12ème conclave de la CII-EXIM Bank d’Inde à New Delhi : Booster les opportunités d’affaires et d’investissements entre l’Inde et l’Afrique

CII EXIM BankDu 9 au 10 mars dernier, la capitale indienne New Delhi a abrité le 12ème conclave de la confédération indienne d’industrie (CII) et EXIM Bank d’Inde sur le projet de partenariat Afrique-Inde. La cérémonie de lancement des travaux du conclave auquel le Niger a pris activement part à travers son ministre du commerce M. Seydou Sadou et le ministre délégué au budget M Ahmat Jidoud, a été co-présidée par le président de la République d’Inde, le roi du Swaziland et le prePlus d’une trentaine de pays africains ont envoyé des délégations ministérielles en plus de ceux qui se sont fait représenter par des délégations de haut niveau constituées de responsables politiques, administratifs et d’hommes d’affaires. Il s’est donc agi d’une importante rencontre d’échanges d’expériences qui a regroupé autour des autorités et des industriels indiens 37 pays présents pour parler avec leurs collègues indiens de leurs projets de développement, de leur vision des relations bi et multilatérales et des opportunités d’affaires entre l’Afrique et le sous continent indien.

Du côté indien, il a été relevé plus de 5000 délégués industriels membre de la CII à avoir pris part à ce conclave, le douzième du genre mais le plus important de l’histoire de la CII. Avec son milliard et demi d’habitants, l’Inde constitue pour les pays africains un partenaire important et fidèle car les relations indo-africaines datent de longtemps et ont été des plus fructueuses. L’Inde avec ses énormes   possibilités et capacités techniques et technologiques et l’Afrique avec ses potentialités sont donc des partenaires naturels mais surtout séculaires au regard de l’histoire. Le conclave est organisé justement sur le thème «revigorer et renforcer les liens de partenariat » séculaires voire millénaires. La ministre indienne du Commerce Mme Nirmala Sitharaman a mis en exergue la longue histoire qui unit son pays à l’Afrique avant de souligner la forte et irréversible progression que connaissent les échanges commerciaux ces dernières années avec l’Afrique, des échanges qui se chiffrent à plusieurs dizaines de milliards de dollars chaque année.

Selon elle, l’Inde vise plus loin pour plus d’engagement dans tous les domaines comme les soins de santé, les télécommunications, l’agriculture, l’industrie pharmaceutique, les mines, le pétrole, les énergies renouvelables et bien d’autres domaines. L’Inde étant déjà présente dans presque tous les pays africains, l’objectif a poursuivi la ministre du Commerce est de redynamiser l’existant et élargir les horizons. Il est de nos jours admis que l’Inde est désormais devenue un hub international d’industries médicinales, un pôle technologique indéniable en plus de son expertise dans le domaine de la mécanisation agricole. A l’adresse des représentants des pays africains présents au conclave, Mme Nirmala a indiqué que si le commerce africain est appelé à progresser, alors l’Inde en tant que partenaire de développement de l’Afrique est prête à accompagner ce progrès avec plus d’engagement que jamais. Le premier ministre ougandais a lui mis l’accent sur le progrès démocratique de l’Afrique qui, selon lui, constitue un signal fort et une garantie pour les investisseurs étrangers. «Lorsque vous allez en Afrique, je vous donne l’assurance que vos investissements sont sécurisés» a dit M Ruhakana Ruganda en s’adressant aux industriels indiens.

Le Roi Mswati-III du Swaziland a, pour sa part, salué l’engagement de l’Inde vis-à-vis de l’Afrique dont le point d’orgue a été la tenue en octobre 2015 du sommet Afrique-Inde à Delhi, un sommet hautement significatif qui a posé les jalons pour la fondation d’un partenariat fécond entre l’Afrique et l’Inde. «Ceci démontre clairement que l’Inde a un grand amour pour l’Afrique et est prête à partager ses affaires avec la communauté d’hommes d’affaires et les gouvernements africains». Le roi Mswati-III s’est dit heureux de voir que l’Inde, pays qui a créé une économie robuste, entend partager son expertise avec les pays amis du continent africain. Il a ajouté que l’Inde a déjà investi dans plusieurs domaines dans son pays comme dans beaucoup d’autres pays africains mais, souligne-t-il, l’Afrique appelle l’Inde et ses hommes d’affaires à explorer les opportunités dans la variété des secteurs et demande à l’Inde d’aider le continent dans le financement des infrastructures de développement pour améliorer de manière durable, les conditions de vie des populations africaines.

«Nous sommes heureux d’avoir aujourd’hui une communauté d’affaire prête à apporter sa contribution dans la foulée du dernier sommet Inde-Afrique » a souligné le roi du Swaziland avant d’inviter les hommes d’affaires indiens à aller en Afrique pour explorer davantage les opportunités d’investissement. Le Président indien, l’honorable Pranap Mukherjee a souligné la sécularité des relations entre l’Inde et l’Afrique mais aussi la lutte commune contre le colonialisme et l’apartheid qu’ont mené les pays africains et l’Inde. Au cours des dernières décennies l’Inde a étendu ses relations et le sommet Inde Afrique de 2015 où 54 pays africains ont répondu présents, est venu conforter cette position. Le président Mukherjee s’est ravi de constater que beaucoup d’initiatives envers l’Afrique sont en train d’être prises encore ces 13 derniers mois par le gouvernement indien en plus des visites officielles que lui et son vice-président ont effectuées dans ce continent.

Il a ajouté qu’au cours de seize derniers mois, l’Inde a contacté physiquement chaque pays pour montrer qu’un nouvel esprit d’éveil, de coopération et d’entraide est né. «Les populations d’Afrique et de l’Inde atteindront 4 milliards à l’horizon 2050» a dit le Président Mukherjee qui a estimé que le 21ème est le siècle de l’Inde et de l’Afrique grâce à leurs ressources humaines sur lesquelles un accent particulier doit être mis. Parlant de l’intervention de l’Inde en Afrique, le président a affirmé que des centaines de projets indiens ont vu le jour après le sommet Inde-Afrique. L’Inde a en outre considérablement augmenté sa ligne de crédit en direction de l’Afrique et cela dans plusieurs secteurs. L’Inde regorge d’une expertise de qualité indéniable qu’elle est prête à mettre à la disposition de l’Afrique. Dans le domaine des ressources humaines, le président a indiqué que des milliers d’étudiants africains arrivent chaque année, honorer les grandes écoles et instituts dans son pays en s’y inscrivant. Il a émis l’espoir que celui-ci puisse ouvrir une nouvelle ère de partenariat avec toute l’Afrique.

Zabeirou Moussa, Envoyé spécial(onep

14 mars 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Actu africaine