Orange Lutte Traditionnelle  Niger

En 2011, il a perdu le 2e tour des présidentielles au Niger face à l’actuel Président de la République, depuis lors, la côte d’Elh Seyni Oumarou, de l’avis, de plusieurs observateurs, n’a cessé de baisser. Quels sont leurs arguments ?

Le 21 décembre 2017, les populations de Tillabéri ont massivement répondu à l’appel citoyen des organisations de la société civile nigérienne pour protester contre la loi des finances 2018. Pour l’hebdomadaire Le Monde D’aujourd’hui, cette marche est un véritable désaveu pour le Président du MNSD-Nassara. Lui sur qui Elh Issoufou compte pour faire adhérer la région du fleuve à la Renaissance culturelle. En effet, selon ce journal, « guriser » les populations de Tillabéri, voilà « le rôle pour lequel on l’a [Seyni Oumarou], débauché de l’opposition ». C’est dans un article publié dans sa livraison du journal sus-cité du 27 décembre 2017, un article intitulé : La Grande réussité de la société civile de Tillabéri : Du Sable dans la soupe de Seyni Oumarou.

La venue au gouvernement du parti du vieux Tandja, on s’en souvient est intervenue après plusieurs hésitations qui, à la veille des présidentielles de 2016, ont valu une grosse entaille à ce parti. Tout le monde se rappelle de la témérité avec laquelle, Albadé Abouba, a combattu le volteface du bureau politique du MNSD-Nassara, qui après avoir annoncé son entrée au gouvernent s’est rétracté. L’actuel ministre de l’élevage qui, fort du soutien du pouvoir organisera même un congrès parallèle pour tenter de reprendre le parti à Elh Seyni.

Imprimer E-mail

Politique