L’air du temps/Petit Marché de Niamey : Nostalgie, quand tu nous tiens !

Plan de reconstruction du petit marché abandonné -Source : La NationLe lancement des travaux de réaménagement de l’ancien site du Petit Marché vient encore réveiller en nous l’inextinguible nostalgie de ce célèbre centre commercial qui portait en lui toute la vivacité de l’ambiance de la ville de Niamey. On se rappelle en effet que, jusqu’en 2012, le Petit Marché, plus connu sous la dénomination de ‘’Habou Ganda’’ était le principal centre d’affluence, mais aussi d’attraction pour les habitants de la capitale. Il en fut ainsi jusqu’à la date fatidique de la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 avril 2012, où les flammes d’une rare intensité ont littéralement réduit en cendres tout le marché, décimant avec lui les condiments de tous genres et d’autres marchandises ainsi que d’importantes sommes d’argent.

Puis un long Set cruel silence tomba sur les lieux, plongeant les riverains dans une profonde solitude, disons un spleen pesant. Une situation intenable pour nous autres, dont les bureaux sont carrément adossés, et qui, durant de longues années, étions habitués à vivre au quotidien.

Du coup, quand à certains moments, depuis la fenêtre du bureau qui surplombe la place du marché, nous scrutons l’horizon, immanquablement, le film de l’animation qui caractérisait le légendaire ‘’Habou Ganda’’se remet à tourner dans la tête.Ainsi, voit-on défiler ces commerçants, clients, étalagistes et autres colporteurs qui fourmillent dans les compartiments du marché à longueur de journées. On revoit ces badauds qui allaient et qui revenaient dans les allées et les abords du marché, toujours à l’affût pour subtiliser à un client indiscret, son sac ou quelques objets mal tenus ; ces vendeurs ambulants poussant brouettes ou autres véhicules à bras, qui encombraient tous les abords du marché ; ces vendeurs de pharmacopée traditionnelle criant à tue-tête les vertus de leurs produits au moyen de hauts parleurs crachant des sons généralement inaudibles ; cette longue file de véhicules qui négociaient un passage sur la ruelle longeant le marché ; ces couleurs de légumes et de fruits tropicaux qui jonchaient les étals tout aux abords du marché. Bref, les images de tous les ingrédients constitutifs de tout le charme et la splendeur du Petit marché.

Ces derniers jours, avec le brouhaha des travaux de réaménagement du site, cette nostalgie résonne encore plus fort, aussi bien pour les riverains que pour les passants, qui assistent impuissants au démantèlement des derniers vestiges de Habou Ganda’’, ce marché dont le souvenir restera encore gravé dans la mémoire collective des Niaméens.
Assane Soumana

09 février 2018 
Source : http://www.lesahel.org/


Lesahel.ne

Imprimer E-mail

L'air du temps