Angela Merkel Afrique 2017Depuis qu'elle a redéfini les contours de sa politique étrangère lors de la conférence sur la sécurité de Munich en 2014, l'Allemagne, quatrième puissance mondiale et locomotive européenne, est plus présente sur la scène internationale et s'implique davantage dans les crises. Et notamment en Afrique. La Bundeswehr n'a cessé de renforcer sa présence au Mali ces derniers mois, les entreprises allemandes ont accru leurs investissements sur le continent, et Berlin resserre ses liens avec certains dirigeants. Elle étoffe donc sa politique africaine. À sa façon.

Prévenante, par la voix de sa chancelière quand, avant de s'envoler en octobre 2016 pour une tournée au Mali, au Niger, et en Éthiopie, celle-ci déclare à ses compatriotes : « La population africaine va doubler d'ici à 2035. (…) Du bien-être de l'Afrique dépendra la façon dont nous allons vivre en Allemagne. » Pragmatique quand, elle se concentre sur les initiatives censées favoriser l'emploi sur le continent. Et constructive quand lui revient la présidence du G20 de 2017 et qu'elle décide de mettre l'Afrique à l'agenda. Jusque-là, lors des grand-messes du G20, seule l'Afrique du Sud, un de ses membres, était de la partie.

Imprimer E-mail

Actu africaine