Airtel Niger

Forfait Albarka

Atelier National de validation du Plan national de mise en œuvre actualisé de la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP) au Niger : Dernière ligne droite du processus visant à protéger la santé humaine et l'environnement

Après la signature en 2001, suivie de la ratification en 2006 de la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP), le Niger a lancé, en 2014, le processus d’actualisation du Plan National de sa Mise en œuvre. L’atelier qui se tient du 9 au 10 Aout à l’Hôtel Sahel de Niamey est l’étape de l’examen et de la validation finale du Plan National de Mise en œuvre actualisé de la Convention de Stockholm sur les POP au Niger. La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le Secrétaire général du Ministère de l’Environnement et du Développement durable, le colonel major Bila Maina.

Pendant deux jours les participants à l’atelier, au nombre d’une quarantaine et l’expert de l'ONUDI M. Bontiebe Badjare, vont examiner, au besoin enrichir et valider le Plan National de Mise en œuvre (PNM), actualisé de la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP) au Niger. En ouvrant les travaux de cet atelier, le Secrétaire General du Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, le colonel major Bila Maina a remercié, l'ONUDI, dont l’appui technique, a permis au Niger d’obtenir auprès du Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) le financement « des activités habilitantes » pour remplir ses obligations au regard de l'Article 7 de la Convention de Stockholm, qui est un traité international visant à protéger la santé humaine et l'environnement vis-à-vis des Polluants Organiques Persistants (POP). « Cette réunion de deux jours marque ainsi la dernière étape dans le processus d'actualisation du Plan National de Mise en Œuvre de la Convention de Stockholm sur les POP dans le Niger lancé en 2014 », a souligné M. Bila Maina, qui a rappelé également que le Niger a signé et ratifié cette Convention respectivement en octobre 2001 et février 2006.

Au cours de ces échanges, les participants vont examiner et enrichir le document du PNM et le valider. « Notre pays accorde une grande importance à la protection de la santé humaine et à l'environnement en général », a déclaré le Secrétaire General Ministre de l'Environnement et du Développement Durable. « Le Niger a élaboré son Plan National de Mise en œuvre (PNM) de la Convention de Stockholm pour prévenir, contrôler, réduire et éliminer les Polluants Organiques Persistants », a expliqué le colonel major Bila Maina.

Dans ce PNM, la sensibilisation et l'implication des parties prenantes constituent les activités les plus fondamentales qui devraient être prises en considération dans la mise en œuvre de la Convention de Stockholm. Aussi, les activités qui ont été réalisées dans le cadre de l'exécution des activités de ce projet, portent entre autres sur, l'identification et la sensibilisation des principales parties prenantes impliquées dans l'importation et l'exportation des produits contenant les POP et de leurs déchets ; l'inventaire des nouveaux POP et l'examen du Plan National de Mise en œuvre ; l'évaluation des moyens d'action nationaux et la définition des priorités pour la gestion des nouveaux POP et enfin la validation du Plan National de Mise en œuvre.

De son côté, l’expert de l’ONUDI M. Bontiebe Badjare a réitéré la volonté de l’ONUDI d’accompagner ce processus et d’être au côté du Niger pour sa finalisation. Ce Plan National de Mise en œuvre, est à sa phase de démarrage, a-t-il précisé. Et, il est important d’avoir un document stratégique au niveau national contenant un certains nombres de projets à présenter à des partenaires.

Une fois validé, ce document stratégique constituera un cadre de référence et de planification des actions en matière de gestion des POP. En tant qu'outil de planification dynamique, toutes les améliorations requises pourront y être introduites au fur et à mesure de sa mise en œuvre. Il permettra aussi d'améliorer les connaissances et la gestion des POP afin de pouvoir éliminer et de réduire leurs sources locales d'émission et leurs rejets dans le milieu naturel ; de disposer d'une réglementation nationale adaptée visant explicitement les POP et son application à tous les niveaux ; de renforcer les capacités des principales parties prenantes sur la gestion écologiquement rationnelle des POP et de coordonner leurs activités ; et d'assurer l'échange d'informations sur les mesures de mise en œuvre et participer à l'évaluation de l'efficacité de la Convention à travers la coopération internationale.

Abdoul Aziz Ibrahim Souley

10 août 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Environnement