Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Atelier sur la cyber-sécurité et le numérique au service du développement au Niger et en Afrique : Le CNESS et la fondation Konrad Adenauer unissent leurs forces pour identifier les défis majeurs du cyber espace

CNESS fondation Konrad AdenauerLe centre national d'études stratégiques et de sécurité (CNESS) en collaboration avec la fondation Konrad Adenauer organise du 12 au 13 septembre, un colloque portant sur le thème « la cyber-sécurité et le numérique au service du développement au Niger et en Afrique ». La cérémonie de lancement de ce colloque a eu lieu sous la présidence de M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre directeur de cabinet du Président de la République, en présence de l'ancien Chef d'Etat, le Général de corps d'armée Salou Djibo, des présidents des institutions de la République, des membres du gouvernement et des responsables des forces de défense et de sécurité. Pendant deux jours, vingt-cinq (25) experts-panelistes se relaieront à la chaire pour échanger et partager avec les participants sur une dizaine de sous-thèmes les uns aussi importants que les autres, tous en lien avec le thème central du colloque.
Le cadre juridique et institutionnel de protection de données personnelles au Niger, les mécanismes de coopération et d'assistance technique en matière de cyber sécurité, les réseaux sociaux, terrorisme et Etat de guerre, le E-Gouvernement : état des lieux, la biométrie comme méthode d'indentification : opportunités, risques et perspectives, système éducatif et numérique au Niger et cyber activisme et démocratie au Niger, tels sont les sous-thèmes de ce colloque sur lesquels débattront les participants. En ouvrant les travaux du colloque, le ministre directeur de cabinet du Président de la république s'est réjoui de la dynamique enclenchée entre le CNESS et la fondation Konrad Adenauer avec pour finalité la promotion de la sécurité et de la paix dans la région du Sahel en général et au Niger en particulier. « Le programme mis en place par ladite fondation est une réponse ferme à la situation sécuritaire de la sous-région » a estimé M Ouhoumoudou Mahamadou avant d'affirmer que les plus hautes autorités soutiennent toutes les actions tendant à pousser la réflexion sur les défis sécuritaires qui assaillent les pays du Sahel.


Soulignant que les rencontres comme celle en cours sont à multiplier, le ministre directeur de cabinet a indiqué qu'elles permettent de renforcer les capacités intellectuelles mais aussi celles opérationnelles des acteurs de la sécurité. Le CNESS et la fondation Konrad Adenauer, liés par un partenariat fécond, offrent une fois de plus l'occasion aux participants de réfléchir sur la cyber sécurité et le numérique au service du développement. Pour lui, le thème retenu pour ce colloque est opportun à plus d'un titre en ce sens qu'il touche un secteur hautement sensible dans la mesure où le monde, grâce aux progrès technologiques, est devenu un cyber espace, un monde bouleversé par l'apparition de l'Internet et la multitude des plateformes qu'il offre à l'Homme. Soulignant que grâce à l'Internet, ce qui est une certitude aujourd'hui peut ne pas l'être demain, le ministre directeur de cabinet a rappelé l'importance des utilisateurs de l'Internet à travers le monde avec plus de 3 milliards de personnes. Ce qui représente plus de 46% de la population mondiale, mais l'Afrique avec à peine 9% d'utilisateurs reste le continent le moins connecté. Pareil pour le Niger qui n'en compte que 400.000 utilisateurs selon le ministre Directeur de cabinet.
Cependant a-t-il nuancé, en dépit de ce faible taux de pénétration Internet, l'Afrique n'en est pas moins un continent en proie à la cybercriminalité et devient de plus en plus une terre de prédilection des cybercriminels. Le cyber crime engendre une perte annuelle d'environ 500 milliards $US dans le monde auquel s'ajoute le cyber terrorisme dont des pays comme le Niger sont confrontés. Et pour cause la propagande terroriste à travers l'Internet et les réseaux sociaux sont aujourd'hui monnaie courante et constituent une menace réelle pour nos pays. Le ministre a voulu pour preuve le cas de Boko Haram, de AQMI ou du MUJAO et expliqué que les Etats doivent développer une cyber-réponse pour une cyber-sécurité car les enjeux sont aussi d'ordre social et culturel en ce sens que l'usage criminel de l'Internet et des réseaux sociaux désagrège les valeurs sociales et pervertit les rapports entre les humains. « Agir rapidement et de manière pragmatique est ce que les Etats doivent faire pour endiguer le fléau » a prévenu le directeur de cabinet du Président de la République.
« Le progrès technologique balise l'avenir de l'humanité, favorise le développement et la croissance économique et constitue une fenêtre d'opportunité » a dit M Ouhoumoudou avant de signifier aux participants au colloque que les thématiques qui seront développées prennent en compte les préoccupations majeures liées à la technologie. Il a émis l'espoir que les éminents experts tenteront d'apporter les éléments de réponse aux préoccupations et s'est dit convaincu que les débats seront fructueux et d'eux sortiront des recommandations pertinentes. Le ministre directeur de cabinet du Président de la République a félicité la direction du CNESS et la fondation Konrad Adenauer et a encouragé les responsables des deux structures à continuer les efforts de stimulation de la réflexion stratégique et sécuritaire. Pour sa part, le directeur du CNESS, le Général Issa Boulama a salué l'excellent partenariat qu'entretient sa structure avec la fondation Konrad Adenauer, un partenariat qui se traduit par une multitude d'appuis.
Parlant du colloque et du thème central, le DG du CNESS a indiqué qu'il est amplement justifié du moment où les TIC jouent un rôle important dans tous les secteurs de la vie des Etats : la santé, l'éducation, la défense, la sécurité, l'alimentation....Mais derrière ces avantages des TIC se cachent aussi des revers comme l'intrusion dans la vie privée des personnes, la cybercriminalité, le cyber terrorisme. Pour le Général Boulama, il faut réfléchir sur tout cela pour identifier les risques majeurs. Le directeur des programme de la fondation Konrad Adenauer et le chargé d'Affaires de l'Ambassade d'Allemagne MM. Weibezahl et Nits Warman ont tous souligné la qualité du partenariat mais aussi apprécié les efforts du Niger à travers le CNESS dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Ils ont également réitéré leur volonté et leur engagement à accompagner le Niger dans ses efforts pour combattre la cybercriminalité et pour garantir la cyber-sécurité de ses citoyens.

Zabeirou Moussa(onep)

13 septembre 2017
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique