Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Nouhou Arzika prochain Président de la République ?

Nouhoun Arzika 001Le successeur de Mahamadou Issoufou au sommet de l'Etat est désormais connu, son nom est : Nouhou Mahamadou Arzika, président du MPCR. C’est du moins ce que l'intéressé a affirmé sur les antennes de la radio-télévision Anfani. Cette déclaration aurait été proclamée à la figure de l'actuel président de la République Issoufou Mahamadou par le très bruyant acteur de la Société civile Nouhou Arzika. C'était il y a quelques jours lors des ruptures collectives de jeûne à la présidence de la République. A cette occasion, une al tercation verbale a opposé Nouhou Arzika au chef de l'Etat qui reprochait aux acteurs de la société civile de faire trop de bruit, critiqué le régime alors qu'ils ne savent même pas ce qui se passe dans le Niger profond. Piqué au vif, la réaction du tonitruant Nouhou Arzika n'a pas tardé.

" Aujourd'hui sans avoir été devant le peuple comme candidat à une élection quelconque mais je suis convaincu que le peuple nigérien partout dans n'importe quel village il sait qui à qui il a à faire dès qu'on donne le nom il sait à qui il a à faire. Mais combien des gens sont des leaders des partis politiques ils ont leurs partis depuis combien d'années mais quand on parle leurs noms personne ne sait qui, ils sont " s'emporte l'acteur de la Société civile. C'est alors que le journaliste d'Anfani, Seyni Ayouba Kaka lui pose la question suivante :

" Ce jour là vous avez dit au président Issoufou que vous allez le succéder est ce que est ce une blague ?

" La réponse de Nouhou Arzika est sans équivoque : " non pas du tout, non pas du tout ! Face à ce qu'il a pu dire - le président de la république - lorsqu'il a évoqué la question comme par défis j'ai immédiatement donné la réponse au président Issoufou en lui faisant savoir qu'il n'a même pas à chercher midi à quatorze heures : le prochain président qui va le remplacer, c'est moi " affirme Nouhou Arzika.

Vous serrez candidat libre ? interroge le journaliste.

" Je ne sais pas ce que je serai mais je sais que c'est moi. "

Journaliste : apparemment vous avez la certitude ?

" Je n'ai pas plus à vous dire là dessus mais je sais que ce comme ça… c'est tout ce que je sais. Moi, je ne sais pas, je ne peux pas vous expliquer ce que c'est mais je sais que c'est comme ça !

Journaliste : donc, on attend juste le moment ?

Nouhou Arzika : « on attend le moment, je ne sais pas c'est quand. Les gens parlent de 2021, moi je ne sais pas si c'est en 2021 si c'est avant ou si c'est comment. Mais je sais simplement, face à ce défit là qui est fait à nos autres citoyens volontaires, bénévoles qui faisons au quotidien l'action de défense de l'intérêt général pour la cause citoyenne que tout le monde aujourd'hui connait et témoigne ; Et en plus, quand les gens pensent que nous sommes-là à la solde de quelqu'un c'est comme si nous, entant qu'acteur de la société civile, nous n'avons aucune conscience, aucune ambition, aucune capacité et nous ne pouvons être qu'à la solde de quelqu'un, nous ne pouvons être que derrière quelqu'un et c'est pour quelqu'un qu'on est là. Et si nous les dérangeons ils considèrent que ce que nous dénonçons en leur demandant d'arranger, ils pensent que nous les dérangeons au profit de quelqu'un…donc nous avons voulu tout simplement couper court à tout ça pour que les gens sachent que la prochaine magistrature sera assurée par notre personne ! »

Journaliste : vous pouvez les battre en cas d'élection ?

« Bien sûr, tout ceci sera terminé car je vous ai donné les résultats de la fin ! »

Comme on le voit, ce ne sont pas des paroles en l'air que Nouhou Arzika a prononcé. Il semble convaincu de ce qu'il dit. Pour l'instant, aucune réaction n'est enregistrée du côté du pouvoir. Celui-ci peut, soit le prendre très au sérieux et le placer désormais sur la liste des adversaires à combattre ou alors, le minimiser en pensant que ses déclarations ne valent pas grand-chose. De toutes les façons, c'est la première fois que le charismatique acteur de la société civile prononce de telles affirmations. Les prochains mois nous donneront les fondements de telles déclarations.

06 juiillet 2017
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Politique