Airtel Niger

Forfait Albarka

L'air du temps : Penser et agir en citoyen modèle

Assane-SoumanaLe civisme. Voilà un des mots ‘’amuse-gueule’’ des Nigériens. Quotidiennement il est énoncé, et mille fois rabâché. Hélas, nombre de gens en parlent sans se soucier de le traduire en actes. Pris dans son vrai sens et appliqué comme tel, ne serait-ce que par la moitié de nos compatriotes, ce mot chargé de valeurs suffirait à lui seul  à débarrasser notre pays de la gangrène des maux qui l’assaillent. En effet, le civisme, c’est cette vertu sociopolitique de l’éthique qui fait appel au sens de la solidarité et de la responsabilité de chaque citoyen. C‘est l'affirmation individuelle d'une certaine conscience politique qui place les égards dus au pays, ses lois et ses valeurs, au-dessus de toute chose. Etre civique ou patriote, c’est être soucieux, en toute circonstance, d’agir en citoyen modèle, en mettant l’intérêt général au-dessus des intérêts particuliers. Ainsi, la règle d’or de la citoyenneté, c’est le respect de son pays, des autres qui y vivent, ainsi que du bien public. Toutes choses qui font du civisme l’essence véritable dont se nourrit toute Nation pour forger, consolider et exalter sa grandeur.

 

Ainsi défini et bien compris, regardons les choses de très près dans notre vie quotidienne. Et la question, c’est de se demander si nous nous comportons vraiment en citoyens modèles. On est tenté de répondre par non, quand on voit avec quelle insouciance, les gens usent et abusent de tout ce qui  porte la marque de ‘’bien public de l’Etat’’.  C’est ce qui apparait lorsque, le temps d’un moment d’humeur, des manifestants se mettent à saccager les infrastructures et autres biens publics, et même privés.

C’est également manquer de civisme que d’être  plus enclin à  réclamer des droits qu’à  honorer de ses obligations vis-à-vis du pays. Car, revendiquer une quelconque liberté sans se soucier de ses devoirs, c’est encourager le désordre et l’anarchie. C’est en ce sens que le grand Nelson Mandela a pu dire que ‘’la liberté sans le civisme, la liberté sans la capacité de vivre en paix, n’est absolument pas la vraie liberté’’!

La réalité est là, et elle est assez criarde pour nous interpeller sur notre devoir commun et individuel de cultiver en nous les valeurs du civisme. C’est en ce sens que ces dernières années, des voies commencent à s’élever pour recommander l’introduction d’un module soutenu d’instruction civique à tous les niveaux des programmes d’enseignement dans nos écoles. Et pourquoi pas, comme l’a déjà suggéré le CESOG dans une de ses recommandations, l’institution d’une Journée Nationale du Civisme dans notre pays? Le jeu, en tout cas, en vaut la chandelle! Il faut, si besoin est, ‘’formater’’ la mémoire collective pour y installer l’application du…civisme!

Assane Soumana(onep)

07 avril 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps