Forfait Albarka

Suite à la mort de 13 gendarmes dans l’attaque d’Ayorou : le ministre Bazoum censuré sur Télé-sahel pour avoir dénoncé le manque de moyens des FDS

 Suite à la mort de 13 gendarmes dans l’attaque d’Ayorou : le ministre Bazoum censuré sur Télé-sahel pour avoir dénoncé le manque de moyens des FDS Le samedi 21 octobre 2017, un groupe de meurtrier s’est lâchement attaqué au Groupement territorial de la gendarmerie d’Ayoro, département de Ouallam, région de Tillabéri. Le bilan est horriblement lourd : 13 gendarmes tués et 5 blessés graves. Dès le lendemain dimanche, le ministre de l’Intérieur Bazoum Mohamed assurant l’intérim de son homologue de la Défense s’est précipité sur les lieux. Tout naturellement, en tant qu’être humain, le ministre Bazoum a été profondément touché par cette tuerie en témoigne les sanglots perceptibles dans sa voix ; en tant que responsable d’Etat, il a également été touché par le manque de moyens de ce Groupement de la gendarmerie. D’ailleurs, il n’est pas le seul puisque selon le commentaire du journaliste de la télévision nationale qui l’accompagne, les assaillants sont armés de : « 14/5, 12/7, des obus et des MG3 ». Puis le journaliste salue la bravoure des gendarmes « malgré le rapport de force manifestement en faveur des assaillants qui se sont préparés conséquemment … » selon ses propres commentaires. Bazoum Mohamed a également relevé cette disparité dans le journal de 20h30 de Télé-sahel avant que cette partie ne soit censurée dans l’édition de 23heures. Nous avons les 2 enregistrements. Voici les quelques mots qui ont été extrait de l’intervention du ministre de l’Intérieur au journal de 23heures de Télé-sahel : « Si le rapport de force, et en nombre d’hommes et surtout en capacité de feu n’était pas si disproportionné, je suis sûr que le résultat aurait été bien différent. ». Qu’y-a-t-il de mal dans ces propos surtout placés dans leur contexte (lire transcription) ? Qui a autorité et intérêt à censurer un ministre d’État de la République sur la chaîne publique ?

Le ministre Bazoum Mohamed sur Télé-sahel

« Je suis venu vous exprimer notre soutien, vous marquer notre solidarité indéfectible. Le président de la République vous présente ses condoléances pour vos camarades morts dans une action de vaillance dont je viens de prendre la mesure parce que je suis venu sur le terrain constater ce qu’il en est. Hier, vous avez été soumis à un feu intense. Des assaillants qui sont venus préparés, ils se doutaient certainement de votre détermination et pour cela, ils sont venus en force, ils savent que vous devez résister. Et ils n’ont rien laissé au hasard. L’opération était une opération à la hauteur de ce qu’ils en considèrent être les enjeux. Et vous avez réagi comme il le fallait, je l’ai constaté. Je voudrai vous rendre hommage, je voudrai rendre hommage au chef du Groupement, je voudrai vous rendre hommage à vous tous, rendre hommage à vos camarades qui ont résisté de façon vaillante et qui sont morts dans l’honneur, dans à la main … (silence … ndlr, des larmes, certainement). Je voudrai vous dire que nous serons avec vous, je voudrai vous dire que c’est un épisode et qu’il ne se répétera pas parce que tout simplement, vous avez été aguerris. Je voudrai démentir le récit facile qu’on fait du comportement de nos soldats : à chaque fois que j’ai eu l’occasion, malheureuse, de venir sur un théâtre où vous avez été en face de l’ennemi, j’ai constaté que vous avez été vaillants (…) Hier, vous avez été tout simplement héroïque.

Si le rapport de force, et en nombre d’hommes et surtout en capacité de feu n’était pas si disproportionné, je suis sûr que le résultat aurait été bien différent. J’ai pu constater qu’ils ont enregistré plus de morts que nous n’en avons eus. J’ai vu les traces de leur sang, j’ai vu les traces des cadavres qu’ils ont tiré, j’ai vu la position des hommes qui leur ont administré la mort. La différence, ça a été votre vaillance à vous parce que vous leur avez infligé plus de mort. Je veux que l’opinion nationale sache qu’hier vous avez fait plusieurs morts dans les rangs des terroristes. Chez nous, nous avons noté 13 morts malheureusement, mais eux, de par ce que j’ai vu, ils en ont enregistré bien davantage. Nos forces de défense et de sécurité ont été aguerries à mesure qu’elles ont dû faire face à l’ennemi et à mesure qu’elles se sont habituées au feu. Je voudrai vous rendre hommage, je voudrai vous dire que nous allons nous asseoir, nous allons faire l’évaluation, nous allons tirer les leçons et nous allons progressivement amoindrir les risques (…) je sais que nous pouvons compter sur vous et je veux que vous aussi que vous sachez que vous pouvez compter sur nous »

26 octobre 2017
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Politique