Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

dimanche, 12 février 2017 23:14

Réunion d’échange entre la communauté humanitaire et les ministères de tutelle : Partager les outils de planification pour une mise en œuvre efficiente

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, et son homologue du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire ont coprésidé vendredi dernier, à Niamey, une rencontre qui s'inscrit dans une logique de partage de certains outils dédiés à la déclinaison opérationnelle des engagements des hautes autorités de notre pays relativement à la question humanitaire. Cette assemblée a enregistré la présence des représentants de la communauté humanitaire du Niger.

Ces assises devaient permettre de passer en revue divers outils élaborés en vue de répondre entre autres aux engagements pris par le Niger au Sommet Humanitaire Mondial et au Dialogue Régional tenu à Abuja sur la Protection dans le Bassin du Lac Tchad. En somme, la réunion en question a été consacrée au partage des outils de programmation et de planification dans l’optique d'aboutir, in fine, à des engagements dans le cadre de leur mise en œuvre. Dans ses propos introductifs à cette rencontre, le ministre de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, M. Magagi Laouan,  a rappelé les prérogatives de son département ministériel qui sont notamment celles de traduire en cadre stratégique d'intervention de l'Etat, toutes les orientations contenues dans les documents de planification nationale.

«Au lendemain de la création de notre département ministériel, la Communauté Humanitaire s'est jointe à nous pour préparer les documents qui ont permis au Niger de parler d'une même voix lors du 1er Sommet Mondial  Humanitaire tenu du 24 au 26 Mai à Istanbul en Turquie. Cette dynamique a également été de mise lors de l'élaboration du Plan de Réponse Humanitaire 2017 qui vient d'être officiellement lancé par le  Premier Ministre, Chef du Gouvernement» a indiqué M. Magagi Laouan. Le ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, a par ailleurs expliqué que le Niger, a au cours des deux (2)  dernières décennies, été confronté à des préoccupations humanitaires dont l'ampleur ne cesse d’augmenter d'année en année en raison de plusieurs facteurs notamment l'insécurité, les inondations, les déplacements forcés de populations, les incendies, et les conflits communautaires. Tous ces facteurs ont davantage contribué à vulnérabiliser les  populations des régions de Diffa, Tillabéry, Tahoua et d'Agadez.

Le ministre Magagi Laouan, a indiqué qu’au regard de la situation ainsi décrite, le Niger, la Communauté Humanitaire et les Partenaires Techniques et Financiers ont mis en place plusieurs mécanismes de réponse et de prise en charge afin d'atténuer les conséquences liées à chaque situation humanitaire. Dans ce cadre, il a cité le Premier Ministre, Chef du Gouvernement SEM Brigi Rafini qui a affirmé dans la  Déclaration de Politique Générale (DPG): «Le Gouvernement s'emploiera au cours du présent mandat à prendre toutes les dispositions nécessaires à la  réduction de ces risques et à apporter l'assistance nécessaire à nos concitoyens qui pourraient en être exposés». Pour sa part le ministre du Développement Communautaire et de  l'Aménagement du Territoire, M. Amani Abdou a souligné les multiples efforts consentis par les ONG tant nationales, qu’internationales. «Ces efforts nous ont permis d’apporter des réponses aux populations. Nous nous engageons à vous appuyer pour la mobilisation des ressources et pour l’harmonisation des interventions, d’autant plus que notre département ministériel est en charge de la tutelle technique des ONG et associations de développement» a dit le ministre.  

Selon le Représentant résident du PNUD, et Coordonnateur Humanitaire pour le Niger, M. Fodé Ndiaye, il est rare qu’un ministre approche ses partenaires pour décliner ce qu’il entend faire des prérogatives assignées à son département ministériel, et comment il conçoit les relations de travail et d’action à engager. « Je souhaite que cette rencontre soit sans langue de bois. Nous recherchons l’efficience et l’efficacité au bénéfice des populations. Nous avons un devoir de redevabilité vis-à-vis de ces populations. Il faut qu’au sortir de cette rencontre nous puissions avoir une ligne précise, ce, au bénéfice des populations nigériennes» a indiqué M. Fodé Ndiaye.

Samira Sabou(onep)

13 février 2017
Source : http://lesahel.org/