Orange Money 300%

mercredi, 08 février 2017 22:16

Rencontre d’échange entre le président de la CNDH et le Comité National pour le mémorial Thomas Sankara : Pour une mobilisation du peuple nigérien à la construction du Mémorial Sankara

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le président la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) Pr. Khalid Ikhiri, parrain de la campagne nationale pour la construction du mémorial Thomas Sankara a présidé hier dans l’après-midi, au siège de la Commission à Niamey, une rencontre d’échange avec les membres du comité national de cette campagne. Cette rencontre d’échange à laquelle participent quelques membres du comité international venus du Burkina Faso, a pour objectif de rendre compte au parrain de la campagne nationale pour le projet mémorial Thomas Sankara, de l’évolution des activités depuis le lancement de la campagne en octobre 2016 à la Place AB de l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

L’objectif ultime de la campagne nationale est de mobiliser les ressources nécessaires à la construction du mémorial Thomas Sankara conformément aux résolutions de l’assemblée générale tenue à Ouagadougou au Burkina Faso. En effet, à l’issue de cette assemblée générale, un mandat a été donné à toutes les délégations de développer des initiatives au niveau de leurs pays pour la concrétisation du projet mémorial Thomas Sankara. En prenant la parole au cours de cette rencontre d’échange, le chef de la délégation du Niger à l’assemble générale de Ouagadougou M. Sanoussi Laminou Mahamane a précisé qu’on a voulu que le mémorial Thomas Sankara soit construit sur la base des contributions citoyennes des ressortissants africains. Ce mémorial, a dit M. Sanoussi Laminou Mahamane va servir de cadre de réflexion, de manifestations culturelles et sportives pour exposer les talents africains.

Mieux, il permettra aussi être un cadre de pérennisation de l’idéal Sankara. C’est dans cette optique que le comité national du Niger a initié une semaine scientifique, sportive et culturelle à travers laquelle diverses activités vont se dérouler afin de mobiliser les contributions en vulgarisant bien entendu l’idéal Sankara. En effet, la démarche du comité national est participative. Elle vise donc à impliquer les autorités à tous les niveaux pour que les résultats soient atteints. ‘’Nous sommes en train de pérenniser un idéal ; d’œuvrer pour une Afrique digne et libre, une Afrique des droits humains. Et nous pensons que c’est à juste titre que la Commission Nationale des Droits Humains nous apporte tout son soutien’’, a ajouté le chef de la délégation du Niger.

M. Sanoussi Laminou Mahamane a ensuite relevé que tout ce que le comité national est en train de faire, c’est sous l’égide du Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie et le Développement (REPPADD). Ce réseau est en fait le point focal du comité international pour le projet mémorial Thomas Sankara. A travers le REPPADD, le comité national a réussi à mobiliser une cinquante d’organisations de la société civile. Une caravane va sillonner toutes les régions Niger pour sensibiliser les populations sur les tenants et les aboutissants du projet Mémorial Thomas Sankara.

Pour sa part, le président de la CNDH, Pr. Khalid Ikhiri, parrain de la campagne nationale de mobilisation des ressources pour la contribution du peuple nigérien à la construction du Mémorial Sankara a relevé que Thomas Sankara n’est plus simplement Burkinabè. ‘’ C’est un Africain, mais pas seulement parce qu’il incarne la Justice ; les droits humains ; l’égalité. Bref, il est pour la protection de nos ressources minières. Il est pour l’autonomie des citoyens africains et partout dans le monde. Thomas Sankara est une icône mondiale. De ce fait, le Niger comme tous les autres pays d’Afrique et du monde a le devoir de faire en sorte que la mémoire de Sankara puisse être vivace dans les cœurs et les veines de chacun de nous. En effet, nos pays et notre Continent ne peuvent se libérer des pesanteurs qui pèsent de façon permanente sur eux, s’ils n’ont pas l’idéal Sankara, c’est-à-dire s’ils ne disent pas non à l’injustice et refusent l’accaparement de nos ressources. C’est donc tout à fait légitime que la CNDH accompagne cette initiative combien louable. Et nous allons conjuguer les efforts pour construire un immeuble, un centre, un lieu où chacun sera fier de parler, de chanter, de danser et fier de développer ses capacités intellectuelles et morales. Nous sommes de cœur avec le comité national et la délégation venue du Burkina pour représenter le comité international du projet Mémorial Sankara. Et ensemble, nous allons voir ce qu’on peut faire d’ici fin 2018 pour que nous puissions inaugurer cette belle place à laquelle doit rêver chaque citoyen digne de ce nom pour l’Afrique’’, a conclu Pr. Khalid Ikhiri.

Hassane Daouda(onep)

09 février 2017
Source : http://lesahel.org/