Forfait Albarka

Situation à l’ANDP/Zaman Lahiya : L’ancien Ministre Ali Seini Gado écrit au Président Moussa Moumouni Djermakoye

Situation à l’ANDP/Zaman Lahiya : L’ancien Ministre Ali Seini Gado écrit au Président Moussa  Moumouni DjermakoyeLes militants de l’Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP/Zaman Lahiya) ne sont pas contents de la façon dont leur parti est géré. C’est ce que l’ancien Ministre Ali Seini Gado a essayé de faire comprendre au Président du parti Moussa Moumouni Djermakoye.

A travers une correspondance, en date du mercredi 23 août 2017, couchée sur trois (3) feuillets de rame A4, Ali Seini Gado, membre du bureau politique national de l’ANDP/Zaman Lahiya s’est adressé au Président du Parti. Après avoir rappelé les efforts consentis par les militants sous la houlette de feu Adamou Moumouni Djermakoye pour faire triompher les idéaux de Zaman Lahiya et en faire un parti de masse, l’ancien prétendant à la succession du Père-Fondateur est allé tout de suite à l’essentiel, c’est-à-dire à l’objet de sa correspondance en ces termes : « Après la disparition de cet illustre fils du Niger (feu Adamou Moumouni Djermakoye), la formation politique, qu’il a créée et animée, vit depuis dans une crise chronique de gouvernance. » Pour corroborer ses dires l’expéditeur de la correspondance pose la question suivante : « (…), aujourd’hui, neuf ans après la mort de l’Homme de Consensus, où en est le parti ? ». Aussi qu’il pose la question, aussitôt qu’il donne la réponse : « La situation du Parti est particulièrement préoccupante. A titre d’illustration, l’ANDP/Zaman Lahiya, en état de déliquescence a cessé d’être audible, depuis belle lurette, sur les grandes préoccupations nationales, sous régionales voire internationales d’une part et toutes les structures du Parti dans leur totalité végètent dans un dysfonctionnement sans précédent, d’autre part. »

Plus loin, Ali Seini Gado poursuit : « Entre la veille des dernières élections et la formation du Premier Gouvernement de la deuxième mandature de la 7ème République, le Parti a enregistré dans son fief (Dosso) des défections de plusieurs leaders d’opinion et non des moindres. Il s’agit notamment de deux Députés, un Maire central, un ancien Ministre et des Opérateurs économiques de renom. La situation est devenue compliquée à la suite de la création de deux formations politiques distinctes par certains de ces ex-camarades originaires de la région (…) Cette contreperformance et la dégringolade du Parti sur le terrain politique national ont été mises en évidence par les résultats des dernières élections législatives de 2016 (…) En dépit de l’augmentation du nombre de sièges, qui est passé de quatre-vingt-trois à cent soixante-quinze, le Parti n’a obtenu que 4 sièges sur les 171 (…) Au lendemain de la création du Parti, il avait obtenu 11 sièges sur 83 ». L’ancien Ministre ne terminera pas sa missive sans répertorier ce qu’il a identifié comme étant les « maux internes qui gangrènent le Parti ». Il cite : « une prise en otage du Parti par un groupuscule d’individus » (sans dire qui et qui compose ce groupuscule) ; « l’exclusion du grand nombre des militants des affaires du Parti » (sans donner de détails) ; « une pratique de la délation et une culture de division des militants érigées en système » (en faveur de qui ?) ; une cupidité aveugle (de qui ?) et « une opacité dans la prise de décision et la gestion des ressources financières du Pari (Orchestrée par qui ? Pour le bénéfice de qui ?). Nul besoin de remuer les méninges pour comprendre que les griefs ci-dessus évoqués sont portés sur le dos du Président du Parti à qui Ali Seini Gado demande de « tirer les conclusions en vue de créer les conditions fécondes et de libérer les énergies qui permettront aux adhérents, soucieux de l’avenir du parti ANDP/Zaman Lahiya, de s’organiser et agir pour éviter ce qu’ils redoutent de plus ». Qu’est-ce que les adhérents soucieux de l’avenir du parti redoutent le plus ? Encore une parabole !

En attendant la réaction du destinataire de la lettre, on remarque que l’expédition de cette correspondance coïncide avec la diffusion sur les réseaux sociaux d’un enregistrement audio attribué à l’honorable député Salifou Mayaki, autre ponte de Zaman Lahiya élu au titre de la circonscription électorale ordinaire de Dosso qui n’a pas fait de cadeau au même Moussa Moumouni Djermakoye relativement à la gestion du parti. Simple fait de hasard ou bien faut-il croire que la correspondance et l’enregistrement sont sortis d’une même moule politique qu’une certaine branche du parti de la paix appelle « Refondation de l’ANDP » ?

Il faut noter que si cela venait à s’avérer que ce sont là des prémisses à une crise au sein de la Zaman Lahiya qui se profile à l’horizon, ce n’est pas la première fois de son existence que le parti du feu Père-Fondateur est secoué par des soubresauts internes. De son vivant, Moumouni Djermakoye Adamou avait eu maille à partir avec un comité de redressement. C’était sous la 3ème République, pendant la cohabitation tumultueuse, du temps de la primature d’un certain Hama Amadou. Ce pan de l’histoire de la Zaman Lahiya aussi, Ali Seini Gado l’a évoqué dans sa correspondance dans une parenthèse.
Oumarou Kané

27 août 2017
Source :  La Nation

Imprimer E-mail

Politique