Forfait Albarka - Orange Niger

Interview

Interview de M. Kalla Moutari, ministre de la Défense Nationale «Nous avons tiré la leçon toute simple selon laquelle en mutualisant leurs forces, les pays africains peuvent venir à bout de ces mouvements terroristes» Les pays du Sahel sont confrontés à beaucoup de défis communs non seulement en termes de développement mais aussi et surtout sur le plan sécuritaire. C’est ce qui justifie d’ailleurs la création de la Force conjointe du G5­Sahel pour accompagner les efforts de dé­ veloppement entrepris dans les autres secteurs. Dans cet entretien, le ministre de la Défense nationale M. Kalla Moutari revient sur les motivations de la création de la Force conjointe, son mécanisme de financement et de fonctionnement, les résultats obtenus grâce à la mutualisation des moyens, l’aide des partenaires extérieurs y compris sur le plan militaire, etc

Monsieur le ministre, les pays du G5 Sahel ont mis en place une force conjointe ; qu’est­ce qui justifie la création d’une telle force et quelles sont les missions spécifiques qui lui sont assignées ?

La création de la Force du G5 Sahel est une initiative portée par le Pré­ sident de la République du Niger. Cette force est une sorte de duplication d’une autre initiative qui a été mise en œuvre dans le Bassin du Lac Tchad (la Force mixte multinationale) qui regroupe le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Cameroun et le Bénin. Nous avons vu les résultats concluants de cette force multinationale qui, a permis à nos Etats, de maîtriser la situation sécuritaire dans cet espace là. Nous avons tiré la leçon toute simple selon laquelle en mutualisant nos forces, les pays africains peuvent venir à bout de ces mouvements terroristes qui, eux aussi, ont des envergures internationales. Nous sommes convaincus qu’à l’échelle d’un Etat, on n’y arrivera pas. Mais s’il faut attendre que d’autres pays nous viennent en aide, c’est aussi nous exposer à ce que cette menace perdure. Voilà pourquoi nous nous sommes réunis pour mutualiser nos forces et combattre ce fléau (le terrorisme) sans qu’on se cloître. Nous sommes restés ouverts à la solidarité internationale. Ce qui ne nous a d’ailleurs pas manqué et n’a pas tardé à se manifester. Nous avons obtenu le soutien de l’Union Européenne, de la France qui est particulièrement engagée et qui porte avec nous ce projet ; il y a aussi les Etats Unis, l’Arabie Saoudite et d’autres pays encore qui sont venus donner un coup de pousse important à ce projet. Aujourd’hui, nous sommes particulièrement avancés.

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Interview