Forfaitt-ORANGE-4G

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a assisté dimanche 21 Avril 2019 à la levée du corps du Colonel Boulama Manga Mamane Ouadaî, Grand chancelier des Ordres Nationaux du Niger, décédé le Samedi 20 Avril 2019 à Niamey. Les obsèques de l’illustre disparu, se sont déroulées au palais de la Présidence de la République du Niger. Ont pris part à cette cérémonie, aux côtés du Président de la République, le Président de l’Assemblée Nationale SE. Ousseini Tinni, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini, les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement et les députés nationaux, les membres de la famille du défunt ainsi que plusieurs autres personnalités civiles et militaires.

Le colonel Boulama Manga est né le 12 Avril 1940 à N’Guigmi. Instituteur de 1959 à 1960, il est admis au concours d’entrée de la gendarmerie pour suivre un cycle de formation continue qui devrait successivement le conduire à la formation d’Elève gendarme et de sous-officier ; à la formation d’Elève officier de la gendarmerie nationale à Melun en France. Il suivit aussi, dans ce même pays, l’Enseignement militaire de la gendarmerie Maison AlFort. Promu sous-lieutenant le 1 er Juin 1964, Feu Boulama Manga Mamane Ouadaï, devrait régulièrement gravir tous les niveaux de grade et ce, jusqu’à la consécration au grade de colonel, le 1er Octobre 1987, avant de faire valoir ses droits à la retraite le 31 Décembre 1996.

Dans l’oraison funèbre qu’il a lue en cette circonstance, le général Mai Manga Oumara a tenu à relever ce que fut l’homme et les multiples fonctions qu’il a exercées. A titre indicatif, Feu Boulama Manga fut membre du Conseil Militaire Suprême (CMS) à partir du 15 Avril 1974. Il a, à plusieurs reprises, exercé les fonctions de ministre. Aussi devait souligner le général Mai Manga Oumara « vos qualités exceptionnelles de chef militaire et d’homme d’Etat, justifient, à elles seules vos innombrables décorations comme Grand-croix dans l’ordre national du Niger, Commandeur dans ordre national du Bénin, Commandeur dans l’ordre national de Côte d’Ivoire, ou aussi officier de la légion d’Honneur Française ». Du reste devait dire le général Mai Manga Oumara, « en 32 ans de carrière d’Etat, vous avez su être un homme complet, un homme qui n’a jamais rien dit, ni fait de médiocre ».

Imprimer E-mail

Politique