Forfait Albarka

MRN : Le PNDS méprise royalement ses alliés

MRN : Le PNDS méprise royalement ses alliésPendant combien de temps la cohésion de façade de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), la coalition des partis soutenant le président Issoufou Mahamadou, tiendrat- elle encore ? La question mérite d’être posée avec les grincements de dents de certains alliés qui commencent à se faire entendre. Le parti Amin Amen de LadanTchiana a haussé le ton récemment pour exprimer son mécontentement face aux agissements inamicaux du PndsTarayya, le chef de file de la mouvance. Il a haussé le ton parce que le Pnds a entrepris de s’en prendre à ses cadres — comme il l’a fait du reste avec d’autres anciens alliés sous le premier mandat et même sous celui qui est en cours — qui sont débarqués des postes qu’ils occupaient pour les remplacer par ses propres militants. Vous conviendrez certainement avec nous que cette politique de deux poids deux mesures à laquelle s’adonne le Pnds est tout simplement l’expression d’un mépris vis-à-vis de ses alliés. Et cela n’est pas surprenant. Depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2011, le parti rose a de tout temps méprisé ses alliés. LadanTchiana a haussé le ton parce qu’il a mal. Si la saignée continue au sein ses cadres qui occupent des postes de responsabilité dans les instances de la gouvernance, il n’est pas totalement exclu qu’il finisse par claquer la porte de l’alliance. Advienne que pourra. Mais il n’y a pas qu’Amin Amen qui est frustré au sein de la Mrn par le comportement du Pnds.

D’autres alliés le sont aussi et le murmurent. Avec le temps, ils finiront à leur tour par sortir pour le crier haut et fort. Toute la pléthore de formations politiques de moindre envergure qui ont accouru à la soupe dans l’espoir d’être servies mais qui n’ont rien eu encore, sont certainement aussi mécontentes. Car elles n’ont pas rallié le camp présidentiel pour les beaux yeux des camarades roses. Elles l’ont fait pour avoir leur part de gâteau. Le temps s’écoule inexorablement et elles ne voient rien venir encore. Hélas, elles risquent d’attendre longtemps parce que quand on regarde ce qui se passe depuis un certain temps en matière de nominations, le Pnds priorise ses cadres au détriment de ceux de ses alliés. Il a apparemment décidé de caser tous ses cadres frustrés qui attendent depuis longtemps, pour certains d’entre eux depuis le premier mandat, sans être associés directement à la gestion de l’Etat. Chaque fois qu’il débarque le militant d’un parti allié d’un poste, il ne s’encombre pas de scrupules pour le remplacer par un militant issu de ses rangs. C’est quasi systématique. En clair, c’est une façon subtile de signifier à sa pléthore d’alliés qu’ils ne sont plus indispensables. Ceux qui veulent rester au sein de la Mrn restent, ceux qui n’en veulent pas peuvent aller se faire voir ailleurs. Lesdits alliés vont-ils continuer à observer faire ? Ce n’est pas si évident que ça. En tout cas, pour les partis qui pèsent un certain poids, la pilule sera difficile à avaler. Mais avec le temps, on le saura.

07 septembre 2017
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique