A quoi sert le Conseil présidentiel pour l’Afrique d’Emmanuel Macron ?

Conseil presidentiel pour l Afrique Emmanuel Macron« C’est en Afrique que se joue largement l’avenir du monde. (…) nous devons continuer à apprendre [des pays africains], comme ils peuvent apprendre de nous. Pour nourrir cet échange, je mettrai en place dans les prochaines semaines un Conseil présidentiel pour l’Afrique ; structure inédite, tournée vers les attentes de nos jeunesses. » C’est par ces mots qu’Emmanuel Macron a officialisé, ce mardi 29 août, la création de ce Conseil lors de son discours devant les ambassadeurs français. Le président met ainsi en œuvre une promesse de campagne. 

 (Re)voir les principales déclarations du président devant les ambassadeurs.

Quel est le rôle de ce Conseil ?
Le « CPA » sera rattaché directement au président de la République, et le rencontrera en amont de chacun de ses déplacements en Afrique. 

Ses membres auront ainsi pour mission de faire des propositions au président et de préparer avec lui ses discours importants sur le continent. Le premier exercice du genre est prévu pour son déplacement à Ouagadougou au Burkina Faso en novembre prochain. 

Cette instance est faite pour « survivre au président Macron », assure-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat, selon nos confrères du Monde. 

Peut-on craindre avec ce Conseil, une nouvelle version de la Françafrique ? Pas pour notre éditorialiste Slimane Zeghidour qui s’explique sur le plateau de TV5MONDE : 

Qui compose ce Conseil ?
« Ce Conseil transformera la gouvernance de la politique africaine en réunissant auprès de moi un groupe de personnalités engagées », assurait Emmanuel Macron dans son discours. Pour l’instant le CPA réunit onze personnes, bénévoles, toutes de la société civile et issues pour beaucoup de la diaspora. 

Ils ont été choisis par le conseiller Afrique du président, Franck Paris et le directeur Afrique au Quai d'Orsay, Rémi Maréchaux. 

« Tous sont investis dans la relation entre la France, l’Europe et l’Afrique. Nous n’avons pas voulu faire de répartition en fonction des origines géographiques mais en revanche nous avons respecté une égale répartition entre hommes et femmes », rapporte l’entourage du président dans Le Monde

En effet, sur onze membres, sept sont des femmes. Tous viennent d’environnements professionnels variés influents, même si une majorité d'entre eux sont entrepreneurs : sport, diplomatie, énergie, développement, justice, journalisme et investissement (voir la liste ci-dessous). 

  • Jean-Marc Adjovi-Boco (54 ans) ancien footballeur et entrepreneur franco-béninois.
  • Jules-Armand Aniambossou (55 ans) ancien ambassadeur du Bénin en France, directeur général Afrique et outre-mer du groupe Duval.
  • Diane Binder (37 ans) directrice adjointe française du développement international du groupe Suez. Elle a lancé Action Emploi Réfugiés (AERé), plate-forme mettant en relation des employeurs et des réfugiés à la recherche d’un travail en France.
  • Yves-Justice Djimi (36 ans) avocat français.
  • Liz Gomis (36 ans) journaliste et réalisatrice française.
  • Jeremy Hajdenberg (43 ans) directeur général adjoint français d’Investisseurs et Partenaires.
  • Yvonne Mburu (35 ans) chercheuse et consultante kényane en santé.
  • Vanessa Moungar (33 ans) directrice franco-tchadienne du département « Genre, femmes et société civile » à la Banque africaine de développement.
  • Nomaza Nongqunga Coupez (36 ans) entrepreneuse sud-africaine dans la culture.
  • Karim Sy  (49 ans) entrepreneur franco-libano-malien dans le numérique.
  • Sarah Toumi, 30 ans, entrepreneuse franco-tunisienne.

Selon nos confères de Jeune Afrique, le bureau permanent de ce Conseil présidentiel pour l'Afrique devra siéger à l'Agence française de développement. 

31 août 2017
Source : http://information.tv5monde.com/

Imprimer E-mail

Actu africaine