Forfait Albarka

Interview de la ministre de la communication, à l’occasion du 59è anniversaire de la Radio nationale ‘’La Voix du Sahel’’, le 18 octobre 2017 : “Les organes de presse publics, notamment l’ORTN, prennent une part active (...) à l’information et à la sensi

Interview de la ministre de la communication, à l'occasion du 59è anniversaire de la Radio nationale ''La Voix du Sahel'', le 18 octobre 2017A l’occasion de ce 59ème anniversaire, madame la ministre, quel est votre message à l’endroit du Personnel et des auditeurs de la Voix du Sahel ?

A l’endroit du Personnel tout d’abord, c’est un message de félicitations et d’encouragements. Car le travail remarquable que ce personnel abat quotidiennement, avec professionnalisme et dévouement, mérite bien d’être salué. Surtout au regard aussi du rôle prépondérant que joue la Radio nationale, à savoir porter le plus loin possible la communication publique du gouvernement afin d’amener les populations à adhérer massivement au programme de développement mis en œuvre par le gouvernement. Aujourd’hui, la Radio nationale, qui a vu le jour voici presque 60 ans, a bien évolué et son champ de couverture va au-delà de nos frontières, avec un nombre important d’auditeurs dans des pays comme le Nigéria, la Côte d’Ivoire ou encore le Cameroun. C’est dire que la Voix du Sahel constitue un outil essentiel pour la mise en œuvre du Programme de Renaissance Acte II. 

Madame la ministre, vous avez tout récemment affiché vos ambitions pour promouvoir  les organes de presse publics ; qu’en est-il de l’ORTN précisément ?

Les organes de presse publics, notamment l’ORTN, prennent une part active, aux côtés de la presse privée, des médias communautaires et de la presse en ligne, à l’information et à la sensibilisation de l’opinion, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre du Programme de Renaissance Acte II, à travers la sensibilisation des acteurs pour un changement social. Il est évident que ce changement attendu ne peut s’opérer sans l’information, la sensibilisation, l’éducation et la mobilisation de tous les citoyens, par le canal des médias essentiellement.  En effet, les médias, publics notamment, continueront à être pleinement associés dans la mise en œuvre des actions majeures qui sont menées, en matière de changement social, tant en ce qui concerne le renforcement des capacités, la mobilisation sociale que la communication de proximité. Et cette contribution des médias  s’inscrit parfaitement dans le cadre du plan de communication stratégique du ministère en charge de  la Renaissance culturelle  et dont la mise en œuvre se fait non seulement avec les médias, mais aussi  avec les Administrations de l’Etat, les Partenaires de développement, les ONG et Associations, les Artistes et les Communautés de base. C’est pourquoi, le gouvernement entend poursuivre son programme d’investissement et de soutien de toute nature en faveur des médias en général, notamment ceux du secteur public, de façon à mieux renforcer leurs capacités en vue de leur faire jouer davantage leur rôle dans l’œuvre de construction nationale.

Madame la ministre, le Niger a décidé d’entrer dans l’ère du numérique. A quel stade se trouve le processus ?

Le processus de mise en œuvre de la TNT est en cours. Le déploiement des équipements de diffusion se poursuit, comme prévu, sur le terrain, dans les différentes régions du pays. Au niveau central, Télé Sahel dispose à ce jour d’un car vidéo numérique de reportage ainsi que d’un équipement E.N.G, composé notamment de 15 caméras numériques. A cela s’ajoutent 3 faisceaux mobiles pour les émissions en direct et 17 faisceaux fixes pour le transport des programmes publics et privés. Une réception provisoire de ce matériel a été faite. Concernant la Voix du Sahel, il faut signaler que des séances de travail entre techniciens de la Voix du sahel et ceux du partenaire Studiotech, se sont tenues. Pour la voix du Sahel, tout comme pour Télé Sahel, des travaux de rénovation de studios, régies et autres salles techniques, sont envisagés. Concernant le Multiplex, qui est une partie essentielle de la TNT, le matériel sera là bientôt  mais d’ores et déjà il faut noter l’installation de l’antenne de montée satellite et de deux amplificateurs. De même, un groupe électrogène de 44 KVA a été installé, câblé et testé.

Au niveau de la diffusion, il faut noter, entre autre, l’installation et le test d’un émetteur numérique de 2 KiloWatts, au niveau du service de diffusion régionale PK 5 à Niamey. Relativement aux autres centres de diffusion, principaux et secondaires, au niveau des autres régions, la phase d’installation des équipements se poursuit également.

Madame la ministre, que pensez-vous de la situation de la presse publique nigérienne ? Selon vous, est-ce qu’elle remplit véritablement son cahier des charges ?

La presse publique nigérienne, comme je l’ai dit tantôt, accomplit activement, en tout cas du mieux qu’elle peut, aux côtés des autres médias, sa mission de service public. Je sais bien que cela ne se fait pas sans quelques difficultés, car les moyens adéquats ne sont pas toujours au rendez-vous, compte tenu du contexte général assez difficile. Mais l’Etat continuera à appuyer, autant que possible, aussi bien la presse publique que la presse privée,  afin de leur permettre de mieux remplir leurs cahiers des charges d’acteurs majeurs du développement. /.

(Source : Ministère de la Communication)

19 octobre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview