27.000 FCFA dans toutes les sociétés de transports voyageurs et concernant le transfert d’argent, une tva de 19% est prélevée sur chaque envoi en plus des frais d’envoi et un timbre de 200 fr. C’est cette situation qui a conduit le Premier ministre par intérim, le ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage Albadé Abouba à prendre ses responsabilités en prenant des mesures conservatoires. C’est ainsi qu’il convoqua une réunion ministérielle avec la chambre de commerce et des représentants des sociétés en question, le jeudi 25 janvier pour discuter de la « hausse sauvage » des prix du transport, du transfert d’argent et des abonnements télé ». Une rencontre sanctionnée par un compromis portant sur le « gèle des nouvelles tarifications ». C’est ainsi que les tarifs admis après cette rencontre sur les axes Niamey-Diffa et Niamey-Agadez sont ramenés à 24.000F au lieu de 27.000F. Même insuffisant, cet acte témoigne du leadership qui caractérise le Ministre Albadé Abouba. Il a juste fallu qu’il soit Premier ministre par intérim pour qu’il allège une partie des souffrances de nos populations. Il confirme ainsi ses valeurs intrinsèques de solidarité et de compassion qui lui sont reconnues par ceux qui le fréquentent.

Cet acte salutaire du Premier ministre intérimaire Albadé Abouba contraste malheureusement avec l’attitude arrogante et va-t-en-guerre du ministre des Finances Hassoumi Massoudou dont l’art de gouverner semble se résumer à la menace, aux intimidations et au mépris envers le peuple qu’il est censé servir. Le ministre des Finances, parlant du gèle des nouveaux tarifs, qualifie les responsables des sociétés de transports et de transfert d’argent de « cartel » pour dénoncer « un soi-disant » entente entre les sociétés en question sur l’augmentation des prix, avant de proférer, comme à son habitude, des menaces à leur encontre. « C’est nous qui autorisons à faire les transferts d’argent, nous pouvons suspendre ça » dixit Hassoumi Massoudou avant d’ajouter que « nous pouvons revoir la loi pour supprimer le code des investissements »

31 janvier 2018
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Politique