Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

dimanche, 21 septembre 2008 10:08

Le Nigérien de la semaine : Ibrahim Tiémogo

Rate this item
(0 votes)
Ibrahim_Tiemogo Comment souhaitez-vous vous présenter aux internautes de Nigerdiaspora ?
Ibrahim Tiémogo : Très simplement : un agronome nigérien résidant en Europe.
Nigerdiaspora : Quel a été votre parcours académique ?
Ibrahim Tiémogo : Ingénieur Agro économiste, titulaire d’un doctorat es sciences agronomiques, j’ai successivement fait mes études universitaires en Côte d’Ivoire (Université et ENSA d’Abidjan), en France (ENSA de Montpellier, Université de Montpellier I), aux USA (Université de Madison, Wisconsin) et au Maroc (Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II).

Nigerdiaspora : Quels sont les facteurs qui ont orienté votre carrière ?
Ibrahim Tiémogo : Le désir et la volonté d’être plus utile, en particulier en direction des communautés rurales. J’ai eu un parcours professionnel très varié, mais j’ai toujours gardé à l’esprit que la finalité est celle d’apporter ma contribution aussi modeste soit elle, au développement socio économique de ce qui est communément appelé le monde rural.

Nigerdiaspora : Pouvez-vous nous donner un aperçu de vos expériences professionnelles nationales et internationales?
Ibrahim Tiémogo : Au cours de ma longue carrière professionnelle, j’ai eu à diriger pendant de nombreuses années au Niger, plusieurs organisations et établissements publics et privés œuvrant dans le domaine des politiques agricoles, planification, vulgarisation, irrigation et promotion des organisations paysannes. J’ai ensuite poursuivi mon parcours dans certaines organisations internationales. Depuis 1996, je travaille pour le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale-CTA ACP-EU, dont le siège se trouve aux Pays Bas, en qualité de responsable du programme des partenariats locaux et nationaux.

Nigerdiaspora : Quelles sont les difficultés et les éléments facilitateurs que vous avez rencontrés en tant que fonctionnaire international ?
Ibrahim Tiémogo : Les difficultés font partie de l’apprentissage permanent de nous tous. L’essentiel c’est de développer une capacité pour y faire face et trouver des solutions. C’est ce à quoi je m’attelle en permanence. Je suis naturellement très optimiste et ne garde que le bon côté des choses de la vie. Il reste cependant bien entendu qu’il n’est jamais très aisé de vivre en dehors de son pays et loin des siens. Sur le plan professionnel, de nombreux efforts doivent quotidiennement être déployés pour satisfaire les besoins et les attentes de nombreux pays et organisations avec lesquels je travaille. Tout ceci m’apporte bien sûr beaucoup de satisfaction et un immense enrichissement personnel et professionnel et constitue un encouragement à aller toujours de l’avant.

Nigerdiaspora : Quels sont les enseignements que vous avez tirés de votre expérience ?
Ibrahim Tiémogo : La victoire est toujours au bout de l’effort. Donner le meilleur de soi, faire preuve d’abnégation, d’engagement et de saine conviction constituent à mes yeux le meilleur exemple que moi et tous ceux de ma génération peuvent léguer à nos cadets et à nos enfants.

Nigerdiaspora : Qu'est ce qui vous a poussé vers l' Agro"?
Ibrahim Tiémogo : C’est une histoire assez ancienne qui remonte aux années 1963-1964. J’étais au CM2 à l’Ecole Primaire Garçons de Filingué. Le chef du service agricole venait nous donner des cours d’initiation à l’agriculture et aux sciences naturelles. De là naquit cette passion qui est toujours vivace en moi.

Nigerdiaspora : Quels conseils donnez-vous aux jeunes Nigériennes et Nigériens qui voient en vous un modèle ?
Ibrahim Tiémogo : Toute expérience reste individuelle et par conséquent non reproductible. Je reste toutefois persuadé que seul le travail bien fait peut être payant et valorisant. J’exhorte par conséquent tous les jeunes à croire fortement en leurs capacités et en leurs valeurs, à être convaincus qu’il n’y a pas de fatalité immuable et qu’il faut se lever et se battre dans la vie de tous les jours. Je reconnais également que la situation actuelle n’est pas facile dans notre pays, dès lors, nous devons joindre tous nos efforts, nos énergies et nos intelligences pour faire bouger les choses.

Nigerdiaspora : Quels constats faites-vous aujourd'hui de la situation alimentaire mondiale ?
Ibrahim Tiémogo : Selon les récentes estimations des experts, plus de 100 millions de personnes dans le monde pourraient être précipitées dans la misère du fait de l'augmentation des prix pour les denrées alimentaires. Que faut-il faire face à cette crise mondiale ?
Les prix des denrées alimentaires ont explosé. Quelles sont les causes et les conséquences de cette crise ? Les céréales telles que le blé, le riz et le maïs constituent l'alimentation de base de l'humanité. Leurs prix ont presque doublé en un an, entraînant une hausse mondiale des cours des produits alimentaires. Ce qui apparaît comme étant la première crise alimentaire mondialisée soulève des questions simples appelant des réponses concrètes. Que se passe-t-il concrètement ? Les cours de la plupart des matières premières agricoles ont brusquement flambé sur les marchés mondiaux à partir de 2006 à un rythme qui s'est accéléré en 2007 et 2008.

Nigerdiaspora : Que pensez-vous l'agriculture au Niger ?
Ibrahim Tiémogo : Le secteur agricole du Niger doit actuellement faire face à de nombreux défis dont les plus importants sont la dégradation de la fertilité des terres cultivées et des parcours, la diminution de la capacité de charge des zones de pâturage liée à l’augmentation des effectifs de bétail, et la pression démographique galopante qui non seulement affecte l’exploitation abusive des ressources naturelles mais aussi exacerbe le déficit alimentaire devenu structurel. Sans des interventions soutenues et s’inscrivant dans le long terme, le déficit alimentaire ne peut que s’aggraver. En effet, les statistiques agricoles du pays montrent par exemple, que les superficies des terres agricoles du Niger sont passées de 11 500 000 ha en 1999 à 12 600 000 ha en 2003 soit une augmentation de 220 000 ha chaque année. Pendant cette période, les niveaux de rendements des principales cultures, et donc la production agricole, ne se sont pas améliorés. L’extension des superficies cultivées s’est donc faite essentiellement aux dépens des terres marginales qui autrefois étaient laissées en jachère ou servaient comme terrains de parcours. Le Niger, qui était autosuffisant en denrées alimentaires et même exportateur de céréales jusqu'à la fin des années soixante, est devenu déficitaire.

Nigerdiaspora : Les medias ont toujours donné une image du Niger comme un pays ou l'agriculture est à la traîne. Quelle est votre opinion sur la situation et les perspectives de ce secteur au Niger ?
Ibrahim Tiémogo : Comme vous le savez, l’information est difficilement neutre. Il est vrai que nous avons souffert et nous continuons de souffrir de certaines images et écrits sur le Niger, notamment en relation avec la situation alimentaire nationale. En ce qui concerne les perspectives, je reste persuadé que le Niger a les ressources et les potentialités pour retrouver son auto suffisance alimentaire des années soixante. Pour ce faire, je suis très heureux de constater que les responsables nigériens du secteur agricole déploient de nombreux efforts qui vont dans le bon sens. A cet effet, je note tout simplement l’espoir soulevé par le démarrage prochain des travaux de construction du barrage de Kandaji qui sera le fer de lance de la reconquête de notre autosuffisance alimentaire.

Nigerdiaspora : Je vous laisse le mot de la fin.
Ibrahim Tiémogo : Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité qui m’a été offerte pour m’adresser à vos internautes. Je me permettrai de saluer cette heureuse initiative qu’est Nigerdiapora qui en l’espace de 5 années a pu et su s’imposer dans la toile. Je vous encourage par conséquent à persévérer encore davantage, afin de renforcer la présence des couleurs nigériennes sur l’internet.

Ibrahim Tiémogo

A travers cette interview nous tenons à rendre hommage au grand frère Ibrahim Tiémogo, le parrain de Nigerdiaspora. Nous le remercions sincèrement pour son soutien, ses conseils et ses encouragements.

Réalisée par Boubacar Guédé
21 Septembre 2008
Publié le 21 Septembre 2008
Source : Nigerdiaspora, La communauté Virtuelle du Niger

 

 

 

Last modified on mardi, 28 février 2012 13:15

Orange Campagne Ramadan 2