Airtel Niger

Forfait Albarka

L'air du temps : Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Drift Niamey 2017Le drift? Vous connaissez? C’est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de l’automobile au rang d'art. Ce sport aux allures périlleuses, dont les origines remontent au Japon, fait de nos jours de plus en plus d'adeptes, des hommes et des femmes, un peu partout dans le monde. A Niamey, le drift est devenu le sport favori des jeunes conducteurs, notamment les adolescents. Si dans les pays occidentaux et certains pays du monde arabe, le drift est un sport homologué avec des circuits spécifiques et des compétitions internationales, chez nous au Niger, cette pratique se fait de façon sauvage, illégale et surtout dangereuse dans des places un peu dégagées ou carrément dans les rues et ruelles, au grand dam des autres usagers de la route.

Pour les amateurs eux-mêmes, le péril guette au détour de chaque manœuvre. En effet, ces jeunes chauffards qui ne disposent pas des notions de base pour garder la maîtrise de la voiture et empêcher le tête-à-queue, s’exposent au risque de passer six mois à l'hôpital à chaque fois qu’ils exécutent des frasques. A Niamey, les coins de prédilection sont concentrés dans des quartiers comme Koubiya, Sonuci, Koira Kano, et aux environs du quartier Francophonie.

Pour les voir, il faut se hasarder les après-midi en certains jours fériés, aux environs de l’immense espace sis entre le quartier Koubiya et Sonuci.   Là, vous aurez l’occasion de mesurer toute la témérité de ces jeunes qui vous feront monter à bloc le taux d’adrénaline en exécutant des slaloms géants, des glissades, des embardées périlleuses, des zigzags époustouflants et des coups de freins à vous donner le tournis, dans le style ‘’virage américain’’. Des scènes comme en voit dans le film légendaire ‘’The Fast and the Furious’’ où on voit des costauds à gros biceps s'amusant à faire des shows de boucane au volant de voitures modifiées!

Mais dans les rues de Niamey, nous sommes loin du décor virtuel monté depuis les studios d’Hollywood. Aussi, en plus des risques démesurés qu’ils prennent, aussi bien pour eux-mêmes que pour les paisibles passants, ces jeunes drifters bousillent carrément les véhicules, généralement ‘’empruntés’’ et acquis à grands frais par leurs parents. Tout récemment, c’est un jeune qui a littéralement farci en deux morceaux une grosse cylindrée en heurtant un poteau sur le boulevard Tanimoune. C’est dire combien le drift fait des victimes et des ravages à Niamey. Au propre comme au figuré...

Assane Soumana(onep)

23 mars 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps