Forfait Albarka

La Fondation Tattali Iyali : Engagement fort pour l'éradication de la fistule obstétricale

De 700 à 756 nouveaux cas par an, les statistiques en disent beaucoup sur l'ampleur de la fistule Obstétricale au Niger. Ses victimes : toutes des femmes très jeunes, mariées très jeunes et qui ont accouché très jeune d'un bébé mort né. Cette situation devenue une grande préoccupation n'a pas laissé indifférente la Première Dame Dr Malika Issoufou Mahamadou, présidente de la fondation Tattali Iyali. Visites aux femmes fistuleuses vivant dans le Centre national de référence dégagé à cet effet, dons de toutes natures en faveur des patientes, Dr Malika a toujours été aux côtés de ces femmes abandonnées par leurs maris et leurs parents. Marraine de l'Eradication de la Fistule Obstétricale, elle a décidé de ne pas mener seule le combat, mais d'associer aussi toutes les Premières Dames de la CEDEAO.
Son action se comprend aisément. Car pour la présidente de la Fondation Tattali Iyali, « le drame des femmes souffrant de la FO ne doit laisser personne insensible surtout pas les Premières Dames d'Afrique. C'est pourquoi, elle s'est engagée à les recevoir à Niamey pour échanger et agir pour mettre fin au fléau. Docteur rappelle que « l'éradication de cette pathologie est en effet un appel du nouvel ordre mondial à travers les Objectifs du Développement Durable dont l'objectif 3 stipule « le bien être pour tous d'ici l'horizon 2030». Tout comme nous parlons de mettre fin à la polio, au VIH/sida, et tant d'autres formes de souffrances, nous devons nous engager à intensifier nos efforts pour éradiquer la fistule obstétricale » dit-elle.
Pour la Première Dame du Niger, il est clair, « aucune femme ne devrait endurer un tel problème de santé alors qu'il peut être évité et traité ». Elle pense que leur objectif à long terme doit être de rendre le problème de la fistule obstétricale aussi exceptionnel dans les pays en développement qu'il l'est déjà dans les pays développés.
En fait la marraine de l'Eradication de la Fistule Obstétricale est en train de travailler pour que ''l'accouchement soit un évènement heureux dans la famille et que la mère et l'enfant vivent dans un monde meilleur''.


Le combat mené par la Première Dame du Niger en faveur des femmes et des enfants de notre pays de manière générale est très utile. En effet, au Niger selon les statistiques, toutes les deux heures, une femme meurt pendant la grossesse ou après l'accouchement, six nouveau-nés meurent et 30 femmes deviennent invalides par suite de complications obstétricales. Cette situation très préoccupante pour les autorités de notre pays, malgré les progrès réalisés ces dernières années.
Marraine de la Campagne d'Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle en Afrique (CARMMA), Dr Malika Issoufou œuvre pour promouvoir la santé maternelle et infantile et pour la scolarisation de la jeune fille. Docteur a fait aussi sienne la lutte contre les mutilations génitales féminines, et la prise en charge de maladies comme la drépanocytose et le cancer. On se rappelle d'ailleurs de la grande rencontre des experts nigériens et marocains sur le cancer organisée en 2012 à Niamey à l'initiative de la Première Dame. "Pour éviter des complications chez les femmes enceintes et allaitantes et mieux les soutenir, la Fondation Tattali - Iyali mène des efforts en vue d'appuyer l'Etat pour faciliter l'accès des femmes enceintes et allaitantes aux soins infirmiers et à des services de soins de santé de qualité'', indique t-on à la Fondation Tattali Iyali.

Celle-ci précise que ''ces efforts sont menés sous forme de plaidoyer à l'endroit des décideurs et par la mobilisation des ressources afin de renforcer la capacité des services de soins de santé. En outre, la Fondation Tattali-Iyali s'efforce de rendre les services de soins de santé gratuits, plus efficients et efficaces pour les femmes enceintes et les enfants âgés de 0 à 5 ans''. Plusieurs fois, la fondation a remis des matériels et consommables médicaux au profit des formations sanitaires de la capitale, en collaboration avec ses partenaires comme l'Association Enfants Handicapés d'Afrique.
La Fondation intervient également dans le domaine des activités génératrices de revenus pour encourager l'autonomisation des femmes. Le renforcement du pouvoir économique des femmes demeure en effet une priorité de la Première Dame consciente des besoins spécifiques des femmes et du rôle primordial qu'elles jouent dans le développement économique et social et pour le bien-être des familles et des enfants. On estime, au niveau de la Fondation Tattali Iyali que ''pour faciliter un véritable ''empowerment'' social et économique des femmes, des programmes d'activités génératrices de revenus sont déployés pour les femmes. Cela rendrait les femmes non seulement plus solvables mais aiderait aussi dans l'affectation des ressources pour l'équilibre des ménages et la scolarisation des enfants''.
L'accès à l'eau potable est un autre volet du programme de Tattali Iyali. Ce n'est un secret pour personne, à Niamey comme dans les autres régions du Niger, l'approvisionnement en eau potable concerne surtout les femmes qui triment en longueur de journée pour faire en sorte que ''l'or bleu'' ne manque pas à la famille. C'est donc consciente de cette cuisante réalité que la Première Dame, Dr Malika Issoufou, s'est engagée à aider les femmes dans ce sens en inscrivant en bonne place le volet eau dans le programme de la Fondation Tattali Iyali. Soulager les femmes de la corvée d'eau va incontestablement contribuer à améliorer leurs conditions de vie. D'ailleurs pour faciliter aux femmes l'accès à l'eau potable, en particulier dans les zones rurales, la Fondation Tattali – Iyali a inclus dans son programme les mesures visant à mobiliser des ressources pour financer des microprojets d'infrastructures de l'eau et l'amélioration des moyens de drainage.
En somme, c'est l'amélioration des conditions de vie de la femme, de l'enfant et de toutes les autres couches de la population qui sont au cœur des actions de la Première Dame Dr Malika Issoufou Mahamadou.

Idé Fatouma(onep)

05 octobre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique