L'air du temps

Afrique-sud-AfriqueLa chronique de la semaine reste dominée en Afrique par la vague de condamnations contre le regain de violences xénophobes ayant éclaté en ce début du mois de septembre, avec pour cibles les immigrés africains accusés par les natifs de la ‘’Nation-arc-en ciel’’ de leur voler le travail. C’est ainsi que les émeutiers sont sortis armés de machettes et autres armes de destruction dans les rues de Johannesburg et de Pretoria en jetant leur dévolu sur les immigrés venus des autres pays d’Afrique. Tandis que les moins chanceux ont été battus à mort, d’autres se sont sortis avec de graves blessures. S’y ajoutent les scènes de pillage de leurs magasins et domiciles, mais aussi les incendies des véhicules. Devant la gravité des faits entourant cette flambée de colère à l’encontre des ressortissants étrangers, notamment ceux de l’Afrique noire, et vu que les jeunes sud-africains n’y sont pas à leur premier coup, les réactions ont commencé à fuser de tous les coins du continent. Au Nigeria, un des pays qui comptent le plus grand nombre de ressortissants vivant en Afrique du Sud, un appel au boycott a été lancé contre les entreprises sud-africaines, près de ses 600 ressortissants ont été rapatriés au bercail.

Les faits, en effet sont graves ! Cela d’autant plus qu’ils se déroulent au pays de Nelson Mandela, leader charismatique de la lutte contre l’apartheid, également chantre de la non-violence. C’est dire, que 25 ans seulement après la fin de l’apartheid, cette jeunesse sud-africaine en furie ignore tout de l’engagement inconditionnel dont l’Afrique toute entière, de ses dirigeants jusqu’à sa jeunesse, a consenti en faveur du mouvement de libération conduit par l’ANC de Nelson Mandela et ses amis. Toutes ces cruautés contre les émigrés africains prouvent que ces jeunes émeutiers, ces enfants des townships, ont déjà tout oublié du large soutien et des énormes sacrifices que l’Afrique et ses fils ont consentis pour aider l’Afrique du Sud à devenir le pays riche et industrialisé qu’il est aujourd’hui.

Imprimer E-mail

L'air du temps