Forfait Albarka

Sécurité au sahel : vol d’essai concluant pour A400M

Selon le site Forces opérations blog (FOB), le 1er septembre dernier, un A400M Atlas de la 61ème escadre de transport d’Orléans a atterri sur la base avancée de Madama au Niger. C’était la première fois, depuis les phases d’expérimentation effectuées en 2016, que l’appareil réalisait ce type d’atterrissage tactique en conditions opérationnelles dans la bande sahélo-saharienne, indique le site qui affirme que l’A400M a confirmé à cette occasion ses capacités de transport sur terrain sommaire, cette fois ci dans le cadre de l’opération tripartite Mai Boulala menée conjointement au nord-est du Niger par les forces armées nigériennes, tchadiennes, et françaises.

FOB annonce que près de 200 soldats de la Force Barkhane en provenance de Gao au Mali et de N’Djamena au Tchad ont été transportés, ainsi que plusieurs tonnes de fret. Mais selon le site, c’est surtout pour le transport de véhicules de l’avant blindé et d’hélicoptères que l’A400M a démontré une grande plus-value. Le commandant de bord a exprimé sa satisfaction en ces termes : «  Grâce à la grande dimension de sa soute, cet avion permet le transport d’engins de grand gabarit sur de grandes distances sans devoir réaliser de démontages et préparation longs et difficiles avant de procéder à l’arrimage pour le vol ».

On apprend à travers cet article qu’un hélicoptère Puma et un hélicoptère Gazelle ont ainsi été acheminés à travers le Sahel tandis qu’un scanner de campagne pour le pôle médical de la plateforme opérationnelle désert avait été livré directement sur Gao. L’avion est arrivé le 30 août en provenance de la base aérienne 123 d’Orléans.

 D’après le communiqué de l’Armée de l’air dont s’est procuré FOB, « les capacités de l’ A400M permettent à la Force Barkhane de disposer d’un appareil de transport permettant la projection d’un volume de forces et de matériel à plusieurs milliers de kilomètres de sa base, et de couvrir dans des délais très courts l’ensemble du théâtre d’opération qui s’étend sur un territoire vaste comme l’Europe ».

On apprend du même site qu’au 30 juin 2017, l’armée de l’Air comptait 11 A400M sur les 50 commandés, dont au moins six disposent de capacités tactiques dites « standard », c’est à dire qu’ils sont dotés de systèmes d’autoprotection et qu’ils sont en mesure de larguer des charges et des parachutistes par leur rampe arrière.

Garé.

12 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique