Orange Money 300%

 Démission du Haut Représentant du président Guinéen : Seïni Oumarou peut-il faire comme son homologue guinéen Sidya Touré ?Le Haut Représentant du Président de la République de Guinée, M. Sidya Touré, vient de démissionner de son poste. Dans un entretien accordé à Radio France Internationale (RFI), il a déclaré avoir pris cette décision suite au constat que son pays traverse plusieurs crises face auxquelles il ne peut pas rester indifférent. «Cette situation nous interpelle en tant que leader politique pour proposer des solutions qui redonnent espoir à notre peuple. Mon titre de Haut Représentant ne me permet pas de jouer ce rôle. J’ai donc décidé de démissionner de ce poste dès aujourd’hui», a-t-il expliqué. Ce geste de M. Sidya Touré force l’admiration de beaucoup d’Africains qui ne sont pas habitués à des démissions des hautes personnalités, surtout dans des contextes de forte crise économique et financière comme celui que beaucoup des pays du continent vivent actuellement. Les Africains sont plus accoutumés à voir des hommes et des femmes qui s’accrochent aux mamelles du pouvoir, pour jour des privilèges moraux et matériels que cela leur procure. Au Niger, après cette démission courageuse de son homologue guinéen, les regards de beaucoup d’observateurs et analystes sont désormais tournés vers le président du Mouvement national pour la société de développement (MNSDNASSARA), M. Seïni Oumarou. Nommé Haut Représentant du Président de la République Issoufou Mahamadou – après le ralliement de son parti à la mouvance présidentielle, au lendemain des élections présidentielles de 2016. Les uns et les autres se demandent si Seïni Oumarou avoir le même courage politique que M. Sidya Touré pour renoncer à tous les privilèges que lui procure son poste de Haut Représentant du Président de la République, en présentant sa démission. En effet et tout comme la Guinée, sinon même plus, le Niger fait face à beaucoup de crises, dont la crise sécuritaire, la crise politique, la crise sociale et la crise économique, face auxquelles un parti comme le MNSDNASSARA n’a aucune excuse de continuer à garder le silence.

Imprimer E-mail

Politique