MPR Jamahuriya : la crise des nerfs divise dans les rangs du parti d’Albadé Abouba !

MPR Jamahuriya : la crise des nerfs divise dans les rangs du parti d’Albadé Abouba !Il y a en ce moment comme une forte odeur de division dans les rangs du MPR Jamahuriya, parti que dirige Albadé Abouba, ancien secrétaire général du MNSD Nassara. Du reste, c’est pour avoir longtemps tiraillé avec leur parti initial qu’Albadé et certains de ses camarades s’étaient résolus à rompre les rangs du Nassara pour fonder leur parti actuel, le MPR Jamahuriya. Cette nouvelle formation politique est donc composée par d’anciens caciques du MNSD, mais aussi des autres formations politiques de la place. En général, avant de quitter leurs anciens partis, presque tous l’ont fait de manière souvent rugueuse, si d’autres n’avaient pas réussi à créer une véritable hémorragie dans leurs anciens rangs. A Jamahuriya, l’on est donc habitué aux bagarres et autres empoignades lorsque cela s’avère nécessaire. Ce qui constitue un gros drame pour le président de jamahuriya Albadé qui n’a de cesse appelé à la cohésion dans les rangs. Ainsi lorsque certains clans du parti s’affrontent entre eux, Albadé a des réelles difficultés à obtenir d’eux « un cessez- le feu ». Telle cette histoire d’humeur au sein de la section de Niamey. Il ne s’agit pas d’une crise dans les rangs comme on peut l’imaginer, encore mois de querelle idéologique pour faire triompher les idéaux du parti. Il s’agit plutôt d’une lutte de positionnement entre individus. Disons entre grandes figures du Jamahuriya à savoir l’ancien président de l’Assemblée Nationale et président de la section Jamahuriya de Niamey, Amadou Salifou d’un côté, et de l’autre, un autre ex, un has been dirions-nous, en la personne de Hamidou Garba, ancien gouverneur de la région de Niamey. La bataille est rude d’autant que chacun des deux meneurs s’est vu renforcer par quelques pontes du parti. Ainsi Garba a le plaisir de compter avec l’actuel gouverneur de Niamey, M. Seydou Ali Zataou, pendant que Salifou lui justifie d’une horde de militants de son quartier d’origine, Goudel, complètement acquise à sa cause. Ce sont donc les membres de ces clans qui se livrent une rude bataille au mépris des intérêts de leur propre formation politique. Soit une belle manière de troubler le sommeil du président du parti Albadé Abouba. Ses tentatives de conciliation, et ses nombreux coups de téléphone en diverses heures de la journée n’y font absolument rien. Les clans belligérants ne veulent rien savoir, encore moins entendre…..Chacun jette la pierre du côté opposé et l’accuse de tous les vices possibles. Le drame que vivent les militants sincères du MPR Jamahuriya n’est pas moindre. De même, le premier responsable du parti Albadé Abouba ne s’attendait à une telle attitude de la part de deux grands responsables de son parti. Il se demande par ailleurs quelle mouche les a piqués.

L’autre difficulté vient de ce que la section de Niamey est tout de même la « section phare » du parti, soit la face la plus visible de celui-ci, si elle ne constitue même pas les fondements premiers du MPR. Si donc Niamey cède à la crise ou à la division, quelle autre parmi les sept autres sections régionales de ce parti pourra y échapper ?

Le moins que l’on puisse dire est que la jeune formation politique jamahuriya n’a pas besoin d’une crise aussi larvée puisqu’elle mine dans les rangs et que les uns et les autres doivent plutôt songer à mettre de l’eau dans leur vin pour par la suite regarder dans la même direction. C’est du reste le minimum que le président du parti puisse attendre des membres de chaque clan. D’autant qu’il affirme n’avoir « besoin que de leur militantisme », pas de leurs sautes humeur respectives.

Mato Mai Roum 

28 décembre 2017
Source : Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Politique