M. Abdou Lawan Marouma, Président du Comité Diffa N’Glaa : « Le pari de Diffa N’Glaa, c’est de capitaliser les expériences des fêtes tournantes afin de mieux faire»

M. Abdou Lawan Marouma, Président du Comité Diffa N’Glaa : « Le pari de Diffa N’Glaa, c’est de capitaliser les expériences des fêtes tournantes afin de mieux faire»Monsieur le président, la fête tournante du 18 décembre sera célébrée cette année à Diffa. Comment avez-vous accueilli la nouvelle dans cette région?

A Diffa, nous avons accueilli cette nouvelle avec une grande joie et beaucoup d’espoir.La célébration de la fête tournante du 18 décembre a une double signification pour les populations de la région du Manga.

En effet, Comme ce fût le cas à Dosso, Maradi ; Tahoua, Tillabéri, la ville de Diffa sera, Incha Allah, métamorphosée grâce à la réalisation de plusieurs infrastructures modernes répondant aux normes internationales. Et c’est aussi un symbole fort pour prouver à la face du monde, si besoin est, qu’enfin Diffa est devenue une ville splendide. C’est pour ces raisons que nous avons placé la commémoration du 62ème anniversaire de la proclamation de la République à Diffa sous le triptyque « Résilience, Sécurité, Développement ».

Comme on le sait, Monsieur le Président, l’objectif principal de la fête tournante du 18 décembre, c’est de donner la chance aux chefs-lieux de nos régions de se doter d’infrastructures modernes et autres équipements appropriés pour booster le développement local. Quelles sont les réalisations phares inscrites au programme de Diffa N’Glaa ?

Les réalisations phares inscrites au programme Diffa N’glaa constituent un programme intégré portant sur plusieurs volets dont entre autres : la voirie, à travers notamment l’aménagement et le bitumage de 15 km de routes urbaines ; les réseaux de drainage des eaux pluviales avec vingt-six mille (26.000) mètres linéaires de caniveaux et trois mille (3000) mètres linéaires de chaussée drainante ; la modernisation de l’aéroport de Diffa et sa mise aux normes internationales par : le prolongement de la piste d’atterrissage (de 1800 à 3000 m) et son élargissement (de 30 à 45m) pour permettre l’atterrissage des gros porteurs ; la construction d’un salon d’’honneur présidentiel ; la construction d’un aérogare pour les passagers ; la construction d’un bloc technique (Tour de contrôle) ; la construction d’un aérogare fret ; la construction d’un service de lutte incendie ; la construction d’une centrale Energie ; la construction d’un mur de clôture intérieur avec des contrôles d’accès pour bloquer l’accès à la piste au public en raison d’impératif de sécurité ; l’agrandissement du site et la construction d’un mur de clôture extérieur avec des contrôles d’accès ; la construction des logements pour le personnel.

Hormis les travaux de modernisation de l’aéroport de Diffa, il y aura aussi la réalisation : d’une nouvelle villa présidentielle ; d’une nouvelle tribune officielle ; d’un amphithéâtre de 600 places pour l’université ; d’une salle de conférence de 300 places ; d’un pavillon VIP à l’hôpital ; d’une banque de sang à l’hôpital ; la construction par les ressortissants de la région d’une cité Diffa N’Glaa de 100 villas ; de 6 villas ministérielles par les sociétés d’Etat ; l’aménagement des espaces publics ; l’aménagement des carrefours ; la création d’espaces verts ; le renforcement des réseaux d’eau potable et d’électricité ; la réhabilitation des infrastructures culturelles et sportives.

Malheureusement, contrairement aux autres régions du Niger, Diffa a connu des soucis au plan sécuritaire créant ainsi une sorte de psychose chez beaucoup de Nigériens. Comment comptez-vous rassurer vos hôtes que Diffa est aujourd’hui un havre de paix et que la fête sera belle?

Vous avez raison de souligner cette préoccupation, mais déjà, le seul fait que toutes ces entreprises, dont certaines ne sont même pas de la région, viennent soumissionner pour la réalisation des infrastructures sans arrière-pensée et qu’elles soient aujourd’hui en train d’exécuter leurs travaux sans aucune crainte, est largement suffisant comme gage que Diffa est redevenu un havre de paix.

Nous n’avons pas la prétention de dire que nous avons atteint le niveau de risque zéro sur cette question. Mais par la grâce d’Allah, par la clairvoyance du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, Chef Suprême des Armées, toutes les dispositions seront prises pour assurer et garantir la sécurité. Et puis grâce à la vaillance, à l’engagement et au patriotisme de nos forces de défense et de sécurité, vous conviendrez avec nous que la situation sécuritaire s’est considérablement améliorée. Du reste, cela a permis aujourd’hui la reprise progressive des activités agricoles et la relance de toutes les activités économiques.

Je profite pour rendre hommage à nos vaillantes forces de défense et de sécurité qui, nuit et jour, au péril de leur vie, assurent notre sécurité et celle de nos biens. Qu’elles trouvent ici nos remerciements et nos encouragements. Aux familles de ceux tombés sur le champ d’honneur nous adressons nos condoléances les plus émues ainsi qu’à celles de toutes les victimes innocentes. Que Dieu Le Tout, le Miséricordieux les accueille dans son Paradis éternel.

Hormis la question de la sécurité, Diffa accuse certaines insuffisances en matière d’infrastructures d’accueil pour recevoir les invités. Monsieur le président, qu’est-ce que vous envisagez pour résoudre ce problème à quelques mois de l’évènement ?

Diffa n’a jamais failli à la tradition légendaire d’hospitalité du peuple Kanouri. Rappelez-vous qu’en 1981, lors du festival de la Jeunesse, beaucoup étaient sceptiques quant aux possibilités d’accueil de Diffa. Ils ont été agréablement surpris. Et d’ailleurs c’est conformément à cette tradition que certains ressortissants de la région ont décidé volontairement d’aider le comité d’organisation à relever le défi de l’hébergement par la construction d’une cité de 100 villas dénommée “Cité Diffa N’glaa”. A cela s’ajoutent toutes les autres opportunités d’hébergement qui existent déjà. Je renouvelle ma profonde gratitude à l’ensemble des ressortissants de Diffa qui s’activent afin que la fête soit belle.

Monsieur le président la restauration des invités a toujours été une grande préoccupation pour les Comités d’organisation de la fête tournante. La région de Diffa va-t-elle faire exception? Comment comptez-vous faire?

Nous avons coutume de dire que le pari de Diffa N’glaa, c’est de capitaliser les expériences des fêtes tournantes afin de mieux faire. S’agissant précisément de votre question sur la restauration des invités, toutes les femmes ressortissantes de la région de Diffa se sont engagées à mettre la main dans la pâte. Elles se sont déjà organisées par commune pour apporter leur contribution dans ce domaine et Incha Allah vous verrez la différence le moment venu.

Il est évident que pour réaliser des investissements importants, il faut des moyens financiers. Le comité d’organisation n’a-t-il pas d’inquiétudes à ce niveau ?

Certes, il s’agit juste de voir la liste des réalisations citées plus haut pour imaginer le niveau des moyens financiers à mobiliser. Mais connaissant la détermination et l’engagement du Président de la République Chef de l’Etat, SEM

Issoufou Mahamadou, je n’ai aucun doute. Son souci est de faire de Diffa, comme ce fût le cas des autres chefs-lieux des régions, une ville moderne dotée de plusieurs infrastructures répondant aux normes internationales. Aussi, nous n’avons aucun doute que le gouvernement, sous l’impulsion du Premier Ministre, Chef du Gouvernement et Président du Comité Interministériel d’Organisation des fêtes tournantes, SEM Birgi Rafini, prendra toutes les dispositions pour mobiliser les moyens conséquents afin que ce pari soit gagné.

La réussite d’un grand événement comme la fête du 18 Décembre demande une grande adhésion de la population de la région. Votre comité d’organisation a-t-il le soutien des habitants de Diffa ?

Dieu merci, telle que les choses se passent aujourd’hui, je peux dire sans risque de me tromper que l’adhésion de la population de la région à ce grand événement ne souffre d’aucun doute. Pour preuve, je vous renvoie à l’accueil réservé à SEM le Premier Ministre Brigi Rafini, le 24 janvier dernier à l’occasion du lancement officiel des travaux de Diffa N’Glaa et la très forte mobilisation de la population sur le site du lancement.

Monsieur le président, toute fête tournante est marquée des festivités. Qu’est-ce que vous comptez offrir à vos invités au cours de Diffa N’Glaa?

En termes de festivités, en plus des manifestations culturelles, sportives et le grand défilé civil et militaire, nous prévoyons plusieurs autres manifestations pour rappeler au monde entier toute la richesse culturelle du Kanem-Bornou. A cet effet, nos frères du bassin du lac seront de la partie Incha Allah.

Quel est votre message aux populations de Diffa pour réussir l’organisation de la fête de Diffa N’Glaa ?

De prime abord je tiens d’ores et déjà à remercier les populations de Diffa pour leur mobilisation, leur engagement en vue d’une réussite totale des festivités du 62ème anniversaire de la proclamation de la république.

Malgré tous les défis sécuritaire, sanitaire et économique, j’invite les populations du Manga à faire preuve d’esprit d’ouverture, de courage, de patriotisme, d’imagination, mais surtout de réalisme pour participer activement à la modernisation de Diffa pour que DIFFA N’GLAA soit «N’glaa», c’est-à-dire très belle. Cette fête concerne tous les Nigériens mais en premier lieu tous les ressortissants de la région quel que soit leur lieu de résidence sans discrimination aucune.

Enfin nous exhortons tous nos leaders coutumiers et religieux à prier sans relâche afin que Dieu le Tout Miséricordieux, le Clément nous facilite cette noble entreprise et qu’elle se réalise dans la paix, la sécurité, la joie et l’allégresse.

Réalisée par Fatouma Idé et Hassane Daouda(onep)

19 juin 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview