Déchets plastiques les municipalités sonnés de se conformer à la loi

Déchets plastiques les municipalités sonnés de se conformer à la loiOpération villes propres ! C’est là un objectif du Programme de Renaissance acte II. Et pour l’atteindre, le gouvernement ne lésinera pas sur les moyens. Pour preuve, cette lettre du Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement Durable adressée à l’Association des Municipalités du Niger que nous publions ci-dessous.

L’utilisation et le stockage des déchets plastiques sont règlementés en territoire du Niger ; et ce, depuis 2014. Le cadre règlementaire y afférent est la loi n°2014-63 du 5 novembre 2014. Celle-ci porte sur l’interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation, de l’utilisation et de stockage des sachets et emballages en plastique, souple à basse densité. Un décret d’application de cette loi a été d’ailleurs pris le 25 juin 2015, il s’agit du décret n°2015-321/PRN/MESU/DD. Malheureusement, le constat est que ce cadre règlementaire normalement en vigueur n’est pas respecté. Cela n’a pas échappé au Ministre de l’Environnement et de l’Assainissement durable qui, le 18 avril dernier, a tenu à le rappeler à l’Association des Municipalités du Niger dont les membres qui ne sont autres que les maires à sévir sur les contrevenants. Le Ministre n’a pas manqué, à l’occasion, souligner, d’une part les impacts néfastes que peuvent avoir ces déchets plastiques sur l’économie nationale, la santé et l’environnement et, de l’autre, la volonté de l’exécutif, en premier chef du Président de la République à veiller désormais plus que jamais à la propreté des villes du Niger, et au-delà celle des villages. Aussi, demande-t-il aux maires et autres responsables des entités décentralisées de créer les conditions règlementaires et administratives pour procéder à la confiscation de tous les stocks de sachets hors normes qui sont en vente dans les commerces et utilisés par leurs administrés. Au sein de l’opinion, ce rappel au respect et à l’application de la règlementation en vigueur est favorablement accueilli.

Pour Souley Oumarou de l’agence Ballarabé Assainissement qui est engagé depuis plusieurs années dans la salubrité de la ville de Niamey, la mise en application de la règlementation en matière de stockage et de l’utilisation des déchets plastiques apportera certainement une plus-value à la propreté des villes du Niger en général et de la capitale en particulier. « Les déchets plastiques freinent beaucoup notre travail. Chaque jour, nous dégageons des tonnes d’ordures constituées essentiellement de déchets plastiques dans les alentours du Grand-Marché. Les plastiques sont le goulot d’étranglement de l’assainissement de Niamey », note-t-il. Aboubacar, membre d’une association de protection de l’environnement, abonde dans le même sens que Souley Oumarou : « Il y a eu trop de laxisme dans l’application de la règlementation en vigueur. Mais, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Au-delà des sanctions à l’encontre des contrevenants, les municipalités se doivent de mener une véritablement campagne de sensibilisation. Il faut un véritablement changement de comportement »

On attend de voir dans les prochains jours les premières mesures allant dans le sens du respect de la règlementation. Sûrement que Niamey donnera le coup de sifflet pour le top départ dans la lutte contre les déchets plastiques.
Oumarou Kané

Dechets plastiques municipalites loi

04 avril 2018
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Environnement