Forfait Albarka

Niger : Interdiction stricte des sachets plastiques

Niger : Interdiction stricte des sachets plastiques Près de trois ans après son adoption, le gouvernement nigérien a décidé de procéder à la mise en application effective de la loi sur la production, l'utilisation et la commercialisation des sachets plastiques sur le territoire national, selon le ministre nigérien de l'Environnement, Almoustapha Garba.

Le gouvernement nigérien avait adopté depuis novembre 2014 une loi afin de mettre fin aux activités allant de la production à l'utilisation et la commercialisation des sachets plastiques compte tenu de leurs impacts socioéconomiques et environnementaux. En 2015, un décret d'application de cette loi a été adopté, mais sa mise en application effective est restée jusque-là en souffrance.

Les ministres en charge du l'Environnement Almoustapha Garba, du Commerce Sadou Seydou, et de la Ville et de la Salubrité Urbaine, Habi Mahamadou Salissou, ont rencontré, mercredi après-midi, les opérateurs économiques à Niamey afin de les informer de la décision du gouvernement de mettre effectivement en application ladite loi.

Cependant, cette application "se fera de manière souple dans un premier temps afin de permettre d'écouler les stocks qui existent déjà", a rassuré Almoustapha Garba. Il a toutefois précisé qu'"aucune importation à partir de ce jour ne sera tolérée et le service des douanes y veillera, à l'exception des commandes qui sont déjà en cours et les fiches vont être certifiées par la Chambre de Commerce".

Au Niger, plus de 150.000 tonnes de déchets plastiques sont importées chaque année sur le territoire national, selon les statistiques officielles.

Pour le gouvernement, les déchets plastiques constituent "la menace la plus sérieuse pour l'environnement, pour la santé humaine et animale, en somme pour l'économie mondiale".

Pire, alors que les autorités nationales s'affairent depuis quelques années à redonner une attractivité et une vocation internationale de premier plan à la capitale nigérienne, dans le cadre du programme "Niamey Nyala" (Niamey la coquette, en langue locale), Niamey se trouve aujourd'hui victime d'un phénomène néfaste que constitue la prolifération des déchets notamment des déchets plastiques.

Ce sont des tonnes de déchets plastiques qui sont ainsi jetées chaque jour dans le paysage de la capitale, au grand malheur des populations, des animaux et des plantes.

En plus qu'ils obstruent les caniveaux d'évacuation des eaux usées qui sont devenus des gites de prolifération par excellence des moustiques, principaux facteurs du paludisme dans le pays, les déchets plastiques empêchent aux eaux de pluies de s'infiltrer dans le sous-sol et polluent le paysage.

Lorsqu'ils sont ingérés par les animaux, ils provoquent des troubles gastro-intestinaux graves pouvant conduire à la mort, selon les agents techniques de l'Environnement.

18 août 2017
Source : http://french.china.org.cn/

Imprimer E-mail

Environnement