Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Orange Lutte Traditionnelle  Niger

Rétrospective Afrique : les événements mémorables de 2017 en bref (Senenews Actu)

L’année 2017 fait ses adieux peu à peu, laissant la place à une année nouvelle. 2017 s’en va donc; telle une dune de sable qui s’effrite grain après grain au gré du vent, emportant avec elle des événements mémorables dont nous vous proposons, pour la postérité, de rappeler. En Afrique, des événements politiques, des sursauts sociaux et des destitutions de « vieux » dirigeants ont marqué les esprits des uns et des autres.

Yahya Jammeh forcé de quitter le pouvoir en Gambie / Janv. 2017

Yahya Jammeh perd l’élection présidentielle, reconnait sa défaite, avant de faire volte-face, remettant en cause les résultats des urnes et tente de s’accrocher, après 23ans de pouvoir absolu. Une crise politique de 6 semaines plonge le pays dans l’incertitude. Des multiples tentations de de le convaincre de partir ne donnent pas de résultats. Sous la pression croissante des forces de la CEDEAO qui avançaient vers Banjul parallèlement à la dernière médiation du président mauritanien, le dictateur gambien fini par céder.

Exilé en Guinée Equatoriale, il est demandé par la justice, ses avoirs ont été gelé et certain de ses proches arrêtés en Gambie pour le nouveau président Adama Barrow qui avait dû prêter serment à l’ambassade de Gambie à Dakar. Et n’a pris fonction qu’après le départ de Yahya Jammeh de Banjul. Depuis, un climat de renouveau souffle sur la Gambie. Barrow déroule !

Le président Kagamé encore au Pouvoir / Août 2017

Le Chef d’Etat rwandais, un « guérillero président » au pouvoir depuis 23 ans est réélu avec une écrasante victoire lors de la récente élection présidentielle. La commission électorale a alors estimé que 97 % des 6,9 millions d’électeurs inscrits ont voté. Les deux candidats opposés au chef de l’Etat auraient obtenu moins de 1 % des voix.

Paul Kagame dirige le Rwanda d’une main de fer depuis 23 ans et a ainsi obtenu une victoire écrasante à l’élection présidentielle, en étant réélu avec plus de 98 % des voix, selon des résultats divulgués le samedi 5 août.

M. Kagame est crédité du spectaculaire développement, principalement économique, d’un pays exsangue au sortir du génocide. Mais il est aussi accusé de bafouer la liberté d’expression et de réprimer toute opposition.

De nombreuses voix critiques ont été emprisonnées, forcées à l’exil et pour certaines assassinées. Des observateurs assurent que les candidatures de MM. Habineza et Mpayimana ne sont qu’une « façade » à destination de la communauté internationale.

Le rejet du résultat des élections par la cour constitutionnelle au Kenya/ Août 2017

La cour constitutionnelle kényane a pris la décision historique d’invalider, pour irrégularités, le résultat de l’élection présidentielle qui avait donné le président sortant Uhuru Kenyatta gagnant. Pour la première fois en Afrique, un tribunal suprême annule le résultat d’une élection présidentielle.

C’était le vendredi11 août qu’une décision d’une portée historique invalidant pour « irrégularités » le résultat de l’élection présidentielle du 8 août, qui avait donné le sortant Uhuru Kenyatta vainqueur, et en ordonnant qu’un nouveau scrutin soit organisé dans les deux mois a été prise par la cour constitutionnelle Kényane.

« A la question de savoir si les illégalités et irrégularités ont affecté l’intégrité de l’élection, la Cour est d’avis que c’est le cas », a déclaré le président de la Cour, David Maraga.

L’élection présidentielle « n’a pas été conduite en accord avec la Constitution » et le résultat est donc « invalide et nul », a-t-il ajouté, en ordonnant à la Commission électorale (IEBC) d’organiser un nouveau scrutin dans un délai de 60 jours, conformément à la Constitution

Le Togo réclame le départ de Gnassingbé / 19 aout

Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé a succédé à son père, président pendant 38 ans. Héritier d’une famille au pouvoir au Togo depuis 50 ans, Faure envisage de réviser la constitution afin de pouvoir se représenter en 2020 et 2025. La population de Lomé et de plusieurs villes manifestent pour les que les réformes soient entreprises dans le pays notamment pour un retour de la constitution de 14 octobre 1992, la limitation du nombre de mandat, l’instauration d’une élection à deux tours.

Mais avec le temps c’est carrément le départ du président qui est réclamé par les manifestants. «Faure, dégage », est le mot d’ordre depuis la fin du mois d’août. Dans cette tension entre pouvoir et opposition a très peu entendu la Cedeao parce que d’une part, c’est le président Faure en personne qui est le président en exercice de la CEDEAO, ensuite le président de la commission de la CEDEAO, le Béninois Marcel de Souza est le beau-frère de Faure Gnassingbé.

Le mouvement anti-Cfa / Septembre 2017

Le mouvement anti- CFA a pris une autre dimension en cette année 2017 avec l’ONG urgences panafricanistes qui est très active sur le terrain pour sensibiliser la jeunesse africaine de la nécessité de se libérer de cette monnaie coloniale. Dans la foulée de ces mouvements, l’activiste franco-béninois Kémi Seba avait lors de l’une de ses manifestations brûlé symboliquement un billet de 5000F CFA pour choquer. Un coup de com’ qui a très bien fonctionné. La Bceao porte plainte. Arrêté puis jugé, il sera libéré la par la justice sénégalaise. Mais quelque temps après les autorités sénégalaises l’expulse vers la France suscitant l’indignation de nombreux africains et par la même occasion relançant de plus bel le monument anti CFA dans les villes africaines et la diaspora, notamment en Europe et dans les Antilles. Depuis la France, il a continué la mobilisation anti CFA. Expulsé du Sénégal vers la France, Kémi Seba est rentré à Cotonou, son pays natale d’où il lance son offensive anti-CFA et mobilise la jeunesse. Son action n’est pas de nature à plaire à certains dirigeants comme l’Ivoirien Alassane Ouattara qui traque depuis intellectuel anti- CFA en l’occurrence l’ancien ministre togolais Kako Nubukpo.

Ellen Johnson Sirleaf quitte le pouvoir au Libéria / octobre 2017

Première femme Chef d’Etat en Afrique, Ellen Johnson quitte le pouvoir après 12 ans ; conformément à la constitution du Liberia qui ne permet pas de briguer un 3e mandat. Sur ce, elle n’est plus candidat aux élections actuellement en cours au Liberia. Des élections qui donnent Georges Weah, favori devant Joseph Boakai.

La seule femme présidente en Afrique n’a pas essayé de modifier la loi suprême de son pays, pour rester à vie au pouvoir. Elle respecte les règles du jeu du Libéria et donne ainsi une double leçon à tous ces vieux despotes, dont Bouteflika et Mugabe sont les caricatures, qui refusent obstinément de quitter « leur trône » et à n’importe quel prix.

La présidente, Mme Ellen Johnson Sirleaf, quitte le pouvoir, sans s’y accrocher jusqu’à ce que mort s’en suive.

Le commerce de migrants en Libye / novembre 2017

Le phénomène d’esclavage et de vente de migrants subsahariens par des bandes criminelles libyennes fait tristement partie des phénomènes qui ont marqué cette année 2017 sur plan africain et a indigné la planète entière. C’est une preuve complémentaire apporté par une courte vidée de la chaine américaine CNN qui a choquée plus d’un. Des ONG en parlaient avec des données chiffrées mais ça ne semblait pas émouvoir outre mesure.

Il a fallu que la journaliste Nima Elbagi, d’origine soudanaise établie au Royaume-Uni, réputée pour des enquêtes difficiles, rendue en Libye près des lieux où sont regroupés les migrants venant d’Afrique au sud du Sahara pour tourner discrètement une vidéo qui fera le tour du monde.La journaliste a assisté à la vente d’une douzaine de migrants nigérians. Le Camerounais «John Dal Carter» résident en Tunisie déclare être l’auteur des images vidéo qui a poussé CNN à envoyer une équipe de journalistes en Libye. C’est un marché qui se déroule deux fois par mois.

Ce scandale s’ancre dans la problématique plus globale de la persistance d’un racisme anti-Noirs au Maghreb même si les autorités ont commencé à réagir dans les années 2010, en régularisant les migrants ou en luttant contre les discriminations.

Destitution de Robert Mugabé / 21 novembre 2017

Le Chef d’Etat zimbabwéen de 93 ans a été forcer de démissionner alors qu’en plan de succession en faveur de son épouse était bien en cours. Confronté à des pressions populaires et la perte de ses soutiens un coup de force de l’armée favorable à son ancien vice président, provoque son éviction. Ainsi, lors d’une réunion, la direction de son parti le Zanu-PF le démet de ses fonctions de président et chef de parti.

Le parlement déclenche une procédure de destitution, il remet sa démission peu après. «Moi Robert Gabriel Mugabe remet formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe avec effet immédiat», marquant la fin de 37 ans de règne sans partage. Son vice président Emerson Nnangagwa qu’il avait écarté pour pouvoir placer Grace Mugabe, son épouse est ramené aux affaires par l’armée. M. Nnangagwa assure en ce moment la transition jusqu’aux prochaines élections.

Le Sénégal exhibe son nouvel aéroport / décembre 2017

L’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) a été inauguré en grande pompe par le président Macky Sall, en présidence de ses homologues gabonais, Bissau-guinéen, gambien. C’est un aéroport moderne, de standing mondial situé à 57 kilomètre de Dakar fait la fierté du Sénégal et de toute l’Afrique. Son ouverture a entraîné la fermeture immédiate de l’ancien aéroport Léopold Sédar Senghor cédé à l’armée. Mais les employés de l’aéroport notamment des transitaires continuent de se plaindre des conditions de travail et d’exploitation sur cette nouvelle plateforme.

Les travaux de cette infrastructure avaient été lancés par l’ancien président Abdoulaye Wade. Son inauguration avait été reportée à maintes reprises avant que la date de 07 décembre 2017 ne soit respectée. D’aucuns pensent que le président turc aurait exigé l’ouverture de cette plateforme à cette date. Parce que justement ce sont les Turc qui ont achevé la construction de l’infrastructure et ont obtenu sa gestion pour 25 ans.

Par Ibrahima DIENG
29 décembre 2017
Source : https://www.senenews.com/

Imprimer E-mail

Actu africaine