Vie politique : Quand des partisans de Mohamed Bazoum s’en prennent au président de la République Depuis un certain temps, Mohamed Bazoum, dit-on dans certains milieux du Pnds Tarayya, ronge le frein. Il ne sait plus à quel saint se vouer et ses proches, plus que lui, s’interrogent, s’inquiètent de voir subitement tout s’écrouler sous leurs pieds comme un château de cartes. Leur projet prend de l’eau et les manifestations sont visibles. Le lancement, par le Président Issoufou Mahamadou, de certains chantiers, a été la première salve d’inquiétude du camp Bazoum. Selon des sources politiques crédibles, le président et candidat officiel du Pnds se voyait, à partir de son investiture, adoubé dans un rôle de vice-président. La bataille pour l’investiture était, pour eux, la guerre. En la remportant face à Hassoumi Massoudou et à tous ceux qui rêvaient d’un autre candidat que lui, Bazoum se croyait dans une sorte d’antichambre de la présidence de la République ; Le reste, pour ses obligés en l’occurrence, n’était plus qu’une simple formalité à remplir avec l’élection présidentielle qui semblait gagnée à l’avance. A-t-il vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué ? Tout porte à le croire, les récriminations qui ont cours ces derniers temps dans son entourage étant à leur paroxysme.

Le fait que le Président Issoufou ait continué à ouvrir des chantiers n’a pas été vu d’un bon oeil autour de Mohamed Bazoum

Pour les partisans de Mohamed Bazoum, Issoufou Mahamadou ne peut faire les choses à moitié. Etant celui qui a imposé le candidat Bazoum aux instances du Pnds, il devait également lui concéder des marges de manoeuvre conséquentes dans la gestion des affaires de l’Etat. Il rendrait, confie une source crédible, un énorme service à son candidat en lui déléguant ses pouvoirs dans la présidence des cérémonies d’inauguration et de pose de premières pierres de certains chantiers, lui passant ainsi la main avant date. Le manège, entouré du sceau du fonctionnement régulier de l’Etat, pourrait passer comme lettre à la poste et rapporter au candidat Bazoum des gains substantiels pour la campagne présidentielle dans laquelle il prendrait ainsi une longueur d’avance sur ses concurrents. En toute légalité. Le fait que le Président Issoufou ait continué à ouvrir des chantiers n’a pas été vu d’un bon oeil autour de Mohamed Bazoum. La présence de Hassoumi Massoudou au Cabinet du président de la République est une source d’inquiétude pour des proches de Bazoum Nommé ministre d’Etat à la présidence, l’ancien challenger de Mohamed Bazoum dans la course à la candidature du Pnds pour l’élection présidentielle ne peut que constituer une source d’inquiétude pour le camp du président du Pnds. Sous quelles conditions Hassoumi Massoudou a-til accepté son come-back ? Mohamed Bazoum, lui, le sait sans doute. Quoi qu’il en soit, dans l’entourage de Bazoum, on redoute une sorte d’effet boomerang. Des arrangements politiques sont toujours possibles. Et s’ils adviennent, le président du Pnds sera sans doute le grand perdant.

Imprimer E-mail

Politique.