Problème d’énergie au Niger : des solutions envisagées pour réduire la vulnérabilité

Problème d’énergie au Niger : des solutions envisagées pour réduire la vulnérabilitéJusqu’en fin 2017, le problème de l’insuffisance énergétique du Niger n’a pas encore eu des solutions idoines. Cependant, au regard de l’actualité, l’on se rend compte que cette rude question préoccupe tant les autorités. Plusieurs solutions au problème sont annoncées. Des solutions, qui visiblement, n’annoncent pas la fin du calvaire.

L’insuffisance énergétique est l’une des préoccupations de la population les plus évoquées, ces jours-ci, par les autorités nigériennes. A chacune de ces occasions où le sujet s’invite, des solutions sont promises.

Le Président de la République, Issoufou Mahamdou s’est félicité de l’inauguration de la centrale thermique de Gorou Banda, en 2017 tout en annonçant la reprise effective des travaux de Kandadji et la poursuite de ceux de la centrale de Gorou Banda en 2018.

« L’année 2018 sera aussi l’année de la reprise effective des travaux du barrage de Kandadji dont la mise en eau doit intervenir en 2020. Elle verra également le lancement des travaux de la centrale photovoltaïque de Gorou Banda et de la centrale hybride d’Agadez » a déclaré le Chef de l’Etat dans son message à la Nation à l’occasion du nouvel an.

Cette annonce de Chef de l’Etat intervient 48 heures après un entretien qu’il a accordé à une délégation d’autorités nigériennes en charge de l’énergie.

Il s’agit du Président de la Société Nigériane d’Electricité (NEPA) et du responsable de l’interconnexion électrique de l’Afrique de l’Ouest, M. Mohamed Usman Gur.

Selon les medias gouvernementaux, l’entretien qui s’est déroulé en présence du Directeur Général de la Société Nigérienne d’Electricité (NIGELEC) a porté sur le travail abattu par NEPA dans le cadre de l’interconnexion de la ligne qui reliera le Nigéria au Bénin, au Niger et au Burkina Faso.

Pour rappel, c’est la nigériane TCN qui fournit 72% de l’électricité consommée au Niger, selon l’accord inter-Etat signé en 2010.

En novembre dernier, interpelée par les parlementaires, la ministre de l’Energie Amina Moumouni a fait savoir que des réformes sont en cours dans le secteur énergétique au Nigéria.

Conséquence : « la TCN ne sera plus l’interface de l’Exécutif nigérian en termes de fourniture d’électricité. Le contrat du Niger sera transféré au Nbet (National bulk electricity trading) » comme l’a annoncé un confrère basé à Niamey.

C’est à cette compagnie (la Nbet) que le Niger a versé (tout comme le Bénin) les dettes contractées (223 millions d’euros pour les deux pays) pour l’approvisionnement en électricité (en mai et en novembre).

Le Nigéria, note-t-on, traverse aussi une crise énergétique. Selon les précisions du site d’information Niameyetles2jours, « au premier trimestre 2017, le pays a généré environ 3,7 Gw pour une demande de 15 Gw, selon le bureau nigérian des statistiques (Nbs) », chose qui peut avoir des conséquences néfastes sur le besoin énergétique du Niger. Plusieurs promesses sont donc faites, les nigériens attendent, sans aucun doute, impatiemment la concrétisation de celles-ci.

Pour rappel, La fourniture en électricité au Niger ne couvre pas les besoins du Niger. Ces mesures prises sont certes à saluer, mais il reste du chemin à parcourir.

Mahamane Sabo Bachir 

05 janvier 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique