Interview

Gazibo Maimouna InterviewL’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes et le Trafic Illicite de Migrants (ANLTP/TIM) travaille depuis 2012 pour promouvoir et protéger les droits de l’homme au Niger. Quelles sont les avancées que vous avez réalisées depuis votre installation?

Depuis 2012, le Niger s’est penché sur les questions de la traite de personne et du trafic illicite de migrants. Le Ministère de la Justice, après l’adoption de l’ordonnance 2010-086 relative à la lutte contre la traite des personnes et ses deux décrets d’application, avait initié une vaste campagne de sensibilisation à travers la diffusion sur les ondes télé et radio d’un sketch sur les différentes formes de traite des personnes rencontrées dans notre pays. L’ANLTP s’y est mise en organisant, de façon informelle, la commémoration d’une journée de mobilisation contre la traite des personnes chaque 28 septembre.

En 2015, le gouvernement a finalement institué par le décret n°2015-182/PRN/MJ du 10 avril 2015, la journée du 28 septembre comme journée nationale de mobilisation contre la traite des personnes. Au cours de cette journée, des activités de sensibilisation et d’échange sont organisées autour des problématiques qui font souvent l’objet de tabou dans notre société. Des conférences-débats publiques sont animées dans les Universités (Niamey, Tahoua et Zinder) et les grandes écoles à Niamey.

Imprimer E-mail

Interview