L'air du temps

Assane SoumanaOn les attendait au tournant du piège de la tentation. Et, Incha Allahou, ils ont tourné à grande vitesse et sans le moindre coup de klaxon. Vous avez deviné : je parle ici des commerçants véreux aux dents longues. Pour ces derniers, le mois béni de Ramadan est synonyme de bénéfices excessifs sur le dos des pauvres consommateurs.

Et voilà pourquoi, à quelques jours du début du Ramadan, tout le monde était déjà sur ses gardes à l’idée que les ‘’vautours du marché’’ allaient irrésistiblement sévir en s’adonnant à leur jeu favori de l’exaltation de la surenchère. C’est en connaissance de cause que le ministre en charge du Commerce s’est saisi de son bâton de pèlerin pour aller, à travers une série de visites, à la rencontre des commerçants grossistes et détaillants. Objectif : s’assurer que, durant tout le mois béni du ramadan, les prix des produits de grande consommation (notamment le sucre et les céréales) resteront abordables et stables. Aussi bien avec les grossistes qu’avec les détaillants, les échanges ont été bienveillants et rassurants : des engagements ont été pris, des professions de foi ont été faites la main sur le cœur. En un mot, tout était bien ‘’calé’’ pour mettre les consommateurs à l’abri de mercantilisme béat, à la limite de la boulimie financière.

Imprimer E-mail

L'air du temps