Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Après les congés présidentiels : Une atmosphère de remaniement

Après les congés présidentiels : Une atmosphère de remaniementL’annonce d’un remaniement ministériel après les congés présidentiels, relayée par la presse locale, sera-t-elle une réalité ? En attendant de voir ce qui sera décidé dans les jours à venir, l’atmosphère, elle, s’est chargée en particules.
Le sujet relatif à la nécessité d’un remaniement ministériel ne date pas d’aujourd’hui. Il n’est non plus l’idée d’une opinion partisane. On en parle dans tous les milieux depuis belle lurette. Au lendemain de la formation du gouvernement actuel, nombreux étaient les Nigériens de tous les bords politiques à critiquer le nombre de portefeuilles ministériels, de surcroît, dans un contexte de crise financière généralisée où les citoyens sont appelés à serrer les ceintures. Hier comme aujourd’hui, c’est la pléthore des membres du gouvernement qui est critiquée par les Nigériens. Si aux premières heures de la formation du gouvernement, on a pu trouver comme explication, pour contenter les critiques, la difficulté pour le Président de la République à laisser sur les carreaux ce large soutien dont il a disposé au premier comme au second tour des présidentielles, après plus d’un an d’exercice, n’est-il pas temps de dire stop à la générosité ? Alors dans les milieux de la Mouvance présidentielle, on spécule et on croit vraiment que l’heure de vérité a sonné. Plusieurs options sont avancées parmi lesquelles les plus plausibles, à savoir la fonte de plusieurs départements ministériels ou carrément la suppression de certains portefeuilles ministériels qui peuvent être érigés en direction. L’un dans l’autre, l’objectif est la réduction de la taille du gouvernement.


Pour ce qui est des personnalités à remercier, chaque partie prenante au gouvernement serait appelée à consentir de sacrifices, aussi bien les petites formations politiques que les grandes.
Selon des sources, dans les partis politiques de la Mouvance présidentielle tout comme au sein des alliances qui la composent et des groupes parlementaires de la Majorité à l’Assemblée nationale, l’heure est aux tractations et aux discussions pour trouver le consensus afin de faciliter la tâche au Président de la République qui est décidé à mettre le bateau de la Renaissance sur le bon cap avant de passer le témoin au prochain commandant de bord en 2021.
Oumarou Kané

1er septembre.2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique