Forfait Albarka

L’air du temps / Changements climatiques : agir ou périr

Ouragan Harvey Texas USALa tempête Harvey qui souffle aux Etats­-Unis en rasant le Texas, avant de couper littéralement Houston du reste du monde ; des incendies violents qui dévastent d’immenses superficies de forêts dans le sud­est de la France ; l'ouragan Irma qui balaie les iles de Saint­Barthélémy et Saint­Martin laissant derrière lui un vaste champ de ruines, et qui poursuit sa route en étendant sa menace jusqu’à Cuba et en Floride aux USA, etc. Et, tout près de nous, des inondations et des glissements de terrain ont récemment endeuillé la Sierra Léone avec près de 500 morts, et une tempête violente qui fait neuf personnes tuées en Mauritanie.

Avec cette série noire de phénomènes météorologiques exceptionnellement furieux, et son cortège d’inondations, de désastres et de morts, l’on est bien en droit de craindre que la nature n’ait décidé de jouer la carte de la perte de l’humanité. Mais une chose est sûre ; les effets des changements climatiques sont déjà à nos portes. Les prévisionnistes des questions climatiques ne se sont pas trompés en annonçant à l’humanité que des bouleversements inhérents aux conséquences des variations climatiques ne sont pas là pour faciliter la vie sur terre. De nos, jours, tous les ingrédients de l’effet ‘’boule de neige’’ se traduisant par la fréquence des incendies de forêts et des inondations, s’affichent inexorablement pour nous convaincre de la gravité du phénomène. C’est pourquoi nous disons qu’au regard du développement rapide des changements observés ici et là, il y a une absolue urgence à agir. Il s’agira, comme le conseillent les spécialistes, de développer au plus vite des stratégies afin de ne pas courir à la catastrophe. Car, avec les effets climatiques, la règle est claire et c’est à prendre ou à laisser: l’humanité doit se conformer aux règles, ou s’apprêter à disparaître sous peu dans les décombres de l’histoire des phénomènes naturels.

En attendant d’en trouver la solution, faisons preuve de plus de solidarité envers les milliers de victimes de ces catastrophes naturelles. D’ores et déjà, avec la vague des inondations enregistrées ces derniers temps dans notre pays, il y a lieu d’anticiper dans le débat. La question, c’est que faut­il faire pour transformer cette cause de calamités en source d’avantages? Sans être un spécialiste du domaine, nous estimons que les techniciens pourront (devront !...) trouver les moyens d’ériger des ouvrages appropriés pour ‘’dompter’’ ces eaux rebelles en accumulant sur des sites exploitables ces centaines de millions de m3 d’eau que charrient les koris et les vallées, au lieu de les laisser semer la destruction puis s’évaporer dans la nature. Cela pourrait permettre d’accroître les ressources favorables à la pratique des cultures irriguées, et par voie de conséquence, d’en finir avec le cycle des déficits alimentaires chroniques. C’est là une idée parmi tant d’autres.
Mais pour sûr, face à ces effets dévastateurs du changement climatique, il faudra, pour toute l’humanité, agir ou périr…

Assane Soumana

08 septembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

L'air du temps