Orange Lutte Traditionnelle  Niger

ANDP ZAMAN LAHIYA : le parti des anciens soldats

ANDP ZAMAN LAHIYA : le parti des anciens soldatsCette formation politique dirigée par l’homme de consensus, j’ai nommé feu Adamou Moumouni Djermakoye ensuite son frère feu Moussa Djermakoye, paix à leurs âmes. En effet, dans la perspective de nommer ou élire un nouveau président, les pronostics vont bon train, sauf que à l’heure où nous parlons de cette affaire les choses sont désormais claires c’est-à-dire que personne ne doit parler au sein de cette formation politique ou prétendre une quelconque ambition si ce n’est qu’après la quarantaine de la disparation du président du CESOC. Il faut juste noter, que pour illustrer notre titre, nous évoquons le nom du prochain président du parti de toute vraisemblable j’ai nommé le Général Mounkaila Issa actuel N°1 de la Gendarmerie Nationale, lui aussi sera un ancien soldat dans une semaine selon nos sources, il sera mis à la retraite.

La décrispation ayant enfanté la démocratie au Niger a permis de délier les langues des Nigérien meurtris par l’oppression de la dictature militaire avec ses corolaires. Ainsi en faveur de ce renouveau politique, les Nigériens se sont organisés en diverses associations avec diverses dénominations selon leurs objectifs.

Chacune des couches socio-professionnelles s’est distinguée par une appellation afin de participer à l’effort de la reconstruction Nationale à travers l’organisation d’une conférence Nationale souveraine ; Ainsi commença la course pour la conquête du pouvoir et les partis politiques vont naitre et pousser comme des champignons.

Parmi les grands coursiers se trouvait L’ANDP+/Zaman-Lahiya du Colonel de l’armée retraité d’office soutenu par une charpente en marbre d’hommes et de femmes extrêmement acquis à l’honneur et à la dignité du Niger. Parmi ses anciens compagnons se trouvait l’actuel PM (Brigi Rafini) connu pour sa sagesse, sa probité, et sa loyauté jamais égalée.

Cette formation politique naquis de la scission du MNSD parti- état lors de son congrès constitutif et à l’issu duquel un bureau élu prendra désormais les destinées afin de reconquérir le pouvoir perdu au profit des forces démocratiques maitresses de la conférence Nationale souveraine.

Le déchirement était tel que le colonel et ses lieutenants politiques ont dû se retirer et créer leur propre formation politique les mêmes jours ayant suivi leur départ et l’ont dénommé : ANDP/Zaman-Lahiya. A voir la composition de son nouveau bureau, on a l’impression que tout le Niger était avec lui au point où il était déjà pressenti comme futur président démocratiquement élu pour les prochaines élections ,mais hélas après le scrutin de 1992, il se taille l’honorable place de Président de l’Assemblée Nationale de l’AFC dont il fut membre fondateur et où la cohabitation n’a pas été du tout aisée entre les divers acteurs parmi lesquels la franchise avait une petite place.

Là, le feu Djermakoye a passé tout son temps à prôner la paix et la tolérance mutuelle : ce qui lui valut le sobriquet de «l’homme du consensus » et qui l’a suivi jusqu’à son dernier souffle, créant ainsi un grand vide à combler tant pour son parti que pour le Pays.

Après lui, son successeur a tenté, mais très rapidement, il fut contrecarré par des ennemis de tout ordre bien qu’étant lui même d’une grande envergure.

A l’heure où cette succession revient à l’ordre du jour, les responsables et les inconditionnels du parti doivent tout mettre en œuvre pour débarrasser le parti de ses détracteurs internes dont la plus part trainent des casseroles allergique à la HALCIA.

L’homme providentiel pointe déjà à l’horizon,et ce dernier est connu de tous les Nigériens pour son intégrité, sa maturité et sa carrure sans commune mesure. Sa popularité jamais égalée a fait de lui un très bon chef. Son parcours administratif est là pour l’attester.

Général ! Votre mission doit se poursuivre au-delà de votre carrière militaire ; car les Nigériens ont encore besoin de vous. Il faut continuer à servir votre cher pays en prenant la tête de ce joyau que vos ainés vous ont laissé afin deparachever l’œuvre déjà entamée.

Ceci est le cri de cœur des vrais militants du parti et non de ceux-là qui l’ont utilisé pour se réaliser où pour se couvrir. Déjà, ils commencent à engager les luttes afin de contrecarrer la volonté du vrai militant. Affaire à suivre…

Dan Mallam

29 décembre 2017
Source : Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Politique