Forfait Albarka

Le président de la Commission des Finances et du budget à l’Assemblée nationale s’exprime sur le projet de Loi de finances 2018 : « Les gens sont vite allés en besogne (…) tout celui qui a un point de vue à donner, a le droit de rencontrer la commission »

Le président de la Commission des Finances et du budget à l’Assemblée nationale s’exprime sur le projet de Loi de finances 2018 : « Les gens sont vite allés en besogne (…) tout celui qui a un point de vue à donner, a le droit de rencontrer la commission », déclare M. Adamou NamataEn marge de la reprise des travaux en séance plénière de la deuxième session ordinaire au titre de l’année 2017 de l’Assemblée nationale, dite session budgétaire, le président de la commission des Finances et du budget du parlement du Niger, M. Adamou Namata a expliqué que la présentation solennelle du budget est prévue par la loi organique, portant loi de finance 2012. Il a décliné le processus de vote de cette loi de finances. Selon lui, le jour de l’ouverture de la session ordinaire, le Ministère des Finances doit déposer le projet de loi de l’année.

« C’est ce qui fut fait. Mais même déposé, ce budget ne peut être discuté qu’après la présentation solennelle sans détails et sans débat. Ensuite, le budget est discuté au niveau des sept commissions permanentes de l’Assemblée nationale, mais la commission centrale est celle des finances et du budget. Les commissions planchent là-dessus pendant un mois où elles peuvent écouter toute institution devant bénéficier de fonds publics, les associations socioprofessionnelles, de la société civile, toutes peuvent nous saisir par écrit. Déjà nous avons sept lettres parvenues à ce sujet. Nous allons tous les jours discuter du budget en présence des représentants du Ministère des Finances. Nous écoutons les avis et recensons les propositions pertinentes de toutes les structures concernées pour améliorer notre rapport général de travail », a expliqué le président Adamou Namata.

Pour le président de la Commission des Finances et du Budget, les débats engagés par les citoyens au sujet de ce projet de loi de finances 2018 n’est pas au rendez-vous. «Les gens sont vite allés en besogne. Selon ses explications, le projet de loi de finances 2019 ne sera définitif qu’en fin novembre après le vote. « Je pense qu’il n’ya pas lieu de faire des agitations en dehors de l’Assemblée nationale. Tout celui qui a un point de vue à donner, a le droit de rencontrer la commission. Nous ne sommes pas au stade de condamnation », a dit M. Adamou Namata.

En ce qui concerne le temps de travail, le président de la Commission des Finances et du Budget affirme que pour des obligations de résultat, la commission doit l’adopter et le voter au plus tard 60 jours à compter du 06 octobre 2017. « Nous allons nous astreindre à pourvoir décortiquer toutes les rubriques de ce budget et rendre un rapport général que, nous allons soumettre au vote de la plénière. Quant aux six autres commissions saisies du budget, elles peuvent auditionner qui, elles voudront. Elles rendront également un rapport donc, nous sommes tenus de le finir dans le délai imparti par la constitution. Ce n’est pas négociable», a-t-il conclu.

Seini Seydou Zakaria(onep)

26 octobre 2017
Source : http://lesahel.org/

 

Imprimer E-mail

Politique