SIM Aminchi 0range

Organisation du régime des retraités des fonctionnaires et institution du Fonds National des Retraités (FNR) : Lancement des travaux du comité ad ’hoc chargé de la relecture du décret relatif à la question

Dans le cadre de l’opérationnalisation de la Caisse Autonome des Retraités du Niger(CARENI), il a été mis en place un cadre ad ’hoc chargé de la reelecture du décret 61-50 /MFP/P/MF du 27mars 1961 portant organisation du régime des retraités des fonctionnaires et institution d’un Fonds National des Retraités (FNR) et les textes modificatifs subséquents. Hier la Ministre de la Fonction Publique et des Reformes Administratives Dr Kaffa Rakiatou Christelle Jackou a procédé à Niamey au lancement des travaux dudit comité en présence du Directeur Général de la CARENI, M. Seybou Moussa Kassey, et de l’ensemble des représentants des Directions des Ressources Humaines des Ministères et institutions de la place.

«L’évènement de ce jour constitue un préalable à la mise en œuvre effective de l’ambitieux programme de modernisation de l’administration publique en général et de l’amélioration du fonctionnement et l’efficience de la fonction publique en particulier tant souhaité par les autorités », a expliqué la Ministre de la Fonction Publique Dr Kaffa Rakiatou dans ses propos introductifs. Soulignant l’intérêt de la sécurité sociale dans un pays, elle a expliqué son importance et a relevé les difficultés qui subsistent dans plusieurs pays africains.

«Au regard de l’importance que revêt la sécurité sociale, les revendications des fonctionnaires sont compréhensibles, quand on sait que la vieillesse est un phénomène social inévitable, un passage obligé, d’où la nécessité de moderniser les systèmes de sécurité sociale afin que les vieux jours qui devraient constituer une période de repos bien mérité ne se transforment pas en calvaire pour les anciens fonctionnaires », a-t-elle fait savoir. Et la ministre d’ajouter, « pour rendre pleinement opérationnelle la CARENI mise en place depuis 2014, il s’avère nécessaire de réviser le système juridique de la gestion des pensions et les accessoires y afférents pour l’adapter aux missions de ladite structure pour le bien être des retraités et de leurs familles».

La Ministre en charge de la Reforme Administrative a cité un certain nombre d’obsolescences et d’insuffisances qui handicapent la protection sociale des fonctionnaires admis à la retraite avant de se réjouir du démarrage des travaux du comité ad ‘hoc,

S’adressant aux membres du comité, la Ministre les a invités à faire preuve d’assiduité et de professionnalisme dans cette noble et exaltante mission. Mieux, elle leur a demandé également de générer de véritables propositions de réformes pour une meilleure gestion des pensions des retraités conforme à la Constitution du 25 novembre 2010 et au contexte moderne de gestion des différents volets de la sécurité sociale des fonctionnaires retraités. Au nombre d’une dizaine, les membres du comité   ont été présentés à l’assistance. Ce comité composé des techniciens expérimentés sur la question des retraités a pour cahier de charges de proposer au Gouvernement un cadre juridique actualisé et sécurisé de la gestion des pensions et des accessoires de la pension, qui tient compte du contexte national et international de la politique sociétale des personnes âgées.

Auparavant, le Directeur General de la Caisse Autonome des Retraités du Niger(CARENI) M.Seybou Moussa Kassey a rappelé que c’est dans le souci d’améliorer significativement les conditions de vie de cette frange vulnérable de la société constituée par les retraités, que le Gouvernement de la 7ème République a engagé une vaste réforme de sécurisation et d’amélioration de leurs conditions de vie à travers la création de la CARENI.

Sur un tout autre plan, a dit le DG, cette réforme s’est imposée aussi par l’ampleur des difficultés et des dysfonctionnements observés dans la gestion administrative et financière actuelle caractérisée par : une non maitrise des effectifs des pensionnées qui occasionne de nombreux paiements indus des pensions ; une gestion manuelle des dossiers des pensions entrainant une lenteur dans le traitement des dossiers de pension ; l’unicité de la caisse du trésor, qui peut entrainer une lenteur dans le paiement des pensions, la vétusté des textes régissant le régime des retraités qui rend complexe la gestion des pensions. Autant d’insuffisances liées au cadre juridique de la gestion classique des pensions, d’où l’urgence de solutions attendues des travaux du comité.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

30 novembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique