Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : «Agissons ensemble, en peuple responsable, dans la perspective de permettre aux générations futures de disposer d’un environnement plus..

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : «Agissons ensemble, en peuple responsable, dans la perspective de permettre aux générations futures de disposer d’un environnement plus productif»Monsieur le Ministre, notre pays célèbre le 03 Août 2019 ; une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l’Arbre FNA. Quelle sera la particularité de cette édition 2019 de la FNA?

Dans le cadre de la célébration des festivités de la Fête Nationale de l’Arbre, nous poursuivons la décentralisation de l’organisation de l’évènement au niveau des régions. Cette année, c’est la Région de Tahoua qui a l’honneur d’accueillir le lancement officiel de la campagne nationale de reboisement. Les participants qui le souhaitent auront l’opportunité d’aller visiter à quelques encablures de la Ville de Tahoua, les bois villageois et les plantations d’alignement réalisés par le Président de la République chaque fois qu’il prenait ses congés annuels. Au titre des particularités, il faut aussi noter l’élargissement des prix à attribuer aux producteurs dans le cadre du concours national sur la lutte contre la désertification. Ainsi, nous passons de quatre prix attribués lors des précédentes éditions à cinq, pour un montant global de 10 millions de Fcfa.

Aussi, je porte à la connaissance de vos lecteurs que l’idée d’un trophée de la commune championne en matière de préservation de l’environnement est en réflexion et sera concrétisée au cours des prochaines éditions.

Je dois enfin souligner la participation annoncée de mon homologue du Burkina Faso à cette édition. C’est dire que la consécration du jour anniversaire de l’indépendance à la plantation est perçue au plan international comme une mesure incitative pour opérationnaliser la neutralité en matière de dégradation des terres.

Cette année le thème retenu pour la célébration de la Fête Nationale de l’Arbre est « Plantons et entretenons les arbres pour un meilleur avenir » quels sont les éléments qui soutiennent la pertinence de ce thème ?

Nous sommes partis du constat que chaque fois que l’entretien des plantations est au rendez-vous, la réussite est assurée, permettant ainsi aux communautés locales de tirer meilleur profit des biens et services écosystémiques générés par les boisements. Je profite de cette occasion pour notifier à l’opinion nationale que les sites officiels de plantation des quatre dernières éditions de la FNA, ayant bénéficié de l’entretien nécessaire, présentent tous des résultats impressionnants, avec des taux de réussite supérieurs à 90%, sinon très proches de 100 %.

L’idée derrière ce thème est d’appeler tous les citoyens, tous les acteurs institutionnels, tous les corps organisés à l'effort de restauration/plantation et surtout à l'entretien et au respect des investissements réalisés. Il s’agit d’attirer l’attention de nos concitoyens sur l’importance de la protection et de l’entretien des réalisations physiques pour garantir la réussite des opérations de reboisement et de restauration des terres dégradées. Nous voudrons rappeler ainsi qu’œuvrer dans l’entretien et la protection des réalisations en matière de plantation et/ou de restauration des terres dégradées doit être perçue par toute la communauté nationale comme étant un des leviers essentiels sur lesquels il faut agir pour assurer un gain durable en biens et services écosystémiques au profit des générations présentes et celles à venir.

Comme on a coutume de le dire, ‘’planter un arbre c’est bien, l’entretenir c’est mieux’’. Il se trouve que de vastes opérations de plantations d’arbres ont été déjà réalisées au Niger dans le cadre de la lutte contre l’avancée du désert. Aujourd’hui, comment évaluez-vous l’impact de ces opérations ?

Ce constat est justement le motif du choix du thème de la présente édition de la Fête Nationale de l’Arbre. Je dois rappeler l’évaluation des taux de réussite des plantations réalisées par mon département ministériel en 2016 pour la période allant de 2006 à 2016. Contrairement à ce que pensent certains de nos concitoyens, il est ressorti de cette évaluation que 60% des sites de plantations FNA ont un taux de réussite compris entre 60 et 80% ce qui, dans le contexte d’un pays sahélien, constitue un succès.

La même évaluation a démontré que les conditions de réussite sont bien sûr liées à la réalisation de la plantation à temps mais aussi à l’apport en eau, à la protection contre la dent des bétails et aux traitements sylvicoles apportés. Du reste, nous reconnaissons qu’il y a encore des insuffisances dans le suivi et l’entretien des plantations dans beaucoup des cas, et c’est pour cette raison que cette année, le thème central retenu dans le cadre de la FNA met l’accent sur l’importance du dispositif du suivi et d’entretien des sites plantés.

Quels sont les efforts que votre département ministériel déploie en matière de plantation et de préservation des arbres? Peut-on s’attendre à la mise en œuvre d’opérations de grande envergure dans ce domaine ?

Les efforts en matière de reboisement sont connus de tous nos concitoyens parce que faisant partie du Programme de Renaissance pour le Niger de son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou président de la République, Chef de l’Etat. De 2011 à 2018 nous avons réalisé avec l’appui de nos partenaires techniques environ 190 000 ha de plantations, sur investissements publics. Il va de soi que lorsque nous intégrons les efforts des collectivités territoriales, des privés et ceux des producteurs ruraux, cette donnée va se démultiplier.

Le Système d’Information sur les Terres Restaurés que mon département ministériel s’active à mettre en place dès cette année et le géoréferencement qui le sous-tend nous permettront de mieux comptabiliser les efforts des acteurs non institutionnels. Je dois également vous rappeler que depuis 2014 le gouvernement a initié un programme intitulé «un village, un bois» pour mener des opérations de reboisement sur toute l’étendue du territoire national. Ce programme est en cours de réalisation au niveau de toutes les régions et nous sommes en négociation avec des partenaires techniques et financiers en vue de sa mise à échelle.

D’autre part, Monsieur le Ministre, le Programme de Renaissance du Niger, acte 2, prévoit la réalisation de 70 000 ha en matière de Régénération Naturelle Assistée (RNA) chaque année, ce qui place la pratique de la RNA au cœur des stratégies de lutte contre la désertification. Quelles sont les actions entreprises dans ce volet?

En ce qui concerne la régénération naturelle assistée, les résultats obtenus par notre pays sont connus au plan international au point où on parle de reverdissement dans certaines localités du Niger. Notre pays a du reste obtenu un prix par rapport à cette belle pratique. Nous poursuivons nos compagnes d’information et de sensibilisation des producteurs comme l’a instruit le Président de la République au cours d’un Comité Interministériel d’orientation de l’Initiative 3N.

Nous utilisons également les canaux du vaste réseau des radios communautaires existant sur le territoire national. Cette intense campagne de mobilisation nous a permis en 2018 de réaliser 89 770 ha pour une cible que vous avez si bien rappelée de 70 000 ha. J’ai la ferme conviction que lorsque nous aurions achevé le géoréferencement dont je faisais allusion ci-haut, la réalisation annuelle sera plus importante. Il vous suffit de parcourir les campagnes nigériennes pour constater que la pratique de la régénération naturelle assistée est en net développement dans notre pays.

Malheureusement, force est de constater que le potentiel naturel, englobant les terres, les forêts et les paysages, subit la rude pression des activités humaines. Quels sont les moyens et les mesures mis en œuvre par votre département ministériel dans le domaine de la restauration, de préservation de l’Environnement?

Effectivement, on constate que malgré les efforts fournis par l’Etat et ses partenaires, l’ampleur de la dégradation de l’environnement est préoccupante. Le Gouvernement a mis en place un cadre favorable à la préservation de l’environnement à travers notamment l’adoption des politiques et stratégies en la matière. Nous poursuivons la mobilisation des ressources pour obtenir des résultats encore plus éclatants. C’est dans ce sens que mon département ministériel, sous l’éclairage du Président de la République a élaboré le plan d’investissement climat pour la région du sahel qui a fait l’objet comme vous le savez d’une Conférence des Chefs d’Etat ici même au Niger.

Mon département ministériel vient tout juste d’organiser la Revue Annuelle Conjointe avec les partenaires techniques et financiers qui s’est penchée, entre autres, sur les questions du financement du sous-secteur environnement. Nous ne baissons pas la garde également dans le domaine de la sensibilisation pour amener les populations à adopter des comportements citoyens vis-à-vis de notre environnement.

Monsieur le Ministre, quel serait l’appel que vous voudrez lancer à l’endroit des populations nigériennes en vue d’obtenir un engagement en faveur des actions de restauration et de préservation de notre environnement ?

Je voudrais remercier nos concitoyens pour les efforts qu’ils déploient chaque jour pour préserver leur environnement, restaurer les bases de leurs productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques. Cependant, je leur demande de redoubler d’efforts au regard de l’ampleur des menaces environnementales que nous connaissons.

En lien avec le thème central de la Fête Nationale de l’Arbre, je leur demande d’apporter le plus grand soin possible aux arbres qui sont plantés dans leurs terroirs, dans leurs concessions et toute autre infrastructure.

Mon plus grand appel, c’est : Agissons ensemble, en peuple responsable, dans la perspective de permettre aux générations futures de disposer d’un environnement plus productif, qu’elles auront la responsabilité de léguer à leur tour à leurs descendances car, comme le disait Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, dans son message à la nation au lendemain de l’organisation réussie de deux sommets des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’UA à Niamey, « en toute chose, la volonté précède l’action ».

Réalisée par Assane Soumana(onep)

08 août 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview