Forfaitt-ORANGE-4G

Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Salissou Abdou directeur de l IUT de l Universite de TahouaM. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?

L'IUT de l’Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigeants d'entreprises publiques et privées, des journalistes réputés, des experts comptables, des professionnels de banque, des enseignants chercheurs nationaux et internationaux) de haute qualité.

Quelle est la spécificité de l'IUT de l'Université de Tahoua ?

Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires. Nous formons des spécialistes dans divers domaines, notamment en Assurance-Finance-Banque, en Comptabilité et Gestion des Entreprises, en Communication des Entreprises, en Gestion des Ressources Humaines, en Gestion Hôtelière et Touristique, en Informatique de Gestion, en Management Logistique et Transport, Maintenance Informatique Réseaux et en Techniques de Commercialisation.

A quels problèmes l'IUT de l'UTA est-il confronté ?

Nous avons des problèmes comme une insuffisance des infrastructures pédagogiques (salles de cours et des travaux pratiques), une insuffisance des équipements pédagogiques (équipements informatiques et équipements de reprographie), un manque d'autonomie en matière de gestion. Et, il est vrai que le manque d'autonomie financière limite énormément les IUT dans leurs ambitions d’offrir beaucoup de services au monde extérieur, c'est-à-dire les entreprises publiques et privées (le gouvernement, les Collectivités locales, les ONGs, les projets, les Institutions de Micro Finance, les banques, les hôtels, ...). Nous sommes très limités dans les prises de décision en matière d'investissement, d'élaborations des projets porteurs dans le domaine du professionnalisme.

Les étudiants se plaignent de l'insuffisance des classes et de matériel informatique; y a-t-il quelque chose de prévu pour régler ce problème ?

Pour régler ce problème, nous allons œuvrer pour la réalisation des salles de cours et des ateliers des travaux pratiques. Nous allons aussi œuvrer pour   l'acquisition des équipements informatiques et de reprographie.

Qu’en est-il des visites en entreprise et du placement en stage de vos étudiants dans le monde de la production?

Dans le souci de former des cadres compétents et directement opérationnels sur le marché du travail, l'Institut Universitaire de Technologie de l'université de Tahoua organise chaque année des visites d'entreprise, missions de prospection pour faciliter le placement en stage de nos étudiants et même des voyages d'études à l'intérieur et l'extérieur du pays. Cette tradition consiste à mettre l'accent sur les rencontres avec les chefs d'entreprises. L'objectif est de familiariser les étudiants au monde de l'entreprise et faciliter ainsi leur insertion professionnelle.

Quelles sont, enfin, les perspectives de l’IUT de l’Université de Tahoua ?

Notre vision est de faire de l'IUT un véritable pôle d'excellence illustré par la qualité de sa formation   facilitant ainsi l'insertion professionnelle de ses diplômés. Pour déployer ce projet en relation avec les acteurs locaux, nous allons réactualiser des conventions de partenariat avec les communautés et les partenaires locaux, avec des organismes de représentation des milieux professionnels tels que la chambre de commerce et d’industrie du Niger ainsi que l'Agence Nationale pour la Promotion de l'Emploi du Niger. Nous irons dans le cadre de ce projet vers notre ministère de tutelle et aussi le Ministère des Enseignements Techniques et Professionnels.

Réalisé par Sani Soulé Manzo(onep)

1er février 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview